Conclu pour 3 ans, un accord sur la conciliation entre vie professionnelle et vie personnelle des postiers aidants a été signé, le 18 septembre, au sein du groupe La Poste (plus de 250 000 salariés).

Signé pour l’instant par FO-COM, la CFDT et la Liste Unis pour Agir Ensemble (Fédération CFTC des Postes et des Télécommunications (CFTC-PTT), CGC Groupe La Poste et Fédération UNSA-Postes), le texte est donc majoritaire. Il met en place plusieurs mesures, dont les plus emblématiques sont le recours au télétravail, l’octroi de 3 jours d’autorisation d’absence par an, la souplesse dans les horaires, et la « création d’un fonds de solidarité aidants ».

L’accord évoque les conditions délicates dans lesquelles se trouvent les salariés aidants. Ainsi, comme le rappelle le communiqué de presse du groupe daté du 3 octobre, « cette activité est lourde à assumer et elle suppose du temps, pour s’occuper de la personne aidée dans sa vie quotidienne, l’accompagner à des rendez-vous médicaux ou accomplir des démarches. Etre aidant a donc nécessairement des répercussions sur la vie professionnelle. »

Mesure phare, le fonds de solidarité aidants

Les signataires ont notamment adopté une mesure phare, à savoir la création d’un fonds de solidarité aidants, qui permet de donner des jours de congés supplémentaires aux postiers qui aident un proche. Ils pourront obtenir jusqu’à 25 jours par an, renouvelables une fois. Le fonds est alimenté par La Poste, à hauteur de 1 000 jours par an, et par les postiers qui, par solidarité, voudront donner des jours de leurs propres congés.

Autre volet de l’accord, la souplesse de l’organisation du travail : les postiers disposeront de 3 jours d’autorisation d’absence par an pour accompagner les proches lors des démarches administratives ou médicales, le recours au télétravail est autorisé et des facilités sont offertes en terme d’horaires dans l’organisation du travail.

Par ailleurs, ils peuvent bénéficier d’un accompagnement personnalisé en cas de demande d’évolution professionnelle, notamment pour une mobilité géographique, et l’accès au temps partiel leur est simplifié.

Mesures déjà existantes en faveur des aidants

L’accord vient compléter des dispositions déjà prises auparavant, comme le guichet des aidants, une plateforme téléphonique qui répond aux interrogations des salariés, les accompagne dans leurs démarches et présente les offres sociales de La Poste sur le sujet.

Non signataire du texte, après âpres discussions en interne, la FAPT-CGT s’interroge : « On a déjà beaucoup de mal dans les services, où la situation est tendue, à pouvoir choisir sans contrainte la prise de congés, que l’on voit mal comment l’entreprise va mettre en place l’accord, questionne Claude Quinquis, de la direction fédérale. Et quid des salariés non-aidants dans ce cadre-là ? ».

Consultation en interne

Quant à SUD-PTT, la décision sur la signature n’a pas encore été prise : « nous avons lancé une consultation en interne dont la deadline est le 8 octobre, pour prendre les différents avis avant de se prononcer », informe Eddy Talbot, secrétaire fédéral SUD-PTT.

Téléchargez l’accord Aidants de la Poste (PDF, 120 Ko)

 

(Sources : Fil AFP-Liaisons sociales – David Giraud – Liaisons Sociales – Photo : Wikipedia)

Abonnez-vous à la newsletter hebdo de Zevillage et gagnez du temps de veille
Gagnez du temps dans votre veille avec notre newsletter hebdomadaire
Placeholder Placeholder