Selon le Fil AFP-Liaisons sociales, la direction et les syndicats de France Télécom-Orange sont sur le point de renouveler l’accord sur le travail à distance signé en 2009 pour une période initiale de trois ans.

Cet accord était arrivé à échéance en juin 2012 et avait été prolongé de six mois, le temps d’en négocier un nouveau.

 

Le nouveau projet d’une dizaine de pages transmis aux syndicats reprend les grandes lignes du texte précédent :

  • volontariat
  • accord préalable du manager
  • présence pendant au moins deux jours par semaine dans les locaux de l’entreprise
  • limitation de la formule à une liste de métiers considérés comme autonomes.

Améliorations de l’accord télétravail

Quelques améliorations ont été introduites par rapport à la mouture précédente : versement d’une prime annuelle de 100 € et création d’un poste de référent national du télétravail.

En outre, la commission paritaire de suivi est investie de prérogatives nouvelles : elle pourra être saisie en cas de refus d’un supérieur hiérarchique. Elle aura aussi un droit de regard sur les expérimentations ultérieures dans des filiales ou métiers spécifiques.

Les représentants CGC, Unsa, CFDT, et CFTC se disent déçus. En effet, ils rêvaient d’une démarche volontariste pouvant favoriser les seniors et les travailleurs handicapés. D’autant plus que le dispositif concerne moins de 2 000 personnes sur environ 100 000 en France. Compte non tenu des nomades qui travaillent occasionnellement à distaornce. Un ratio jugé insuffisant compte-tenu de l’activité high tech de l’entreprise.

Ajout du 24 mai : Voir le communiqué de France-Télécom Orange