Cette étude menée par le cabinet Technologia l’affirme : en France, pas moins de 3,2 millions de Français seraient actuellement exposés à un risque élevé de burnout.

Burnout, des risques souvent largement sous-estimés

Réalisée par le cabinet Technologia, cette étude sur le syndrome d’épuisement professionnel (largement désigné par l’anglicisme burnout) ferait presque froid dans le dos. Ne serait-ce parce qu’elle se charge de confirmer un lien “direct et essentiel” entre le burnout, l’activité professionnelle et l’organisation du travail. En résumé, le travail excessif (“je travaille trop”) et le travail compulsif (“je ne peux pas ne pas travailler”) apparaissent comme assez liés. Ce serait en fait la combinaison de ces deux variables qui pointeraient vers un “comportement de sur-engagement au travail et donc un risque élevé de burnout”.

A noter aussi que l’étude liste les agriculteurs et exploitants comme les catégories les plus exposées au burnout. Sans surprise, les cadres apparaissent également particulièrement fragiles (l’épuisement émotionnel est plus fort sur cette catégorie, il se traduit par un très fort taux de fatigue à la fois le matin et le soir). En sachant que toujours selon Technologia, le processus d’épuisement menant au burnout serait découpé en 4 phases en tout et pour tout. Le chemin serait le suivant : du plaisir au travail à l’apparition des premiers symptômes (troubles du sommeil, troubles digestifs, troubles dermatologiques. etc.), en passant ensuite par une anxiété majeure, des troubles du sommeil chroniques, l’installation d’une fatigue chronique et des pathologies avérées (hypertension, artérielle, ulcère gastrique, infections à répétition, dermatoses, etc.). La dernière phase se résume en un mot : effondrement.

Si vous souhaitez évaluer votre degré de risque au burnout, vous pouvez réaliser ce test à cette adresse : https://testmyburnout.com/. Ce test a été déployé par Moodwork et créé par des chercheuses de l’Université Catholique de Louvain : Moïra Mikolajczak et Isabelle Roskam.

Abonnez-vous à la newsletter hebdo de Zevillage et gagnez du temps de veille
Gagnez du temps dans votre veille avec notre newsletter hebdomadaire
Placeholder Placeholder