Un livre récemment publié par l’Institut Montaigne, Et la confiance, bordel, nous apprend que la France se situe en queue de peloton de l’index de confiance. Seuls 30% des Français déclarent avoir confiance dans les entreprises, un chiffre bien plus bas que dans la plupart des autres pays recensés. Or, sans confiance comme faire évoluer les organisations des entreprises ?

Graphique de la fracture de confiance

Le Ministère de l’Économie l’a récemment annoncé, rétablir la confiance entre les Français et l’entreprise est indispensable pour faire avancer l’économie du pays. Avec leur charte de Confiance & Croissance (télécharger ci-dessous), l’Institut Montaigne et Raise associés au collectif d’auteurs publient un programme complet destiné à mettre à jour les leviers du changement et à aider les entreprises et les salariés à bâtir des liens durables.

L’importance de la confiance pour une entreprise en bonne santé

La performance d’une entreprise dépend en majeure partie du lien établi entre cette dernière et ses interlocuteurs principaux que sont les marchés financiers, les consommateurs et les salariés. Pour être considérée comme performante, elle doit inspirer la confiance des actionnaires et / ou des marchés, mais aussi des consommateurs et du public afin de bâtir une réputation fiable et durable. Mais impossible pour une entreprise d’être performante sans capitaliser sur sa matière première : la confiance que ses collaborateurs lui donnent et qui se manifeste par un engagement clair, de la motivation et une loyauté à toute épreuve.

L’instauration d’un nouveau modèle managérial

Le programme Confiance & Croissance se positionne en faveur de l’instauration d’un nouveau modèle managérial français qui permettrait de favoriser la relation entre le salarié et l’entreprise tout en améliorant les performances de cette dernière.

L’étude démontre que ni le secteur d’activité ni la taille de l’entreprise ne jouent un rôle déterminant entre ces deux acteurs. C’est le système managérial global français qui doit être modifié afin d’instaurer un climat confiant entre entreprises et salariés.

Il appartient donc aux dirigeants de mettre en place les conditions parfaites pour rétablir la confiance.

La mise en place d’un indice

Le programme propose d’instaurer un Indice du capital Confiance qui permet de faciliter le pilotage de l’entreprise. Cet état, qui ne peut habituellement pas être mesuré, devient alors quantifiable et analysable à travers un suivi régulier prenant en compte le facteur humain. Cet Indice a pour objectif d’établir les bases d’une politique de développement durable grâce à l’analyse du ratio confiance/rentabilité sur le court et le long terme.

C’est en préservant ce sentiment du public, des actionnaires et des salariés que l’entreprise rentrera enfin dans un cercle vertueux de croissance durable et équilibrée.

En intégrant l’Indice dans l’évaluation des entreprises, ces dernières installent progressivement un équilibre et inspirent la confiance auprès de leurs trois familles d’actifs.

La charte en six points

Point central de la réussite des entreprises sur le long terme, la confiance est au cœur des préoccupations actuelles. A travers cette charte déjà signée par de grandes entreprises comme Accor, L’Oréal ou encore Michelin, le collectif d’auteurs et leurs partenaires proposent aux entreprises de s’engager sur six points cruciaux :

  • le dialogue collectif autour de l’Indice
  • la communication sur les actions engagées
  • l’encouragement de la recherche académique
  • l’enrichissement de la connaissance de l’entreprise
  • la création de dialogues forts entre les différents acteurs de l’entreprise
  • la promotion d’une dynamique de confiance entre les différents collaborateurs.

Télécharger le programme Confiance et croissance (PDF)