Plusieurs études scientifiques le confirment : l’environnement végétal est bon pour la santé… et pour la productivité. La nature nous permet de mieux travailler, et pourquoi pas en marchant.

Cet automne, Microsoft a inauguré trois salles de réunion dans les arbres sur son campus de Redmond dans l’Etat de Washington pour, selon le communiqué de presse, diminuer le stress et augmenter la productivité des salariés.

Pour son nouveau siège de Cupertino, Apple a transformé un terrain goudronné de 70 hectares en espace vert en plantant quelques 9 000 arbres. Niché en son centre, le bâtiment est conçu pour que l’on puisse voir la nature depuis l’intérieur.

A Seattle, au pied de son nouveau siège, Amazon propose à ses employés un ensemble de trois biosphères en verre, abritant 40 000 plantes, des ruisseaux et des ponts parcourant cette nature luxuriante. Objectif avoué : faciliter l’émergence de nouvelles idées, plus facilement que dans des bureaux classiques.

Ce sont 3 exemples parmi beaucoup d’autres qui, ces dernières années, témoignent d’un retour très fort de la nature dans notre quotidien ainsi que dans le monde du travail. Végétalisation des murs, potager de bureaux, jardin d’entreprise, séminaire au vert, beaucoup d’entreprises ont décidé d’exploiter les bienfaits de la nature sur le comportement et la productivité de leurs collaborateurs.

Réunion dans les arbres-Microsoft

Mais quels sont exactement ces bienfaits ? Entre les effets reconnus de la nature sur la santé qui, par effet de ricochet affectent notre travail et ceux qui agissent directement sur notre comportement ou nos facultés, voici donc une revue rapide de ces bienfaits.

Les effets directs sur la santé et la productivité

Prenons le cas du soleil : sous l’exposition de ses rayons, la peau synthétise de la vitamine D qui est  l’une des vitamines les plus importantes pour notre corps. En plus de sa fonction principale (absorber le calcium et le phosphore en vue de leur fixation dans les os) les chercheurs ont démontré son rôle antiviral, sa participation active au renforcement de l’immunité du corps, ses effets réducteurs de nombreuses douleurs (maux de têtes, douleurs chroniques), mais aussi son rôle positif sur la dépression.

Des effets qui, en réduisant les obstacles à la concentration et en favorisant l’état de bien être ne peuvent qu’améliorer notre aptitude à travailler et notre productivité. Il en va de même pour les autres éléments vitaux que sont l’eau et l’air. Plus nos besoins naturels sont comblés, plus notre aptitude au travail sera grande. Un esprit sain dans un corps sain : logique.

Mais en dehors de ces effets directs sur la santé, la majorité des études consultées nous apprennent surtout que la seule exposition à la nature procure des bienfaits !

L’influence de la nature sur notre comportement

Certaines études, dont celle de Tove Fjeld de la faculté d’Oslo, expliquent qu’en augmentant l’humidité de l’air du bureau, les plantes vont permettre de diminuer certains troubles ORL tels que les yeux secs ou la toux voir également certains troubles neurologiques (nausées, migraines et vertiges).

Seulement voilà, d’autres études jouent les rabats joie et insistent sur le fait que même si les plantes possèdent des caractéristiques dépolluantes et participent à l’humidification de l’air ambiant par leurs caractéristiques intrinsèques, il en faut un grand nombre pour constater une incidence sur l’air ambiant ! Ces effets sont mesurés à l’échelle des forêts, moins dans un bureau en milieu urbain fortement pollué !

En revanche, d’autres études mesurant l’impact de la simple présence de plantes dans des univers de travail (bureaux, hôpitaux, écoles) (cf. Université d’Exeter (1) ou Université de Melbourne (2) ) mettent en avant des chiffres éloquents :

  • productivité : + 8%
  • vitesse de réaction : + 12%
  • bien être : + 13%
  • créativité : + 15% ( ce dernier chiffre est avancé par une équipe de chercheurs menée par le psychologue organisationnel Sir Cary Cooper, inventeur du terme burn-in…. première étape du burn out)
  • fatigue : – 32%
  • problème de concentration : – 3%.

Ces nombreuses études, réalisées sur un nombre élevé de travailleurs dans de nombreux pays différents tendent toutes vers les mêmes résultats et la même conclusion : que ce soit par leurs effets sur l’air ambiant ou simplement leur présence, la présence de fleurs et plantes dans un bureau impacte directement et positivement la productivité.

Kaplan et Kaplan de l’Université du Michigan, le formalisent dans leur théorie de la restauration de l’attention et prouvent que la nature accélère la récupération des ressources cognitives.

L’impact visuel inconscient

La vue seule de végétation influence donc le comportement. Une étude australienne (3) avance même qu’une image de végétation suffit ! La capacité de concentration de son groupe d’étude a augmenté de 6% lorsque, pendant les pauses régulières, les cobayes regardaient un poster de nature !

Plutôt logique si l’on considère que la concentration est forcément facilitée par les sentiments de calme et de sérénité que l’on peut ressentir à contempler un paysage.

Au-delà du paysage, l’impact de la couleur verte (la Green Vitamin) sur les travailleurs est mis en avant dans d’autres études publiées par l’Université de Munich en 2012 (Green Facilitates Creative Performance) et la London Regent’s university (5). Nous apprenons ainsi que le vert, évidemment très présent dans la nature, possède plusieurs effets sur le travailleur en facilitant la réalisation de tâches créatives et favorisant l’échange et la communication avec l’autre.

Pas surprenant du coup qu’une étude de l’université de l’Oregon (l’étude est citée par de nombreux articles mais malheureusement les liens vers les librairies universitaires la proposant ne sont plus actifs…) indique une baisse de 10% de l’absentéisme lorsque l’environnement de travail est agrémenté de plantes vertes.

A ce propos, savez-vous que Pantone l’a classée couleur de l’année 2017 ?

Le vert mais pas seulement…

En remarquant que les chercheurs utilisent exclusivement des photos de nature sous le soleil, ou de végétaux bien verts, Jordy Stefan du laboratoire CRPCC-LESTIC a voulu savoir si des photos de pluie, ou de forêt en automne obtenaient les mêmes résultats.

Et bien oui ! Ce serait bien le concept de nature au sens large qui procure du bien-être et pas seulement la couleur verte ou le soleil. Lors d’une conférence il présente plusieurs études menées dans des villes en Bretagne qui démontrent que les gens sont plus réceptifs, avenants et ouverts aux autres :

Graphique
Taux de réponse à un questionnaire (BYAF = technique de persuasion (but you are free)

 

Graphique
Taux de réponse à un sourire et un bonjour

Vous l’aurez compris, les études scientifiques citées dans cet article ne font qu’enfoncer une porte ouverte mais grâce à leurs mesures, nous permettent de mettre des chiffres sur nos intuitions.

Par ses bienfaits physiques sur notre corps, la nature nous permet de mieux travailler. Par leur seule présence, les végétaux nous apaisent et opèrent un effet sur notre bien-être et notre productivité. La démarche de végétalisation des bureaux est donc à encourager même si rien ne vaudra un véritable environnement naturel !

Certains l’ont bien compris…  Je pense à Jeff Weiner, CEO de Linkedin ou Marc Zuckerberg, adeptes de la marche-réunion en extérieur, les walking meetings. C’est vrai que tous deux disposent de promenades plutôt verdoyantes sur leurs campus de Mountain View, mais réfléchissez bien et je suis sûr qu’en bas de votre bureau se trouve un square, que sur le trajet maison/bureau se trouve un parc ou un espace vert ! En plus cela permet de sortir du cadre et du bureau ! (pour en savoir plus sur ce phénomène de walking-meetings. (NDLR : voir aussi cet article sur les bénéfices du travail en marchant).

Je cite pour finir le psychologue Jordy Stefan dans une conférence retransmise sur France culture : ” Ce n’est pas que la nature nous fait du bien, c’est ne pas être dans la nature qui nous fait du mal !

Abonnez-vous à la newsletter hebdo de Zevillage et gagnez du temps de veille
Gagnez du temps dans votre veille avec notre newsletter hebdomadaire
Placeholder Placeholder