Il y a près de trois ans, le conseil général de l’Orne signait une convention avec l’opérateur Altitude Telecom pour fournir un accès à Internet en haut débit sur la totalité du territoire du département. Le choix s’était porté sur cet opérateur normand qui était alors le seul à disposer d’une licence Wimax, technologie sans fil éprouvée.

Sage décision qui a permis de briser le monopole de fait de France Telecom en milieu rural et donc, par rebond, d’accélérer le déploiement de l’ADSL par l’opérateur historique.
Une concurrence et un investissement qui devaient permettre à l’Orne d’être, dès 2005, le 1er département rural entièrement couvert par le haut débit.

La convention signée par le département et l’opérateur prévoyait notamment deux obligations :
– Altitude Telecom devait fournir un accès à Internet en Wimax à toute entreprise du département qui le demandait, quitte à investir à se frais pour raccorder le client
– les particuliers devaient pouvoir accéder à une offre à coût raisonnable, moins élevé que les professionnels.

Sur le plan technique, l’opérateur a rempli sa mission : depuis deux ans le réseau est opérationnel et le service est fiable et stable. Pour les clients qui ont pu être raccordés.

Malheureusement, le reste ne suit pas. L’opérateur ne semble pas tenir ses engagements de « service public » malgré la compensation d’environ 7 M d’euros versée par le conseil général avec l’aide de la région et de fonds européens.

De nombreux témoignages de non raccordement fleurissent dans tout le département. En contradictions avec les obligations contractuelles de l’opérateur. Il paraîtrait même qu’un conseiller général qui avait demandé le raccordement n’a jamais pu être connecté en Wimax !

L’activité commerciale ne suit pas non plus. Aucun effort ni aucune prospection d’envergure n’a été faite auprès des particuliers et le processus d’abonnement est long et peu pratique pour le grand public. Probablement parce qu’Altitude Telecom est une société spécialisée dans le marché des professionnels et parce que les marges sur les abonnements « particuliers » sont faibles. C’est compréhensible mais il ne fallait pas signer avec le conseil général si l’affaire était si mauvaise !

Enfin, les offres de l’opérateur, en termes de débits proposés, n’ont pas suivi les évolutions des usages des internautes, de plus en plus gourmands en débit. Et les abonnements professionnels ne proposent même pas de débits symétriques !

Cette situation engendre des conséquences graves, en pertes d’opportunités pour les entreprises ornaises et en retard d’équipement pour la population du département. Et des non installations d’entreprises ou des projets de départ au profit de territoires mieux équipés.

Les membres de notre club demandent donc au conseil général de faire le nécessaire auprès d’Altitude Telecom pour qu’il respecte ses engagements.

Ou, éventuellement, qu’il trouve un autre opérateur prêt à reprendre la mission qu’Altitude n’a pas rempli. Car l’opérateur normand n’a plus le monopole du Wimax.

Club du Tricorne
www.zevillage.net

Communiqué envoyé par le club du Tricorne
à la presse du département de l’Orne. Le club du Tricorne regroupe près
de 80 professionnels ornais intéressés aux technologies de
l’information et de la communication.

Abonnez-vous à la newsletter hebdo de Zevillage et gagnez du temps de veille
Gagnez du temps dans votre veille avec notre newsletter hebdomadaire
Placeholder Placeholder