Accueil / Télétravail / Le télétravail en France, compte-rendu de lecture

Le télétravail en France, compte-rendu de lecture

Ils étaient faits pour écrire ensemble Le télétravail en France paru fin mai.

Pierre Morel à l’Huissier est sensible au sujet à plusieurs titres. Responsable d’une mission et auteur d’un rapport sur le développement du télétravail en 2006, il est député d’un département rural, la Lozère, attentif aux solutions pour aménager son territoire.

Nicole Turbé-Suetens a participé au projet de création de télécentres de proximité chez IBM puis est devenue une experte reconnue qui a accompagné toutes les avancées récentes du télétravail (Accord national de 2005, texte du Forum des droits de l’Internet, enquête de Syntec informatique…).

Leur petit livre, préfacé par Nathalie Kosciusko-Morizet, fait un point salutaire sur le sujet brouillé depuis longtemps par les idées reçues.

Après avoir défini précisément le télétravail (voir l’article de Nicole sur le sujet) ainsi que le profil type du télétravailleur, ils précisent le cadre juridique et social actuel du télétravail (avec un rappel intéressant de la position des différentes organisations syndicales) sans oublier le fameux sujet du nombre de télétravailleurs.

Les aspects théoriques de l’ouvrage sont animés par des témoignages de télétravailleurs et d’experts : le juriste Jean-Emmanuel Ray, le directeur du Travail, Jean-Denis Combrexelle, François Chérèque, secrétaire général de la CFDT ou des responsables d’entreprises ayant mis en place le télétravail. A noter, l’expérience d’Omya SAS qui casse l’idée reçue que le télétravail n’est pas fait pour les entreprises industrielles.

Les auteurs abordent aussi le sujet du management et des qualités qu’il doit mettre en œuvre pour transformer l’organisation de l’entreprise ou de l’administration.

La confiance et la responsabilité doivent devenir les maîtres mots, le préalable pour pouvoir télétravailler et manager des télétravailleurs à distance. Le livre donne d’ailleurs quelques recettes pour mettre en œuvre ce changement.

Un changement qui peut s’incarner ailleurs que dans l’entreprise comme l’expliquent les auteurs. Au domicile du salarié, bien-sûr, mais aussi dans des « tiers lieux » comme les télécentres ou les espaces de coworking. Des organisations nouvelles appuyées sur des architectures innovantes comme l’explique l’entretien avec Catherine Gall, responsable recherche chez Steelcase International.

Enfin, l’ouvrage aborde les avantages du télétravail, sans cacher les risques. Bénéfices pour le salarié, pour son employeur et pour la société. Créativité, productivité, développement durable, réduction des coûts, diminution de l’absentéisme sont au rendez-vous si on sait éviter les écueils de l’isolement du télétravailleur et de l’éclatement du collectif de travail.

Le parti pris des auteurs était de centrer le livre sur le télétravail salarié, là où réside le plus gros potentiel de développement du télétravail. On peut le regretter tant le mot « télétravail » symbolise aujourd’hui un mouvement sociétal de changement d’organisation du travail qui fait la part belle aux entrepreneurs et aux indépendants. Mais la vertu de ce point de vue est d’apporter de la rigueur autour d’un sujet si souvent mal traité.

Un petit livre indispensable, très complet, rapide à lire, dont se dégage un optimisme contagieux. Tout est en place aujourd’hui pour répondre favorablement à la demande : les salariés sont prêts !

Le télétravail en France par Pierre Morel à l’Huissier et Nicole Turbé-Suetens, 156 p., Pearson, coll. Village mondial, 20€ (voir le livre sur le site de l’éditeur)

Retrouvez les interviews vidéo de Pierre Morel à l’Huissier et de Nicole Turbé-Suetens à propos des thèmes de leur livre.

À propos Xavier de Mazenod

Fondateur de la société Adverbe spécialisée dans la transition numérique des entreprises et éditeur de Zevillage.

4 plusieurs commentaires

  1. Bonjour,
    Tout d’abord merci pour ce site qui fait avancer les choses.
    Je travaille au Mexique depuis plusieurs années et souhaite rentrer en France fin 2010 ou début 2011.
    Je m’intéresse beaucoup au télétravail parce qu’il correspond à une façon de travailler et de vivre qui répondent aux impératifs liés au développement durable.
    Auriez-vous d’autres sites comme le vôtre à me conseiller et en particulier des sites d’offres de télétravail?

    Cordialement

  2. Bonjour à toutes et à tous,
    Une remarque en premier lieu : ce n’est pas en tant que Président de l’AFTT que j’écris ces quelques lignes mais à titre personnel.
    J’ai lu bien entendu et avec attention le livre de Nicole et de Pierre. Leurs propos sont toujours intéressants et le fait d’avoir des commentaires complémentaires de personnalités comme Jean Emmanuel RAY, de François CHEREQUE, de Jean Denis COMBREXELLE, et des exemples de situations enrichissent l’ouvrage.
    Pourtant, je n’ai pas la même lecture que Xavier quand je vois ce qui se passe sur le terrain quant à certaines affirmations qui s’y trouvent, ni d’ailleurs par rapport à sa dernière phrase.
    Soyons clair, quand j’écoute Nicole par exemple dans les échanges avec Jean Michel BILLAUT j’applaudis, ce qui n’est pas le cas quand je lis les phrases qui suivent dans le livre et qui demanderaient d’autres commentaires que ceux qui s’y trouvent comme :
    « Sortir des idées reçus :
    « Le télétravail est une bonne solution pour les handicapés : faux…….
    « Le télétravail convient particulièrement aux femmes : faux….
    « Le télétravail crée de l’emploi : faux…
    Je ne sais si ces phrases sont des idées reçues ? Mais ce dont je suis certain, c’est que répondre Faux relève d’un raccourci bien trop péremptoire. Et qu’au contraire ces phrases demanderaient à être plus « commentées ». La preuve :
    Pour les handicaps et les maladies invalidantes, la mairie de Paris donne la possibilité à leurs agents de télétravailler depuis déjà un certain nombre d’années.
    Pour le télétravail des femmes, des collectivités territoriales étudient la possibilité de mettre en place le télétravail en alternance au lieu du temps partiel pour les agents féminin, afin d’améliorer les services et les rémunérations.
    Pour la création d’emploi, certaines fédérations de la CGPME, réfléchissent à la création d’emplois mutualisés dans le cadre de groupement d’employeurs grâce au télétravail pour renforcer les compétences des petites entreprises.
    Pour ma part, il me semble que le fait de pouvoir « travailler à distance » en dehors des conditions spatiales et temporelles habituelles modifient et vont continuer de modifier nos rapports humains internes aux organisations fondés sur des principes appartenant aux modèles fondés sur le pouvoir de l’espace-temps. Et donc il faut faire sauter les paradigmes du passé qui en découlent et j’en trouve encore un certain nombre dans le livre de Nicole et de Pierre, ceci étant dit avec amitiés.

    Philippe

  3. Philippe, j’avais moi aussi tiqué à la 1ère lecture de cette FAQ.

    En effet, j’ai souvent des témoignages et des demandes sur Zevillage de handicapés ou de femmes seules avec de très jeunes enfants qui ont du mal à entrer sur le marché du télétravail.

    Mais à la seconde lecture, si on ne lit pas sous le coup de la passion, on ne peut qu’être d’accord avec les auteurs. Peut-être ont-ils été trop synthétiques.

    Ils précisent que le télétravail est une flexibilité pour tous, pas un mode d’organisation qui marginaliserait un peu plus telle ou telle catégorie de salarié.

    Une liberté pour tous, dont les handicapés ou les femmes. Admettons que pour ces catégories de salariés ce n’est pas juste un confort mais que c’est vital.

  1. Pingback: Zevillage

Lire les articles précédents :
Petite méthodologie pour mettre l’entreprise au télétravail

Ci-dessous une présentation que j'utilise pour sensibiliser les entreprises au télétravail et leur dessiner les grandes ligne méthodologique pour mettre...

Fermer