M. Guillemain, directeur général adjoint d’Altitude Telecom nous fait le plaisir de répondre à notre communiqué… dans la presse. Dans l’Orne Hebdo de ce matin, il répond “à côté de la plaque” à nos questions et à nos demandes.

Il déclare compter 500 clients dans l’Orne, entreprises et particuliers confondus je suppose. Sur près de 300 000 habitants c’est effectivement un “marché
complémentaire” par rapport à l’ADSL, comme il le définit lui-même.

C’est bien de rappeler qu’Altitude a installé 32 stations émettrices dans le département. Encore heureux pourrait-on dire car c’est pour cela que l’opérateur bénéficie d’une subvention de près de 7 M €.

Mais peut-on vraiment parler de désenclavement numérique avec quelques centaines de clients ? Pour qu’Altitude remplisse sa mission de service public, nous attendrions plutôt un effort massif de promotion et de facilitation de la procédure d’abonnement en direction du grand public. Ainsi qu’une amélioration des débits proposés, à prix du marché, à propos de laquelle la réponse d’Altitude ne dit rien.

M. Guillemain affirme également qu’il fournit du débit symétrique pour les offres professionnelles. Il s’étonne que nous parlions de débits a-symétriques. Pourtant, l’offre pour les TPE était récemment asymétrique (4 Mbps en descente pour 256 Kbps en montée) à 59 € HT par mois. Altitude propose, certes, des débits de 2 Mbps et 4 Mbps en symétrique mais à partir de 200 € HT par mois. On dirait les anciennes pratiques de France Telecom avec les ex-“lignes spécialisées” : nous n’avons pas d’ADSL à 30 €, nous sommes à la campagne ; mais nous vous proposons des lignes spécialisées à 150 €…

Nous, nous serions intéressés par 4 Mbps symétriques dans le forfait grand public (49 € TTC par mois). C’est aussi l’intérêt d’Altitude car cela lui procurerait un avantage comparatif important sur l’ADSL (moins cher mais asymétrique et souvent plafonné à 500 kbps de débit descendant).

Enfin, M. Guillemain se dit prêt à rencontrer le club du Tricone. C’est très volontiers (son commercial dans l’Orne nous l’avait d’ailleurs proposé par mail). Nous ne demandons rien d’autre que d’être écoutés, ou plus exactement, d’être entendus. Rien de tel que quelques articles de presse pour développer le
souci de la relation client.

Une dernière chose. Les habitués de Zevillage savent que nous avons été pendant deux ans, ici-même, les supporters les plus enthousiastes du Wimax et d’Altitude Telecom. J’ai souvent défendu leur cause plusieurs fois ici ou là encore contre l’avis de mes amis.Nous ne sommes donc pas suspects d’anti-altitudisme primaire. Mais, la déception est à la hauteur de nos espérances…