Accueil / Futur du travail / Les freelances, avenir de l’économie ou effet de mode ?

Les freelances, avenir de l’économie ou effet de mode ?

Plus qu’un phénomène de mode, le travail indépendant est un fait économique et de société. Dans cette famille des non salariés, les freelances sont en forte croissance en France depuis dix ans et témoignent d’une grande aspiration d’autonomie.

Freelance

Comment définir le statut de freelance ? Comme l’indique son étymologie, le « franc lancier » du Moyen-Age était un mercenaire qui louait ses services. Aux-Etats-Unis, il désigne l’ensembles des travailleurs indépendants. Encore appelé  solo ou  travailleur autonome au Québec, le  travailleur indépendant se caractérise par… l’indépendance. Il est son propre employeur sans être salarié dans la majorité des cas. Il est « à son compte ».

C’est quoi un freelance ?

Le travail indépendant regroupe des métiers très différents : artisans, commerçants, la plupart des agriculteurs, les professions libérales (avocats, médecins). Mais aussi des métiers de services aux entreprises comme par exemple des développeurs informatiques ou des photographes. En France, c’est à cette dernière catégorie qu’on réserve le nom de freelance : des indépendants sans fond de commerce et qui n’appartiennent pas à une profession réglementée.

Sur le plan juridique, les freelance ont opté pour un statut d’entreprise individuelle, sont installés le plus souventen micro-entrepreneur (ex auto-entrepreneur) ou en EIRL, en SARL ou en SAS à associé unique (EURL ou SASU), parfois, et en portage salarial ou en coopérative d’activité, un peu.

Selon une étude Hopwork-Ouishare réalisée en janvier 2017 (télécharger l’étude, PDF, 8,8 Mo), les réponses des freelances démontrent clairement qu’ils souhaitent avant tout l’épanouissement dans un travail qui leur offre indépendance, flexibilité, liberté dans le choix de leurs missions et leur lieu de travail.

Infographie étude freelances HopWork-Ouishare

Infographie de l’étude sur les freelances de HopWork-Ouishare

Combien de freelances ?

En France, on compte 2,8 millions de travailleurs indépendants soit environ 10,6% de la population active. L’une des plus basse proportion en Europe où la moyenne s’établit à 15%. A titre de comparaison, aux Etats-Unis ils représentent 34% de la population active.

Dans les années 1970, les indépendants étaient deux fois plus nombreux. Un effondrement dû principalement à la baisse du nombre d’agriculteurs et des « petits commerçants » remplacés par des employés dans les grandes surfaces. Depuis le début du siècle, les non salariés regagnent du terrain, dynamisés par le statut d’auto-entrepreneur qui regroupe environ 1 million d’actifs.

Hopwork, sur la base de données Eurostats, établit, dans son étude citée plus haut, le nombre de freelances à 830 000 en 2016 (croissance de +8,5%/an soit 126% sur 10 ans). L’étude porte spécifiquement sur les freelances dans les services aux entreprises (490 000 en 2016) qui est le groupe en plus forte croissance (+11,5%/an soit une multiplication par 3 en 10 ans).

Selon un rapport de l’EFIP (European Forum of Indépendant Professionnels) les freelances (appelés iPro pour Indépendant Professionnels) représentent jusqu’à 25% des actifs (étude à télécharger, PDF, 2,3 Mo)

Enfin, une étude du cabinet McKinsey chiffre les indépendants à… 13 millions, soit 25% des Français âgés de plus de 15 ans. Une acception large qui compte les 5 millions de travailleurs tirant leur revenu principal de plateformes collaboratives comme Uber ou AirBnB et les 8 millions de personnes qui en tirent un revenu complémentaire.

Freelances, des travailleurs pauvres ?

Quand on parle de freelance, on se heurte à beaucoup d’idées reçues avec une approche souvent négative estime l’étude Hopwork. On entend beaucoup parler de paupérisation du travail, de statut de travail subi, de subordination au donneur d’ordre, en particulier pour le digital labor

Or l’étude met en évidence qu’en France les freelances ont presque tous choisi leur condition (à 90%) et qu’ils sont fiers et heureux de leur statut et de leurs conditions de travail (à 75%).

A 97%, les freelances interrogés dans l’étude ne s’estiment pas pris en compte dans les débats politiques et économiques. A 48 % ils se plaignent de l’institution qui gère leur protection sociale, le calamiteux RSI, Régime social des indépendants.

Quel avenir pour les Freelances ?

Paupérisation et subordination aux donneurs d’ordres sont l’avenir inéluctables des indépendants et des freelances ? Pas du tout pour une étude de l’Institut Roosevelt et de la Fondation Kaufmann.

Si la poussée du travail indépendant va bouleverser notre système fiscal qui repose sur le salariat, il va aussi faire augmenter… les salaires.

Rien n’est écrit, personne ne connaît l’avenir. Mais l’Observatoire Alptis, en partenariat avec l’institut Futuribles, a envisagé 4 scénarios pour l’avenir du travail indépendant.

4 scénarios du travail indépendant en 2030

Alors si vous aussi vous êtes tentés par cette indépendance vous pourrez vous tourner vers des nouvelles générations d’apporteurs d’affaires respectueux des indépendants, comme Hopwork ou Side, créé récemment par des étudiants de l’école 42.

Enfin, si vous souhaitez vous former avant de vous lancer, le MOOC freelance vient d’ouvrir cette semaine pour apprendre à se mettre à son compte.

À propos Xavier de Mazenod

Fondateur de la société Adverbe spécialisée dans la transition numérique des entreprises et éditeur de Zevillage.

2 plusieurs commentaires

  1. Bravo pour ce formidable article que je me permets de partager.
    Les indépendants peuvent envisager une carrière sous statut salarié tout en conservant leur indépendance grâce au portage salarial toutes les informations sur http://www.skalis-portage.com/avantage-salarie-porte/.
    Stéphane

  2. Bonjour,

    Le portage salarial, avenir de l’économie ?
    On parle beaucoup de freelance, mais ce n’est pas un statut en soi-même. Le travailleur indépendant doit soit se constituer en société, microentreprise ou utiliser un statut souvent oublié le portage salarial.
    C’est une solution souple et intéressante pour un consultant ou un freelance qui souhaite développer son activité sans créer une société. Dernière ce statut se renforce dans le droit du travail par une volonté du gouvernement.
    Pour vos lecteurs freelance qui veulent en savoir plus, je leur propose ce guide écrit par des freelance en portage salarial : http://bit.ly/1OwyjEo Il répondra à toute leurs questions.

    Cordialement,

Lire les articles précédents :
Jason Fried : « Pourquoi le travail ne se fait pas au travail » #TEDxMidwestJ

Il y a déjà quelques années (en 2010), Jason Fried présentait à TEDxMidwestJ une théorie du travail radicale : "Le...

Fermer