Aux Etats-Unis, en dehors des villes, 39% des habitants (23 M) sont privés de très haut débit rural (THD), moins que les 25 Mo de débit fixé par la Commission fédérale des communications comme plancher du THD. Pour les Américains ruraux, ce service médiocre limite l’accès à Netflix mais aussi à la santé, aux affaires et à l’éducation. Avec des causes étrangement similaires à celles qui existent en France.

Le très haut débit rural, un souci de rentabilité avant tout

En France comme aux Etats-Unis, les opérateurs privés ne déploient la fibre qu’en zone urbaine parce que les investissements sont moins rentables à cause de la moindre densité d’habitants.

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=n54-eEvoMpg?rel=0&w=560&h=315]

À la place des entreprises privées, le financement fédéral a été crucial dans le déploiement du très haut débit en milieu rural. Mais le niveau de financement n’a pas suivi le rythme de la technologie. À mesure que les vitesses d’accès à l’Internet augmentent, la technologie et l’infrastructure nécessaires pour les fournir deviennent plus coûteuses.

La vidéo fait le parallèle entre le déploiement de la fibre optique et l’électrification du pays au début du XXe siècle. Parallèle réalisé également en France depuis longtemps par les “partisans” de la fibre.

Au début du siècle dernier, l’électrification présentait un problème similaire et FDR l’a résolu en orientant l’argent vers des coopératives locales prêtes à déployer l’effort nécessaire à l’expansion. 

Comme en France, la cause du retard à la campagne est aussi à chercher du côté des usages. Pas d’intérêt pour l’Internet, pas de demande de débit ! Bien que cela puisse surprendre de nombreux citadins, les principales raisons pour lesquelles les Américains ruraux ne se connectent pas à l’Internet n’ont rien à voir avec l’argent. Quand on pose la question, “ne pas avoir besoin de l’Internet” et “pas intéressé” sont des réponses qui viennent bien plus souvent que des préoccupations financières.

Des projets alternatifs comme le Projet Loon de Google pour fournir un accès Internet grâce à des ballons, ou celui de Facebook, Aquila, de connexion par drones solaires ou encore celui de Microsoft pour faire circuler Internet sur les fréquences de la télévision vont bientôt voit le jour. Mais, en attendant, la 4G pourrait bien être la solution la plus simple pour apporter Internet à la campagne.

Dernier parallèle entre les situations américaines et françaises : les politiques qui promettent tous depuis 20 ans d’apporter le THD dans le monde rural. T’as qu’à croire.