Accueil / Télétravail / Télétravail : BC Travel France a formé ses responsables au management virtuel [Entretien]

Télétravail : BC Travel France a formé ses responsables au management virtuel [Entretien]

Jean-François Lahitte, DRH de BCD Travel France, agence de voyages d’affaires, filiale de BCD Group, revient sur le développement du télétravail dans l’entreprise, à Paris d’abord, puis à Montpellier, où l’entreprise a fêté, en juin dernier, son emménagement dans de nouveaux locaux. Pour cela, elle a formé ses cadres au management virtuel

logo BCD Travel

Q : Vous avez mis en œuvre le télétravail dans votre entreprise. Est-il adapté à tous les salariés ?
Jean-François Lahitte : Nous nous sommes effectivement posé la question lorsque nos agents de voyages ont demandé à passer en home office pour s’épargner du temps de transport.

Au sein du groupe BCD Travel, le télétravail était déjà développé pour certaines fonctions d’encadrement (marketing, commercial, technique…) dans plusieurs pays, notamment en France et aux États-Unis.

Cependant, nous craignions que nos agents de voyages ne soient pas suffisamment autonomes dans l’exercice de leur métier et qu’ils souffrent d’isolement. Car, contrairement à nos commerciaux, qui sont en permanence au contact du monde extérieur, cette population travaille toute la journée dans des bureaux, au téléphone avec leur clientèle.

Enfin, nous redoutions de ne pas avoir les capacités techniques pour installer les lignes sécurisées au domicile des intéressés ainsi que des ordinateurs interfacés avec notre réseau.

Finalement, ce problème a été résolu. Le télétravail s’est donc progressivement mis en place à Paris en 2014 puis sur notre site de Montpellier, en janvier dernier. C’était, là-bas aussi, une demande forte de nos salariés, dont l’écrasante majorité sont des billettistes, qui pour certains, se déplaçaient depuis Sète.

Nous avons profité de notre déménagement dans de plus petits locaux en avril 2017 pour amplifier encore le télétravail. Sur les 90 collaborateurs de Montpellier, près de 30 % ont adopté cette formule. En France, 100 sur 270 travaillent depuis chez eux, parmi lesquels 60 % de cadres.

Q : Quel type d’organisation a été mis en place ?
J.-F. L. : Les responsables directs ont évalué le degré d’autonomie des agents de réservation souhaitant passer en télétravail. Ces derniers ont l’obligation de revenir une fois par semaine à l’entreprise pour éviter de perdre le contact avec l’équipe.

Les cadres, eux, peuvent travailler de chez eux tous les jours. Chaque salarié en home office bénéficie d’une compensation financière de 100 euros par mois pour l’usage de la surface de son domicile désormais dévolue au travail. Une somme qui doit aussi lui servir à acquérir un bureau et un fauteuil. Lorsque nous leur envoyons l’avenant au contrat de travail à signer, nous y glissons également deux circulaires du ministère du Travail qui rappellent que le salarié doit prendre des temps de pause dans la journée.

De toute façon, les managers visualisent les ordinateurs et les téléphones depuis leur bureau. Ainsi, ils peuvent vérifier à distance que chacun respecte bien ses horaires de travail.

Q : Justement, comment cela a t-il été vécu par les managers ?
J.-F. L. : Au début, ils étaient un peu réticents. Ils appréhendaient de ne pas pouvoir gérer une équipe qui ne soit pas présente au quotidien. Nous les avons donc formés au “management virtuel” en leur apprenant notamment à reformuler leurs e-mails de façon à s’assurer d’être toujours bien compris, à avoir le réflexe de téléphoner pour clarifier certains points, à prendre le temps de rencontrer la personne quand elle revient au bureau et, surtout, à faire attention de ne pas demander à quelqu’un qui travaille depuis son domicile d’en faire plus que les autres. Du côté des salariés, tout le monde se déclare très satisfait. Et les résultats sont là : à Paris, le nombre de jours d’arrêt maladie a chuté de 17 % en deux ans chez nos agents de voyages.

Source : Fil AFP-Liaisons sociales – Lou-Eve Popper – Entreprise & Carrières

À propos Rédaction

Rédaction

Signature collective des rédacteurs de Zevillage.

Lire les articles précédents :
Le gadget du vendredi : iPin, le pointeur laser pour iPhone

Vous faites régulièrement des présentations ou bien vous donnez des cours ? Vous envisagez d'acheter un pointeur laser ? Si...

Fermer