Nous publions, en 4 parties, ce dossier sur le télétravail gris préparé par Grégoire Epitalon d’après une étude de LBMG Worklabs.

La France compte la même proportion de télétravailleurs que la moyenne européenne. Mais le télétravail reste informel dans au moins six cas sur dix, ce que l’on appelle le télétravail gris. Les confédérations syndicales s’inquiètent : comment expliquer ce décalage entre le cadre normatif et la réalité sur le terrain, et quelles solutions apporter ?

1er épisode :   Aux origines du télétravail gris

Le télétravail gris est une forme de télétravail non formalisée dans le contrat de travail, ce qui est pourtant obligatoire depuis la loi « Warsmann » de 2012. Près de 70% des pratiques de télétravail en entreprise se feraient aujourd’hui sans avenant au contrat de travail, c’est-à-dire de façon informelle au regard de la législation.

2e épisode :  Que risque vraiment un télétravailleur gris ?

Le télétravail gris expose les salariés en télétravail informel à quatre catégories de risques : accident au domicile, dégradation de la santé physique, risques psychosociaux et licenciement pour absence injustifiée. Regardons de plus près la réalité de ces risques.

3e épisode : Pourquoi les employeurs craignent de formaliser le télétravail ?

Cybersécurité, indemnisation, réversibilité sont les trois principales peurs des dirigeants qui leur font craindre la mise en place du télétravail pour leur préférer le flou du télétravail gris. Formaliser le télétravail, c’est aussi  un acte de courage : regarder en face la réalité de son entreprise (maturité numérique, modes de management…) et reconnaître que l’organisation du travail doit évoluer – parfois radicalement !

4e épisode : Quel avenir pour le télétravail ?

L’intuition formulée dans l’ANI de 2005, qui augurait que la notion de télétravail au sens large devait englober “un large éventail de situations et de pratiques sujettes à des évolutions rapides”, se confirme encore aujourd’hui sur le terrain où des formes originales de collaboration à distance continuent d’émerger ou de se développer : télétravail en espaces de coworking, en cohoming, entreprises créant un droit au télétravail pour les salariés, apparition de rythmes de télétravail plus flexibles…

Chaque jeudi, recevez la newsletter de veille de Zevillage