Accueil / Qualité de vie / Les espaces de travail futuristes envisagés par Google dans son Googleplex

Les espaces de travail futuristes envisagés par Google dans son Googleplex

Google a beau être l’une des sociétés les plus entreprenantes au monde, elle demeurait jusqu’ici particulièrement classique en ce qui concerne ses espaces de travail. Une donnée qui devrait prochainement changer avec les nouveaux aménagements prévus par l’entreprise.

Extension du Googleplex

Photo : Google

 

Google occupe les anciens bureaux de Silicon Graphics à Mountain View. Malgré quelques tentatives de personnaliser le lieu à travers des rénovations intérieures et l’instauration des vélos multicolores avec lesquels circulent les salariés, le Googleplex demeure la réalisation d’une autre entreprise. Lors de son installation, contrairement à Apple ou Microsoft qui bâtirent la quasi-totalité de leurs bâtiments eux-mêmes, Google a dû s’adapter à l’architecture déjà en place. Des projets d’aménagement grandioses ont récemment vu le jour et risquent de transformer littéralement le Googleplex.

Rapide rétrospective du Googleplex

Jusqu’en 2006, le Googleplex n’appartenait pas vraiment à Google puisqu’il s’agissait d’une location. Ce n’est qu’à la fin des années 2000 que l’entreprise décide d’acheter son complexe à Mountain View et commence à considérer des projets de restructuration à long terme. Des panneaux solaires sont installés, des rénovations de grande ampleur sont effectuées et les 10 hectares de la propriété sont alors entretenus par… 200 chèvres !

Durant les années suivantes, Google se consacre à ce que tous les riches propriétaires se plaisent à imaginer : la construction de bâtiments additionnels. Face à l’ampleur du projet qui impliquait, entre autres, la création d’un campus protégé par un dôme géant en verre, les voisins se sont naturellement opposés aux plans de l’entreprise.

Vers un tout nouveau Googleplex?

Le projet initial de Google était de créer 4 nouveaux espaces de travail agrémentés de salles de loisir, le tout recouvert par un dôme en verre gigantesque comme on peut le voir dans cet article du New Yorker. Des rampes auraient remplacé les marches afin que les employés puissent circuler plus facilement en vélo et des bureaux modulables auraient permis de changer de place à la demande.

cafeteria dans le Googleplex

L’actuelle cafeteria du Googleplex – Photo Nicolas Bullosa sur Flickr

 

Le mois dernier, face au manque d’espace et à la demande en progression constante, le conseil général de la Mountain View a rendu sa décision en refusant la majorité des projets proposés par Google. Les restrictions imposées par le conseil signifient que Google ne pourrait créer qu’un bâtiment sur les quatre proposés, l’espace restant étant dédié au voisin direct de Google, LinkedIn.

Aujourd’hui, l’entreprise espère pouvoir mettre en œuvre ses projets en changeant purement et simplement de localisation. Elle a proposé de créer un tout nouveau mais plus petit complexe de 55 000 m2 entièrement recouvert par un dôme transparent sur un terrain situé non loin de l’actuel Googleplex. La propriété aurait son propre système de traitement d’eau, un petit sentier naturel ouvert au public, une place centrale avec des magasins et des kiosques ainsi que des espaces de travail extérieurs agrémentés de bureaux mobiles. Google espère ainsi créer un petit monde auto-suffisant où la pluie ne tomberait jamais.

Siège de Google vu sur Google maps

Aujourd’hui, les projets de Google pourraient avoir un effet bénéfique sur la culture du travail dans la Silicon Valley. Les espaces de travail flexibles et l’environnement éco-friendly proposés par le géant mondial d’internet ont toutes les chances de servir d’exemple ces prochaines années. Même s’ils ne font pas l’unanimité.

À propos Mélodie Vanesse

Mélodie Vanesse

Rédactrice pour Zevillage, spécialiste de la rédaction SEO mais aussi passionnée de #voyages

Lire les articles précédents :
La mobilité : hier, aujourd’hui, demain et après-demain

"La mobilité est aujourd’hui au cœur de nos vies personnelles et professionnelles, et a modifié en profondeur nos usages. Mais...

Fermer