Accueil / Télétravail / Et pourtant les employés préfèrent retourner au bureau

Et pourtant les employés préfèrent retourner au bureau

Des chercheurs des Universités de Stanford Economics et de la Beijing University Guanghua School of Management ont mis sous surveillance pendant 9 mois plusieurs centaines d’employés du tour-opérateur chinois Ctrip, ayant accepté de travailler chez eux.

Les résultats sont positifs (à découvrir en détails dans l’article (PDF, à télécharger) « Does working from home work? Evidence from a Chinese experiment« ), tant pour l’entreprise que pour les employés :

Une fois l’expérience lancée, les chercheurs ont noté quatre facteurs importants : une augmentation de la productivité de l’ordre de 13 % (après 9 mois d’observation), pas de baisse de régime pour les employés exclus de l’expérience, la fatigue ou le relâchement observé chez les employés « normaux » a chuté de 50 % par rapport au groupe de contrôle, les employés manifestant leur satisfaction d’effectuer leur travail chez eux, et enfin, une économie relative mesurée par l’entreprise. Celle-ci a assuré économiser environ 2000 dollars par an et par employé travaillant à domicile.

(lalibre.be)

Et pourtant, la moitié des employés concernés, auxquels on a proposé de poursuivre l’expérience, ont préféré retourner au bureau. A cause de l’isolement qu’ils ressentaient.

À propos Emilie Ogez

Emilie Ogez
Community manager et rédactrice de Zevillage. Consultante Médias Sociaux, Community Manager mais aussi #geek, fan de #rugby et créatrice de @youuuhoo

14 plusieurs commentaires

  1. Olivier Carbone

    L’étude de 9 mois concernant le télétravail en Chine est disponible sur WFP.pdf (le lien diffusé dans le post ci-dessus est cassé).

    Que comprendre de cette étude ? Difficile quand on est pas expert !!
    1- Est-ce que le télétravail fonctionne OU ne fonctionne pas VOIRE ne fonctionne qu’avec 50% des salariés ?
    2- cette étude n’est elle valable que dans le contexte Chinois, ou peut-on aussi la considérer pour juger de la pertinence du télétravail dans d’autres contextes géographiques ?

    Une conclusion bien triste

    La conclusion de cet article est que « la moitié des salariés abandonne un dispositif qui les satisfait et améliore leur efficacité et leur motivation » … c’est un sacré échec en fait !!! On a un dispositif qui améliore la rentabilité de l’entreprise, améliore les conditions de travail des salariés, mais qui « isole » (et donc à terme va nuire à la rentabilité comme aux conditions de travail). Attention donc si vous diffusez cette étude : accompagnez là d’explication afin qu’elle ne devienne pas un argument CONTRE le télétravail 😉

    Pour ma part, je décide de ne retenir qu’une chose de cet article : malgré les avantages que procure le télétravail, l’isolement qui peut en déboucher est un inconvénient majeur. Il faut donc mettre en place des actions pour éviter que le télétravailleur se sente isolé ou pire : qu’il s’isole de lui même.

    Accompagner le changement

    Autrement dit, il faut accompagner le changement … cela coule de source, mais cette nouvelle étude permet à nouveau d’insister sur l’importance de la conduite du changement 🙂

    Quelles solutions pour éviter l’isolement d’un salarié ?
    1- Est bien déjà, il faut ne pas se sentir « isoler au bureau » (car à certains postes, dans certaines compagnies, il n’y a pas besoin d’être à distance pour se sentir très seul(e) !!).
    2- Informer régulièrement : développer une newsletter interne (à l’entreprise, à un service donné, voire pour accompagner un projet donné) afin d’informer les acteurs du projet (alternative à une newsletter : un groupe de discussion permettant aux destinataires de répondre à tous)
    3- S’exprimer régulièrement : avoir régulièrement des réunions Live (par chat, classe virtuelle ou conférences téléphoniques) afin de créer/maintenir un esprit collaboratif et d’offrir régulièrement la possibilité de s’exprimer en groupe.
    4- Faire le lien avec la RL : autant que possible, organiser des événements Live pour que des rencontres physiques ai lieu (soit au siège de l’entreprise soit sous forme de team building).

    D’autres idées pour assurer la réussite du télétravail ?

    Avez-vous d’autres pistes pour enrayer le sentiment d’isolement qui semble mis en avant pour expliquer l’échec du télétravail ?

  2. Pour moi LA piste c’est de télétravailler hors de chez soi dans un tiers-lieu/télécentre ou l’on rencontre d’autres personnes et l’on évite d’éradiquer définitivement la frontière entre vie privée et vie professionnelle. Il faut pouvoir laisser le choix entre le domicile, le télécentre et l’entreprise selon les tâches à accomplir.
    Ce que je ne vois pas dans cet article c’est s’il s’agissait de télétravail à plein temps ou pendulaire.

  3. Olivier Carbone

    Je ne suis pas sur qu’un tiers-lieux soit LA solution pour lutter contre l’isolement. Il faudrait en fait préciser de quel isolement il s’agit (isolement vis à vis de notre besoin d’interaction sociale … ou isolement vis à vis de l’activité de son entreprise).

    Car un salarié qui se sent isolé vis à vis de son entreprise restera isolé dans un tiers lieu.

    Je ne pense pas que ceux qui ont « refusés » le télétravail l’on fait parcequ’ils se sentaient humainement isolés. Car oui, en télétravail on rencontre moins souvent ces collègues, mais on va aussi passer plus de temps avec sa famille, avoir plus d’opportunité de développer des activités sociales (sport, association …)

    Les tiers-lieux sont géniaux pour les indépendants … mais dans le contexte d’une équipe travaillant à distance, aller dans X tiers lieux ne changera rien à leur sentiment d’isolement.

    Pour ma part, les cas que j’ai rencontré se disaient parfois frustré d’être déconnectés de leur entreprise et avoir notamment du mal à suivre « les ragots du moment ». Mais aucun ne m’a dit se sentir « seul au monde ». C’est pourquoi je pense que le sentiment d’isolement ici évoqué n’est pas un isolement social, mais bien un isolement vis à vis de l’activité de son entreprise.

  4. Quand je dis que c’est LA solution j’imagine que c’est le meilleur compromis si on souhaite travailler à distance… rien ne remplacera la présence au bureau avec ses collègues mais dans ce cas on avance pas beaucoup et je pense qu’on a pas d’autre choix que de changer de paradigme.
    Le sentiment d’isolement vis a vis de son entreprise peut être limité en jouant sur le nombre de jours à distance… chacun son rythme et de toute façon c’est volontaire et réversible.
    C’est un choix individuel. Tout le monde ne peut pas être logé à la même enseigne.

  5. Autre point qui me parait important c’est que ça se passe en chine et qu’il y a certainement une forte différence culturelle a prendre en compte et que les chinois et les Français ne sont pas nécessairement au même niveau de besoin dans la pyramide de Maslow… mais là je laisse les spécialistes s’exprimer sur ce point.

  6. en cas d’isolement avéré essayez également le visiotravail, avec liaison visiophonique permanente si besoin est, ce qui n’empêche en rien les rencontres périodiques…
    Cela répond à des contraintes spécifiques du handicap et de la maladie chronique également cf http://www.exassofrance.net/
    Pas faux, l’isolement n’existe pas qu’au travers l’entreprise, espérons que la vie sociale d’un individu soit légèrement plus complexe que cela.
    Le télétravail répond d’ailleurs à ces problématiques d’isolement familial ou social voire en permettant de dégager du temps pour d’autres types de rencontres.
    Le fait que l’étude de se fasse en Chine n’est sans doute pas non plus anodin d’un point de vue social

  7. Olivier Carbone

    La visio est aujourd’hui très courante, il s’agit d’un moyen de communiquer comme le téléphone, le chat, le mail … sauf que bien sur le son et la vidéo en direct facilite énormément le contact 🙂

    La visio a longtemps été réservées à un certain public, son coût étant réputé « hors de prix ». Hors cela fait au moins 10 ans que la visio est abordable, qu’elle ne nécessite pas d’installation spécifique et que sa consommation en terme de bande passante est devenu raisonnable.

    Mais les apriori ont la vie dure et il va falloir encore du temps pour que le commun des mortels intègre que ces technologies lui sont aujourd’hui accessibles 🙂

Lire les articles précédents :
Demain, je télétravaille dans un tiers lieu

Dans la livraison de Kaizen Magazine N° 6 sorti vendredi, j'ai rédigé un dossier intitulé : " Demain, je télétravalle...

Fermer