Nous commençons aujourd’hui la publication d’une série de témoignages sur des organisations de travail innovantes. Nous débutons par la présentation en 3 parties de Happy dev, une entreprise-fédération de collectifs de freelances qui compte plus de 200 membres aujourd’hui et n’a pas l’intention d’en rester là.

Un peu business men, un peu zadistes, utopistes mais hyper-réalistes, ces développeurs construisent une entreprise en réseau originale.

Une fédération de collectifs d’indépendants

Nous sommes Happy Dev, un réseau de plus de deux cents professionnels.elles du web.

Au-delà des valeurs décrites dans notre manifeste, nous aspirons à une vie professionnelle en harmonie avec notre vision du monde.

La vie économique actuelle est principalement régie par des géants multinationaux qui sont souvent plus puissants que nos États démocratiques. Ces acteurs sont dirigés par un actionnariat sur lequel nous avons peu de visibilité. Et ils sont souvent gouvernés par le court terme, parfois même à l’encontre de tout bon sens.

Cette situation est néfaste pour l’intérêt général et dangereuse pour nos démocraties. En tant que travailleurs, nous avons aujourd’hui le choix entre nous placer sous la protection de ces géants, et accepter d’être les pions d’un système auquel nous n’adhérons pas. Ou alors vivre en indépendants, en nous mettant dans une situation de solitude et de précarité économique.

Des grands collectifs humains agiles

Nous avons créé Happy Dev car nous n’acceptons pas de nous limiter à ce choix. Car nous pensons qu’il est possible d’avancer collectivement sans perdre la maîtrise de nos vies professionnelles. Nous pensons aussi qu’il est possible d’avoir un contrôle démocratique direct sur les entités économiques au sein desquelles nous travaillons.

Et, avec la révolution numérique, nous pensons qu’il est possible d’organiser de manière agile de grands collectifs humains, comme l’ont prouvé des initiatives comme Wikipedia. Nous pensons que c’est non seulement possible, mais surtout nécessaire.

2e anniversaire de Happy dev
Brainstorming sur la stratégie lors du 2e anniversaire d’Happy Dev

Happy Dev ambitionne d’avoir un modèle communautaire qui permet d’atteindre la capacité d’une grande entreprise sans cesser d’être au service de ses membres. Les grandes entreprises ont la capacité de porter des projets d’envergure et d’offrir de bonnes conditions matérielles à leurs salariés. Grâce à des économies d’échelles, un certain poids de négociation, une solidité financière et une grande notoriété. Pourtant ces entreprises souffrent d’une inertie administrative délétère, et prennent leurs décisions sans tenir compte des aspirations de leurs salariés.

Happy dev : plus de 200 freelances en 2 ans

En mettant en commun uniquement ce qui est nécessaire au sein d’une fédération de collectifs d’indépendants, nous pensons qu’il est possible d’obtenir la même puissance collective, sans renoncer à l’agilité et l’épanouissement. Nous croyons ce modèle plus efficace que le modèle hiérarchique traditionnel. Laisser un maximum d’autonomie aux personnes leur permet de prendre de meilleures décisions sans lourdeur. Avoir un cadre commun donne de la force à nos choix.

Happy Dev nous offre d’ors et déjà une vie professionnelle épanouie et efficace ; nous pensons que ça n’est pas suffisant. Une plus grande taille multipliera nos forces grâce à l’effet de réseau.

Être plus nombreux nous apportera plus de sourires, d’intelligence collective, d’opportunités, de solidité et de crédibilité. Atteindre la taille d’une grande entreprise, c’est en acquérir les avantages en termes d’accès au marché, de force de frappe, de négociation et d’influence. Nous aspirons à conserver notre autonomie et la maîtrise de notre vie professionnelle. Et cela sans renoncer à avoir un pouvoir sur la vie économique de notre société. Changer d’échelle va nous donner cette influence.

Prochain article : Grandir sans recentraliser

Abonnez-vous à la newsletter hebdo de Zevillage et gagnez du temps de veille
Gagnez du temps dans votre veille avec notre newsletter hebdomadaire
Placeholder Placeholder
Mots clés: ,