Accueil / Territoires agiles / Le tiers-lieu, nouvelle recette du développement territorial ?

Le tiers-lieu, nouvelle recette du développement territorial ?

L’attractivité change car les entrepreneurs ont changé. Les entrepreneurs changent et avec eux les territoires doivent profondément modifier leurs stratégies d’attractivité. Essai de recette d’un bon projet de tiers lieux.

recette coworking tiers-lieux developpement economique

La matière « tiers-lieu » étant très sensible, il reste encore à saisir les bonnes pratiques en la matière et les fausses bonnes idées qui remplacent la mise en place d’une stratégie par la simple création d’un lieu… Qui risque fort de rester vide. Les territoires en comptent déjà beaucoup, de ces lieux colorés qui ne rencontrent jamais leur public.

Non ça n’est pas la faute du marché qui n’a pas compris mais bien celle de l’absence de stratégie.

Alors quelles ingrédient dans la recette ?

Tout d’abord il faut regarder ce que vous avez au réfrigérateur : des écoles, des filières innovantes, des labo de recherches, des associations d’entrepreneurs, des entreprises innovantes ou leader, des élus convaincus, des collaborateurs du développement économique enthousiastes ou prêts à tenter?…  

Il vous faut faire cet état des lieux. Nous avons coutume de le proposer aux territoires en format MindMap (carte mentale) en ligne et collaboratif avec l’équipe projet du territoire.

Une fois les idées claires sur vos forces, vos opportunités, il faut se lancer. 

La méthode AGILE s’impose car la démarche sera innovante, c’est à dire celle qui vous conduit à tenter par petits pas successifs en interrogeant systématiquement vos cibles (utilisateurs futurs, entrepreneurs du territoire, associations économiques…) sur leurs attentes et surtout leurs envies de faire. L’étude de marché est ici bien souvent inefficace… Ici l’offre et son attractivité feront le marché, pas l’inverse.

Prenez un porteur, souvent territoire (collectivité, souvent agglomération ou communauté de communes), quelques fois association, plus rarement entreprise. 

Un soupçon de folie

Saupoudrez toujours de quelques liberté d’action, en évitant par exemple le portage trop visible de la collectivité afin de laisser libre court aux initiatives collectives qui ne tarderont pas à émerger de votre territoire. Dans l’Orne la démarche Orne.Tech financée par le département est par exemple portée de façon informelle. 

Lancer l’émergence de bonnes volontés en réunissant un 1er cercle de volontaires. Des entrepreneurs, de futurs coworkers souvent, des associations, des enseignants, étudiants, réseaux… Vient qui veut. En soirée, autour d’un verre on explique l’idée. Il s’agit là de susciter les idées, les initiatives, les envies, de découvrir les attentes…  Plusieurs formats conviennent à ces rencontres, elles sont, vous le verrez, redoutablement efficaces.

Ensuite, les premières pièces du puzzle de votre stratégie apparaitront. Une spécialisation filière avec une école, un évènement, une entreprise leader porteuse?… Au territoire de décider et de veiller à relier ces initiatives aux autres plus « traditionnelles » du territoire (pépinières d’entreprises, CCI, écoles,…). C’est ce que j’ai opéré pour l’émergence au Mans de la filière numérique avec l’émergence de la Ruche Numérique. 

Coworking Hub Islignton

Le projet de tiers-lieu devra être intégré aux échanges avec ce 1er cercle qui s’élargira rapidement. Ce sera donc votre communauté elle-même qui co-construira son futur lieu. Un gage de réussite du projet si l’écoute et la bienveillance sont là.

Le chef veillera à faire participer et croitre ses marmitons

Donnez toutes les chances aux initiatives locales en évitant de fermer le projet et en vous autorisant à en confier l’animation à la communauté elle-même si elle vous parait prête à la porter. C’est un gage de réussite évident et surtout un gage de longévité. La place du développeur économique est ici d’assurer le liant avec les acteurs du territoire et les développeurs économiques ayant compétence sur votre territoire (CCI, Région, Pôles de compétitivité, MEDEF, clubs de créateurs d’entreprises…).

Un FabLab notamment gagne beaucoup à être confié à sa communauté. L’exception pourrait être une entreprise porteuse ou un centre de formation/recherches. 

Les 5 prochains articles de la série traiteront de cas précis qui vous permettront de mieux appréhender la démarche complète de la création, du développement, de la croissance durable d’un tiers-lieu dynamique sur votre territoire. 

5 recettes dans 5 territoires, contextes et porteurs différents.

A déguster et partager sans modération

À propos Loïc RICHER

Consultant associé Adverbe éditeur de ZeVillage.net, Je suis spécialiste du développement territorial agile. #Communautés #coWorking #innovation #pépinières #Accélérateur #MéthodesAgiles Fondateur pour la CCI Le Mans de la Ruche Numérique, Membre du CA des Femmes du Digital Ouest et de l'asso Agile Le Mans.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Lire les articles précédents :
http://www.biennale-design.com/saint-etienne/2017/fr/home/
Biennale du design : les tiers-lieux à l’honneur

La Biennale du design de Saint-Etienne se penche pour son édition 2017 sur le thème du travail: Working Promesse autour...

Fermer