Une des grandes difficultés lorsque l’on quitte le salariat pour devenir freelance est l’activité commerciale. Comment trouve-t-on des clients et des missions même quand on est excellent dans son domaine ? On peut s’appuyer sur des plateformes d’apport d’affaires, des places de marché. On peut aussi se lancer avec la communauté Hubl, un réseau de freelances aguerris qui s’apportent mutuellement des missions et sont rémunérés pour.

Changer de vie professionnelle, mais à quel prix ?

Se lancer en freelance aujourd’hui après des années d’embauche est devenu affaire commune pour certains. Pourtant, d’autres n’osent pas encore abandonner le cocon du salariat. Aujourd’hui, avec la difficulté de plus en plus accrue pour les entreprises françaises de recruter, il est tout de même intéressant de noter que 57 % d’entre elles ont recours à des professionnels en freelance pour leur expertise particulière.

Et vous, vous êtes salarié ? Mais vous aspirez à autre chose ? Cependant vous avez peur de vous lancer ?

Je reste hésitante à me lancer en freelance, parce que certes j’ai un réseau étant en poste depuis plus de 10 ans, mais j’ai signé des accords de confidentialité et je n’ai pas le droit de “piller” ce réseau et de m’adresser directement à ces clients en tant que freelance” témoigne Cloé.
Cela dit, je pourrais faire plus ou moins le même travail que je fais actuellement pour d’autres grandes entreprises. Sinon, ce qui peut me faire peur, d’un point de vue tout à fait trivial, c’est de faire une croix sur les nombreux avantages non négligeables dont je bénéficie en tant que salariée : une très bonne mutuelle, un congé maternité, les congés payés, le statut de salarié est très rassurant… Je ne gère pas la compta, les finances, la facturation… Toute cette charge de travail sur laquelle je ne suis pas formée semble quelque chose de difficile, un vrai frein à sauter le pas...”

Rassurez-vous, vos années de salariat vous ont permis de développer des compétences, un savoir-faire et une technicité que vous pouvez faire valoir sur le marché et qui peut intéresser des clients. Votre réseau est aussi fondamental puisque les personnes avec lesquelles vous avez travaillé toutes ces années constituent un pool de compétences partagées.

Vous connaissez le concept de « late bloomer » ? Il n’est jamais trop tard pour devenir freelance, alors c’est parti !

Sauter le pas en confiance : c’est quoi être freelance ?

Devenir freelance, c’est avant tout devenir un travailleur indépendant. Vous choisirez vos missions, vos tarifs, votre emploi du temps et votre charge de travail. Vous devrez aussi savoir vous vendre pour décrocher des missions. Et c’est là que le bât blesse. De plus, contrairement à un salarié, le freelance exerce son activité professionnelle sans aucun lien de subordination. Le freelance trouve ses propres clients et fixe, dans le cadre d’un contrat de service, le prix et les modalités de réalisation de ses prestations (dit TJM). Avec ce nouveau statut, en plus du fait de maîtriser votre temps et votre espace, vous serez récompensé à votre juste valeur. Un argument non négligeable.

D’après une étude APEC, 57 % des cadres se disent ainsi prêts à quitter le salariat pour se lancer en freelance. D’après le site Malt, 90 % des freelances ont adopté ce mode de travail par choix et 88 % n’envisagent pas de redevenir salarié à temps plein.

Hubl : la solution digitale pour les freelances confirmés

On est tous d’accord pour dire que la principale difficulté lorsqu’on se lance en freelance, c’est de trouver des missions et de signer des contrats.

Site web de Hubl
Site web de Hubl

Aujourd’hui, il existe plusieurs plateformes pour aider les freelances à trouver ces missions, comme Malt, Crème de la crème ou encore Freelance-info. La plupart du temps, le modèle de ces places de marché est de faire jouer la concurrence entre les freelances inscrits.

Au contraire, Hubl propose une alternative en permettant à ses membres de se rencontrer et de s’identifier, puis de se confier des missions directement lorsque l’emploi du temps est surchargé.

Le réseau Hubl rassemble essentiellement des freelances séniors et confirmés qui souhaitent s’entraider pour trouver du travail. La façon de travailler chez Hubl se veut plutôt communautaire à travers le partage de connaissances, les événements professionnels et festifs, les moments partagés dans la vie réelle. On le sait, les rencontres permettent de créer du lien, et la confiance qui en résulte donne la possibilité d’envisager l’avenir et les collaborations, sur du long terme et de manière pérenne. Pour Hubl, la confiance, c’est la pierre angulaire.

C’est ce que Thomas nous a confié : “Je suis développeur web, j’ai obtenu mon BTS communication visuel option multimédia en 2010. J’ai été salarié entre 2012 et 2019, mais j’ai toujours eu un pied dans l’entrepreneuriat en prenant le statut d’auto-entrepreneur dès mon diplôme, permettant de compléter un peu mon salaire. En 2017, j’ai participé à un accélérateur de start-up, ce qui m’a aidé à me lancer et début 2020, j’ai créé ma société. J’accompagne aujourd’hui mes clients dans leurs projets web et en parallèle je monte des projets, j’entreprends, j’investis.

Une chose est sûre, je ne me suis jamais autant enrichi que depuis la création de ma boîte, financièrement mais surtout au niveau humain : l’entrepreneuriat permet tellement de belles rencontres. Aujourd’hui je me projette sur 2022, plutôt serein sur mon activité, un peu moins sur les aspects sociaux, économiques et politiques… J’ai connu Hubl via Linkedin, et je recommande vraiment l’inscription, c’est encore nouveau mais le réseau promet de belles opportunités !

Historiquement, le projet trouve ses origines au cœur de plusieurs collectifs de freelances existants (Happy Dev, Startin’blox principalement) et a été créé par des freelances qui sont bien conscients des problématiques du quotidien de ce statut. Il existe d’autres collectifs avec qui il fait bon travailler, en voici quelques exemples : Le Pool, La collab, Lookoom, Office Lab, Cosme, La freelancerie.

Freelances du collectif Happy dev
Freelances du collectif Happy Dev

Pour faire partie de l’aventure, c’est très simple, il suffit de s’inscrire (gratuitement) au réseau Hubl et de compléter son profil et ses compétences.

Comment ça marche ? Vous êtes freelance et vous recommandez un autre freelance auprès de votre client : vous touchez 10 % d’apport d’affaires sur la mission tarifée, et HUBL facture en plus 3 % de frais de service. Hubl est l’outil idéal pour continuer à alimenter sa trésorerie en confiant des missions à des freelances du réseau. Rejoignez notre communauté sans tarder !

Photo de “My Life Through A Lens” sur Unsplash