Hier, le 21 mars, avait lieu la restitution du Tour de France du télétravail. Elle se tenait toute la journée au Comptoir Général, lieu parisien atypique et très surprenant. L’événement a eu beaucoup de succès et a réuni plus de 360 personnes tout au long de la journée.

Celle-ci s’est découpée en deux temps avec des publics différents. La matinée était dédiée aux tiers lieux alors que l’après-midi concernait davantage le télétravail.

Le matin consacré au tiers lieux

Xavier de Mazenod (Zevillage) et Nathanaël Mathieu (LBMG Worklabs) ont commencé par passer en revue les meilleures pratiques identifiées pendant le Tour de France puis Baptiste Broughton (Neo-nomade) a présenté les différents types de tiers-lieux existants (télécentre, espace de coworking, centre d’affaire, café wifi…) avant de souligner que chaque tiers-lieu répond à un panel d’usages très diversifiés.

Nous avons ensuite eu plusieurs témoignages de tiers-lieux sur leurs expériences et visions respectives :

  • Michael Schwartz est venu nous présenter La Cordée (à Lyon), dont il est co-fondateur. Pour lui, un espace de coworking est une communauté avant d’être un lieu. C’est un espace pour recevoir, rencontrer, se faire accompagner mais aussi pour soutenir le développement local ;
  • Gregory Ortiz (directeur régional & marketing de Multiburo) nous a présenté un nouvel espace de travail hydride et multi-usages, un Smart Work Center qui ouvrira ses portes le 1er avril prochain à Neuilly. Cet espace, de 2000 m2, proposera une gamme de services répondant aux besoin de souplesse des utilisateurs (en terme de durée, de prix, de technologies…) ;
  • Jean Baptiste Roger (La Fonderie) : pour Jean-Baptiste, nous assistons à une mutation profonde. “C’est en train de changer, tout est en train de se mettre en place” dit-il. Nous sommes plus dans l’initiation mais dans l’affirmation et il conclue en disant que “non, la France n’est pas en retard, elle prend son temps, tout simplement” ;
  • Yoann Duriaux (Openscop) : les interventions de Yoann sont toujours passionnantes. On découvre plein de sites et de concepts. Mais on retiendra que “un processus de tiers-lieu est plus important que le tiers-lieu lui-même”. C’est essentiel de considérer les choses sous cet oeil pour qu’un lien sois pérenne.

Plusieurs représentants de tiers-lieux, venant de toute la France, ont fait le déplacement à Paris pour venir présenter leur tiers-lieu. On peut citer notamment Soleille Cowork, La Mutinerie, Buronomad, Angers Technopole, Bureau Mobile, La Poudirère, Coworking Lille. Un beau panel pour clôturer la matinée !

L’après-midi consacrée au télétravail

L’après-midi a démarré avec une présentation par Frantz Gault (LBMG Worklabs) de l’infographie qui a été créée afin de présenter les principaux résultats de l’enquête sur le télétravail. On retient que 16,7 % de la population active pratique le télétravail (4 millions de français), ce qui place la France au 6ème rang européen. Ce n’est pas si mal. Mais la grande surprise vient du fait que 33 % de ces télétravailleurs sont dans une situation formalisée.

Nicole Turbé-Suetens (experte européenne) a présenté les modalités de déploiement du télétravail en entreprise (Décider, Expérimenter, Mesurer et Généraliser l’expérimentation), après avoir souligné que le passage à une organisation avec du télétravail soit se baser sur le service complet où il y aura du télétravail et pas uniquement le manager et le télétravailleur.

En dehors des sessions plénières, les participants de la dernière étape du Tour de France du télétravail étaient invités à participer à 6 ateliers sur des thématiques liées aux tiers lieux ou au télétravail. Ici, l’atelier “Développement des territoires”.

Après la “théorie”, la pratique. Nous avons pu entendre 3 retours d’expériences : celui d’Atos, celui d’Alcatel-Lucent et de Groupama Rhônes-Alpes.

  • Annick Riou (Atos) a partagé la vision de l’entreprise sur le télétravail et les différentes étapes qui ont été suivies. Mis en place de manière progressive depuis 2010, le télétravail fait partie d’une démarche globale visant à faire de l’entreprise une entreprise où on a envie de travailler. Aujourd’hui, il y a 12,6 % de télétravailleurs et les gains sont nombreux : – 35 % sur les coûts immobiliers, – 30% de papier et – 15 % de consommation électrique ;
  • Aurélia Leclerc (Alcatel-Lucent) : la société fait partie des sociétés pionnières en matière de télétravail, puisque dès 2003, ils ont commencé à réfléchir au télétravail. Parmi les motivations, on trouve les raisons habituelles (équilibre vie personnelle / vie professionnelle, développement durable…) mais aussi des motivations liées à l’évolution de l’entreprise (le changement de site notamment). A l’heure actuelle, 50 % de l’effectif est en télétravail sur 6500 salariés Alcatel-Lucent France, ce qui énorme et 4 212 850 km ont été économisés (par rapport au trajet domicile-lieu de travail) en 2011 ;
  • Blaise Barbance (Groupama Rhônes-Alpes) : il y a moins de télétravailleurs (45 seulement en 3 ans, en janv 2013) que chez Alcatel-Lucent, mais ils télétravaillent plus (3 ou 4 jours par semaine en télétravail contre 1 ou 2 jours chez Alcatel-Lucent), s’amuse Blaise Barbance qui rappelle que c’est une démarche gagnant-gagnant (employé-entreprise). Chez Groupama, la productivité a été accrue de 15 % grâce au télétravail.

Avant les ateliers, nous avons pu entendre :

  • Eric Blanchet (ADAPT) qui a attiré notre attention sur la situation de handicap de nombreux salariés et sur le fait que le télétravail est une solution possible. Il a également indiqué que l’association accompagnerait certainement le Tour de France l’année prochaine ;
  • Olivier Demaegdt (Un toit pour les abeilles) qui apprécie le télétravail car il peut, dans une même journée, travailler au calme, passer une couche de peinture dans sa salle de bain et faire une sieste. Il a également souligné qu’une entreprise n’est pas forcément associé à un lieu géographique : ses clients, ses employés, ses partenaires… ne sont pas forcément situés au même endroit ;
  • Isabelle Stutz télétravaille depuis plus de 10 ans et fait part de son expérience en tant que manager directeur de projet. Pour elle, il est essentiel de rendre autonomes et responsables ses salariés, de montrer qu’on est productif (en permanence) et de rassurer sa hiérarchie. Elle note qu’il y a peut-être, à choisir, des jours de la semaine plus appropriés pour télétravailler, à savoir le mardi et le jeudi.

Une grande et belle journée et juste un au-revoir puisqu’il est prévu qu’un second Tour de France soit lancé l’année prochaine. Avec pour objectif plus seulement  l’évangélisation/l’initiation mais l’accompagnement. Les étapes seront plus longues et plus axées sur la formation. A l’année prochaine donc !

En attendant, vous pouvez télécharger le livre blanc du Tour de France du télétravail et des tiers lieux et consulter l’infographie qui résume les résultats de l’enquête nationale sur le télétravail et sur les usages de tiers-lieux.

Abonnez-vous à la newsletter hebdo de Zevillage et gagnez du temps de veille
Gagnez du temps dans votre veille avec notre newsletter hebdomadaire
Placeholder Placeholder