Recours au télétravail, accès à un numéro vert de soutien personnel, des managers sensibilisés et formés… Pour assurer l’application de toutes les mesures de son accord sur la qualité de vie au travail (QVT), Direct Assurance y consacrera 10 % du budget annuel de formation. ​

Le texte, ​signé par la direction de Direct Assurance, la CFDT et la CFE-CGC, se veut une nouvelle étape dans la promotion d’une « démarche globale, alliant prévention du stress et qualité de vie au travail ». Dans cet accord que le syndicat CFE-CGC considère comme exemplaire, les signataires espèrent répondre à des défis qui ne résultent pas seulement de la digitalisation des activités, mais aussi de facteurs tels que les évolutions normatives et le changement des organisations.

Direct Assurance, la question de légitimer la notion de QVT

Pour agir efficacement, les parties signataires estiment nécessaire d’identifier les situations pouvant engendrer du stress. Direct Assurance, rappelle l’accord, réalise l’enquête annuelle de l’institut Great Place to Work (société de conseil et formation), qui doit l’aider à déceler, à créer et à maintenir un cadre de travail satisfaisant pour les différentes populations de l’entreprise.

Des indicateurs (turn-over, nombre de visites médicales, etc.) font l’objet d’un suivi trimestriel (pour l’absentéisme maladie, par exemple) ou annuel (nombre de salariés ayant eu recours au dispositif de soutien psychologique, par exemple). Ceux-ci sont issus des rapports annuels existants au sein de la base de données économiques et sociales (BDES), précise l’accord.

Accompagner les projets d’évolution

La direction s’engage à assurer une prévention du stress dans sa manière d’organiser le travail. L’engagement est pris, aussi bien lors des changements affectant les conditions de travail, que dans la vie quotidienne. Ainsi, elle associera managers et salariés aux projets, dans les équipes chargées de la conception, « au plus près des problématiques opérationnelles».

De même, la direction communiquera sur les bonnes pratiques d’utilisation des messageries électroniques et d’organisation des réunions. L’accompagnement des nouvelles façons de travailler qui est mis en place doit prendre en compte la transformation digitale en cours. Celle-ci « conduit à une culture nouvelle de l’immédiateté et de connectivité ».

Direct Assurance souhaite favoriser une « culture d’ouverture », qui « consiste à tirer le meilleur profit de la technologie », de manière à renforcer l’équilibre entre vie personnelle et vie professionnelle. Tous les salariés acquerront d’ici à 2020 le « portefeuille de compétences » nécessaire à leurs métiers, comme le prévoit l’accord de branche du 15 décembre 2016 sur la QVT et le pacte de responsabilité du 8 décembre 2014, créant le certificat digital.

Utiliser les nouvelles technologies

L’accord met en place le télétravail, selon des modalités devant « garantir la qualité de service rendue aux clients ». Dans l’attente d’une étude des moyens techniques complémentaires, la possibilité de télétravailler est offerte de manière occasionnelle, sans prise en charge spécifique de frais par l’entreprise. Elle est réservée à des salariés autonomes en CDI, cadres ou non-cadres, ainsi qu’aux femmes enceintes et aux travailleurs handicapés. Elle est limitée à six jours par trimestre (pouvant être posés par demi-journées).

L’accord comporte encore des dispositions sur le droit et le devoir de déconnexion. Il précise toutefois que si les sollicitations par mail, SMS, contacts téléphoniques et outils numériques sont à éviter hors des heures habituelles de travail, le salarié reste libre de s’organiser comme il le souhaite dans son activité professionnelle.

Télécharger l’accord QVT de Direct assurance (PDF)

 

(Source : avec Fil AFP-Liaisons sociales – Michel Eicher – Liaisons Sociales Quotidien)

Abonnez-vous à la newsletter hebdo de Zevillage et gagnez du temps de veille
Gagnez du temps dans votre veille avec notre newsletter hebdomadaire
Placeholder Placeholder
Mots clés: , ,