Accueil / Vu sur le Web / Pics de pollution : et toujours pas la solution du télétravail

Pics de pollution : et toujours pas la solution du télétravail

Pollution sur Paris

 » Pics de pollution, télétravail, tiers-lieux… Et si on en parlait ? Comme à chaque épisode de pic de pollution, tous les acteurs qui oeuvrent pour la promotion de nouveaux modes de travail et de mobilité – dont nous faisons partie – sont atterrés. Circulation alternée, transports gratuits… Politiques, associations, entreprises – toute la société civile se mobilise pour trouver des solutions. Mais à aucun moment on ne parle de télétravail et de nouvelles formes de (non)mobilité.  »

Source : Neo-Nomade

Et voilà, un nouveau pic de pollution en Ile-de-France et les pouvoirs publics ressortent les vieilles mesures pour tenter de faire baisser le niveau d’ozone et de « particules fines ». Des usines à gaz (si je puis dire…) inadaptées : circulation alternée, des centaines de barrages de police pour la faire respecter (on est en état d’urgence, les forces de l’ordre ont peut-être plus urgent à faire), gratuité des transports en commun.

Sauf que, cette fois, l’inadaptation du dispositif s’est bien vue. Il ne s’agissait plus de se débrouiller une journée sans voiture. Le dispositif a duré 5 jours et a sérieusement compliqué la vie des  » banlieusards  » mal équipés en transports en commun.

La réponse à ces situations climatiques est à chercher ailleurs que dans la répression, comme le souligne cet article de Neo-Nomade, dans l’application massive du télétravail et de la démobilité.

Cet épisode de pollution est très révélateur de la situation. Les trois-quarts des salariés voudraient pratiquer le télétravail, la moitié des métiers y est éligible mais on peine quand même à basculer massivement dans l’adoption des nouvelles formes de travail.

Des solutions simples pour lutter contre la pollution

Les raisons de cette timidité sont connues : les dirigeants d’entreprise et les politiques ont peu d’appétit ni de compréhension de l’évolution des organisation de travail.

Pourtant des expériences très concrètes pourraient aider : Orange a par exemple développé, en partenariat avec AirParif, une application pour smartphone que peuvent utiliser ses 20 000 télétravailleurs réguliers ou occasionnels du groupe. En cas de pics de pollution annoncé, le passage en télétravail est suggéré. Tout simple et de nature à faciliter le passage de la démobilité choisie à la démobilité – mal – contrainte.

Encore faut-il, auparavant, permettre le télétravail et s’être organisé pour !

 

À propos Xavier de Mazenod

Fondateur de la société Adverbe spécialisée dans la transition numérique des entreprises et éditeur de Zevillage.

Un commentaire

  1. Merci pour votre clairvoyance. Bien entendu pourquoi favoriser les pratiques innovantes quand on peut interdire tout simplement la circulation 😉 hein!?

Lire les articles précédents :
Le gadget du vendredi : le nettoyant gluant HomeDoReMi

Un clavier, ça se salit. Et il n'est pas toujours facile de le nettoyer, surtout quand ses touches sont grosses...

Fermer