Accueil / Télétravail / Etude Regus : les 7 grands maux des trajets domicile-travail

Etude Regus : les 7 grands maux des trajets domicile-travail

Les embouteillages automobiles ou les trains et bus bondés sont la 1ère cause de stress du déplacement domicile-travail pour plus de 72 % des personnes interrogées pour une étude Regus menée par l’institut MarketingUK auprès de 10 000 personnes dans 78 pays.

Cette étude, qui met en évidence les « sept grand maux des trajets domicile/travail », place partout largement en tête les nuisances liées au trafic comme cause de stress. Un pourcentage moyen de 82% qui monte même jusqu’à 87 % en Australie, à 84 % en Belgique ou à 93 % au Mexique.

Est-ce bien raisonnable de se déplacer pour travailler ?

Les retards et interruptions de service arrivent en 2e place des 7 maux du trajet à 57%, suivis par les conducteurs dangereux (35 %), les pollution et le réchauffement climatique (32 %), le manque d’information de la part des prestataires de service (26 %), les conversations bruyantes au téléphone (23 %) et l’agressivité au volant (19 %).

Comment travailler ensuite dans de bonnes conditions au bureau quand on a subi ce stress pendant les déplacements ? Car les temps de trajet des personnes interrogées dans l’étude sont longs : 29 minutes en moyenne en France et 42 % qui voyagent matin et soir de 30 minutes à plus d’une heure.

Dans les années 70 déjà, dans le Choc du futur, Alvin Toffler jugeait absurde ces migrations bi-quotidiennes qui gaspillent le temps, l’argent et la santé des salariés. Un non sens économique alors que les bénéfices du télétravail sont aujourd’hui prouvés.

À propos Xavier de Mazenod

Fondateur de la société Adverbe spécialisée dans la transition numérique des entreprises et éditeur de Zevillage.

22 plusieurs commentaires

  1. La vraie solution consiste à repenser complètement la ville et à habiter près de son lieu de travail… mais la solution plus réaliste, les choses étant ce qu’elles sont, c’est dans un premier temps que tous les automobilistes qui sont dans les embouteillages matin et soir enregistrent leurs trajets domicile-travail sur Covoiturage.fr.

    Nous avons un article dédié à ce type de covoiturage :
    http://www.covoiturage.fr/blog/covoiturage-domicile-travail

    Je vais de ce pas ajouter un lien vers votre article qui prouve encore la nécessité de former des duos ou trios de conducteurs sur les trajets similaires : moins d’embouteillage, 2000 € d’économie par an pour un trajet moyen de 20km a/r , et donc une meilleure ambiance au boulot à l’arrivée.

    Bons covoiturages à tous !

  2. Merci Laure de ces précisions.

    C’est vrai que le spectacle des ces milliers d’automobiles avec une seul personne à bord est désolons.

    Covoiturons et télétravaillons, tout le monde s’en portera mieux. Sauf les vendeurs de pneus, de gasoil, de voitures…

  3. Je partage l’analyse de Laure Wagner.
    Néanmoins n’oublions pas que l’équilibre du territoire national passe par le maillage entre des agglomérations et des villes de taille moyenne qui inhibent, en partie, la désertification rurale et permettent de conserver, au-delà de la dynamique économique indispensable, du lien social entre les personnes.
    Force est de constater que la densification de la population ne répond pas forcément à ce dernier objectif, si ce n’est vraisemblablement à renforcer les communautés réelles et virtuelles.
    Le covoiturage est des réponses pour les déplacements domicile travail.
    Le télétravail est aussi intéressant au sein des organisations lorsque les conditions sont requises à la fois pour les salariés et les employeurs.
    Au-delà du site national indiqué,n’oublions pas le site régional de covoiturage http://www.covoiturage-basse-normandie.fr qui mutualise les trajets avec le site du département de l’Orne.

  4. Bien-sûr, le covoiturage est une solution complémentaire au travail à distance.

    Une utilisation « multimodale » des solutions qui se présentent à nous évite les approches idéologiques très réductrices.

    Toutefois, je voudrais préciser que le télétravail n’est pas synonyme de perte du lien social. Voir en particulier la tendance du coworking qui pousse les gens à se regrouper pour travailler ensemble quand ils le veulent.

    C’est le télétravail choisi et non plus subi.

Lire les articles précédents :
Le télétravail dans la fonction publique c’est possible : ITW vidéo de René Cornec, DGS du conseil général de l’Orne

Interview vidéo de René Cornec, directeur général des services du conseil général de l'Orne qui a mis en place le...

Fermer