En 2011, à la demande de la sous préfecture de Die et des collectivités locales partenaires, le Pôle Numérique, installé à Valence, dans la Drôme, a accepté de prendre en charge la création, la gestion et l’animation d’un réseau de télécentres sur 6 sites dans la vallée de la Drôme. L’équipe du Pôle a souhaité appuyer l’émergence du réseau sur les Espaces Publics Internet (EPI) existants sur ce territoire. Une piste d’évolution pour ces Espaces Publics Numériques en pleine “crise existentielle” ?

Les raisons de ce choix

En premier lieu, il fut guidé par la nécessité d’animer et de gérer en présentiel les espaces aménagés pour accueillir les télétravailleurs. Cela pour répondre aux attentes pratiques des utilisateurs, recueillir et échanger sur leurs demandes moins formelles et enfin être un relais efficace et participatif à l’animation globale du réseau. Le pôle ne disposant d’aucun crédit de fonctionnement, la solution en proximité et en compétences s’orienta naturellement vers les EPI Drômois dont le Pôle Numérique accompagne la création et l’animation, missionné par le conseil général, depuis 2009.

Dés la création du réseau des EPI 26, la question de leur développement et des moyens pour y parvenir à moyen terme se posait. En 2011 chaque espace avait déjà défriché, avec plus ou moins de succès, des pistes d’activités complémentaires à leur mission de réduction de la fracture numérique dans les territoires.

L’opportunité était alors trop belle pour notre Living Labs d’expérimenter l’ouverture de ces lieux vers les nouveaux modes de travail, grâce au Pôle d’Excellence Rurale (PER) validé par l’Etat à l’automne 2011. Si la « greffe » prend, les recettes générées par la mise à disposition de nouveaux espaces aux télétravailleurs, contribueront à l’autofinancement des EPI.

La troisième raison croise elle aussi le champ de l’expérience mais cette fois autour des valeurs de la société de la connaissance et des savoirs : l’ouverture, le partage, la co-construction, le modèle gagnant-gagnant. Parvenir à sensibiliser, entrainer et faire co-agir l’ensemble des acteurs impliqués dans le projet, en prenant en compte ces valeurs et afin d’observer les interactions et mesurer les impacts sur le territoire.

Le numérique n’est qu’un outil qui certes bouleverse le quotidien personnel et professionnel de chaque individu, mais surtout le replace au cœur d’une nouvelle citoyenneté et d’un nouveau modèle de développement. Cette approche et l’élaboration collective  du PER ouvrent un chapitre singulier de ce projet de développement local, situé par ailleurs sur un territoire labellisé Grand Projet Rhône-Alpes : la Biovallée !

Eco-site d’Eurre au cœur de la Biovallée, un des lieux d’implantation d’un espace de télétravail et de coworking.

L’autre ambition du projet

Après un début d’année 2012 consacré aux signatures des conventions entre les partenaires, le Pôle Numérique s’est attaché, au cours de l’automne, à faire partager aux élus, agents de développement, équipes d’animation des EPI de la vallée, l’intérêt qu’il pressentait à concevoir l’aménagement de certains de ces espaces pour l’accueil de coworkers.

Ce nouvel axe du projet faisait écho à notre volonté de donner une dimension de développement local au réseau, un peu distinct des retombées purement économiques envisagées jusque là, implantation de nouvelles activités TIC, localisation de centre d’appels, accueil de télésalariés

Parce que la vallée de la Drôme, comme la Drôme, accueillent depuis longtemps des personnes actives à la recherche d’un cadre de vie préservé pas trop éloigné des voies de communication, ces territoires sont riches de compétences qui sont malheureusement pas toujours reconnues, valorisées, cooptées localement.

Tous les néo-ruraux ne parviennent pas toujours à concilier vie à la campagne et carrière professionnelle et certains se résignent au retour en ville. Mais aujourd’hui, beaucoup réussissent ce challenge et s’engagent dans la voie de la création d’activité voire de la pluriactivité, parfois en dehors des circuits traditionnels d’accompagnement, souvent grâce aux TIC.

L’idée de créer les conditions favorables du télétravail coopératif dans la vallée vise 2 objectifs:

  • proposer un cadre de travail performant relié à la fibre aux télétravailleurs de la vallée, qu’ils soient indépendants, créateurs, salariés, nomades ou demandeurs d’emplois, pour créer, développer leur activité mais aussi partager, échanger et co-construire peut être demain des projets communs
  • offrir un environnement et des animations propices à la participation des télétravailleurs à des  projets d’intérêt général dans la vallée ou le département. Valoriser en quelque sorte, au-delà de l’agriculture, tous les avantages des circuits courts en faveur d’un développement local qui place l’usager au centre.

Pour les EPI qui ont choisi de promouvoir cette expérience de coworking en milieu rural, ils se retrouvent dés lors en position de partenaire à part entière de la stratégie de développement du territoire. Leur rôle dans la médiation numérique du territoire est renforcé et leur ouvre de nouveaux horizons collaboratifs notamment  avec les collectivités, celles-ci devraient découvrir sous peu tous le potentiel et la transversalité que recouvre cette notion.

D’ici l’été un outil collaboratif sera à la disposition des télétravailleurs afin d’encourager l’émergence d’une communauté dans la vallée, les tiers lieux quant à eux devraient ouvrir à l’issue des phases d’aménagements, vraisemblablement cet automne si tout va bien.