Accueil / Territoires agiles / Les tiers-lieux en réseau, nouveau levier d’attractivité

Les tiers-lieux en réseau, nouveau levier d’attractivité

Pourquoi des réseaux de tiers-lieux ? Les espaces de coworking et autres fablabs fleurissent sur l’ensemble du territoire. On en compte plus de 900 aujourd’hui (source Neo-nomade, allez voir aussi le livre blanc co-produit Neo-nomade & Zevillage).

reseau tiers lieux coworking territoires agiles

Chaque territoire, souvent à l’initiative d’une collectivité, lance un lieu afin d’offrir la possibilité aux freelances et autres créateurs d’entreprises d’être hébergés dans un mode collectif qui répond bien aux aspirations des nouveaux entrepreneurs.

Au-delà de l’offre d’hébergement, finalement la plus simple à lancer, c’est bien une communauté d’entrepreneurs qu’il faut créer.

Projet beaucoup plus complexe, d’autant que cette communauté devra « habiter » le lieu c’est à dire, en être l’animatrice ou, à minima, la principale co-animatrice avec le porteur institutionnel. Dans son dernier livre blanc, le Numa caractérise cette communauté d’insoumise. On le verra dans un prochain article, ce terme est la clé. Mais revenons au territoire et aux tiers lieux lancés en grand nombre. 

Pour que chaque lieu, et donc chaque communauté, prospère et que le territoire en tire le profit maximal, il devient de plus en plus vital d’organiser la mise en réseau des lieux et donc, des communautés. 

Plus que des concurrents, les tiers-lieux voisins sont des amplificateurs pour votre (et leur), attractivité ! 

Pas facile lorsque les tiers-lieux sont portés par des institutionnels différents, des entrepreneurs ou des associations qui n’ont pas les mêmes objectifs, les mêmes degrés de liberté…

Pourtant le jeu en vaut la chandelle :

  • multiplier les opportunités de collaboration pour les coworkers, afficher une activité élargie aux tiers-lieux voisins
  • parer au syndrome des tiers-lieux vides et des communautés fantômes… très répandus !
  • atteindre une masse critique assez attractive pour attirer les partenaires financiers 
  • constituer la communauté des néoEntrepreneurs du territoire

Un coworker qui pousse la porte d’un espace doit pouvoir, en réalité, être accueilli dans une communauté plus grande encore. Sinon? il repartira en estimant qu’on ne cowork pas seul…

Cela implique

  • la mise en place collectivement, d’un programmes d’activité consolidé au bénéfice de chaque organisateur qui s’adressera à un public potentiel plus large, 
  • l’affichage en live et interactive de la vie de la communauté élargie
  • la possibilité, s’il le souhaite, pour le coworker de partager son profil et sa compétence à l’échelle du réseau des tiers-lieux pour accroitre sa visibilité
  • l’animation la plus souple et peu intrusive possible, d’un réseau des animateurs quelques soient leurs statuts, afin de susciter les collaborations entre communautés de tiers-lieux
  • susciter les collaborations avec les acteurs clés du territoire ou voisins (Universités, entreprises du territoire, écoles de la seconde chance, associations d’entrepreneurs, CCI…)
  • …etc… la réalité du réseau est à (co)construire en fonction du territoire

Un des nouveaux métiers du développeur économique de territoire AGILE ?

Oui, demain les développeurs économiques, confrontés à l’arrivée massive des acteurs privés devront assurer une cohérence dans la stratégie du territoire en rendant efficace l’ensemble des actions combinées des acteurs, publics et privés. Université, labos de recherches, entreprises, réseaux économiques, accélérateurs privés d’entreprises, coworking privés ou associatifs, FabLabs, hacker houses… ils devront maitriser les concepts de ces nouveaux lieux, de ces nouvelles dynamiques pour les mettre en musique tout en conservant l’insoumission de ces acteurs… la liberté d’action qui fait toute la valeur de ces dynamiques dans le respect des statuts, modèles économiques et contraintes de chacun. 

Nous l’expérimentons avec Adverbe pour le Département de l’Orne avec Orne.Tech. 13 tiers-lieux différents, un seul objectif : une nouvelle attractivité collective !

Je reviendrai prochainement sur l’insoumission des acteurs (communautés de coworkers ou de FabLabs libres, réseaux économiques…), richesse clé pour un territoire. Une valeur, avec la bienveillance, qu’il est difficile de saisir et d’entretenir mais qui fait et fera demain la réussite des territoires agiles. 

A suivre 😉

 

À propos Loïc RICHER

Loïc RICHER
Associé Adverbe SAS éditeur de ZeVillage.net, fondateur de Tigaô (outils de développement territorial agile). Je suis spécialiste du développement territorial agile. #Communautés #coWorking #innovation #pépinières #Accélérateur #MéthodesAgiles Promoteur du Silver Entrepreneuriat. Fondateur pour la CCI Le Mans de la Ruche Numérique, Membre du CA de l'asso Agile Le Mans et de #SeteEnCommun, communauté et lieu de coworking à Sète.

7 plusieurs commentaires

  1. Bonjour Loïc
    Merci beaucoup pour cet article qui ne fait que confirmer notre propre action, dont nous sommes très fiers et qui confirme que notre démarche va dans le bon sens.
    Dans la Drôme, l’association Le Moulin Digital pour laquelle je travaille pilote un réseau d’espaces de coworking appelé Cédille (www.cedille.pro) qui réunit pour l’instant 14 structures de statuts, de taille et de nature très différents. Nous avons signé une charte de nos valeurs communes et nous organisons ensemble plusieurs manifestations. Nous avons pour but commun de faire connaître nos espaces mais aussi tout ce qui se cache ou se rattache aux tiers-lieux et nous avons notamment le soutien du Département, ce qui est non négligeable !
    Vive les réseaux de tiers lieux et bravo à Zevillage pour son travail de titan sur les problématiques qui nous intéressent au plus haut point.

    • Loïc RICHER

      Bonjour,
      Merci pour ce commentaire et ce témoignage. Il est logique, en effet, que sur ce thème les collectivités territoriales se mobilisent. C’est en quelque sorte ici le rôle de chef d’orchestre qu’elles doivent avoir à l’échelle de leur territoire.
      & merci pour les encouragements à ZeVillage.net et pour le partage sur votre site ! Votre expérience est réellement intéressante, n’hésitez pas à nous donner des nouvelles 🙂 .
      Loic.

  2. Bonjour Loïc, merci pour cet article. C’est cette dynamique que nous essayons d’impulser autour de réflexion collective des Tiers-Lieux Normands. Peut être en avez vous entendu parler, peut être pas : en tout cas toutes les infos sont sur Movilab, plateforme des Tiers-lieux libres et open source au contenu très riche !
    Bonne lecture !
    http://movilab.org/index.php?title=R%C3%A9seau_Tiers-Lieux_Normands

    • Bonjour Pauline, oui nous suivons de près le Wip et son histoire 😉
      Nous avons même failli venir à votre dernière fête des tiers-lieux.
      A bientôt
      Xavier

    • Loïc RICHER

      En effet, oui nous connaissons bien! Nous sommes d’ailleurs voisins avec notre propre espace de coworking et FabLab rural l’Ecloserie Numérique. Nous sommes d’ailleurs déjà membre du réseau des FabLabs de Normandie 🙂

  3. Bonjour,
    Je travaille sur un projet de ce type.
    Et je suis en recherche de personnes et partenaires intéressés.
    https://www.facebook.com/Le-Centre-du-bout-du-monde-254227138379009/?ref=bookmarks

    • Loïc RICHER

      Bonjour,
      La mise en réseau sera impérative en effet, la difficulté est la diversité des profil des acteurs en présence. Publics, privés, associatifs,…
      Beau projet en effet, on sera ravi de s’en faire l’écho dans quelques mois, donnez nous des nouvelle. A bientot!

Lire les articles précédents :
Développeurs économiques, et si les seniors étaient une chance pour votre territoire ?

Dans un récent article de Maddyness intitulé : #ETUDE Finis les jeunes loups, les silver entrepreneurs prennent le pouvoir ! nous apprenons que...

Fermer