C’est historique, n’ayons pas peur des mots. Et la présence, en force, à la conférence de presse, de la presse économique et professionnelle de l’emploi prouve bien l’enjeu nouveau du thème.

Quatre fédérations ont dépassés leurs frictions passées pour aborder, unies, la révolution du travail qui s’annonce. Car c’est bien d’une révolution dont elles ont parlé ce matin, à Paris, lors de la conférence de presse qu’elles donnaient chez Pierre Hermé.

La Fédération des Partenaires de l’Emploi est lancée

La Fédération des Partenaires de l’Emploi est donc née de l’association (et non de la fusion) des fédérations de :

  1. la Fédération de la Formation Professionnelle
  2. la Fédération  Nationale du Management de Transition
  3. PRISM’Emploi, la fédération des acteurs de l’interim
  4. du Syndicat des Professionnels de l’Emploi en Portage Salarial

Un constat d’abord expliqué en introduction par Patrick Levy-Waitz,  :

Dans ce monde en transformation qui présente des enjeux importants, des opportunités mais aussi des risques… nous avons pensé qu’il fallait agir collectivement et, enfin, oser expérimenter !

En effet, pour un salarié qui le matin est en intérim, l’après-midi en portage salarial, le tout seulement 6 mois avec un passage par la case entrepreneuriat, les enjeux de fluidité des statuts notamment sont de véritables défis.

Or jusqu’à présent, les fédérations ont, de leur propre aveux, trop axée leur action sur la conservation de modèles anciens qui préservaient l’activité de leurs membres. Préservaient, oui mais à court terme. C’est donc un changement d’état d’esprit profond qui s’engage à la faveur de l’évolution rapide du travail en France comme à l’étranger. D’ailleurs les voisins belges, britanniques et bientôt néerlandais ont d’ores et déjà lancé de telles initiatives.

Une fédération pour casser les silos

Une nouvelle fédération donc pour casser les silos et agir transversal.

L’envie de convaincre de l’utilité d’une telle démarche était palpable lors de cette présentation. Gilles Lafon, président de Prism’Emploi, la fédération de l’intérim, précisait d’ailleurs : ” Peut être qu’à l’avenir on ne parlera plus spécifiquement du “travail temporaire“.

Questions que nous nous posions dans l’article l’intérim à l’épreuve du “Future Of Work”.

Devant l’urgence d’agir, les quatre fédérations ont oubliés certaines frictions passées, avec notamment le métier du portage salarial, qui a récemment émergé et occupe aujourd’hui une place importante et grandissante dans le paysage de l’emploi et de l’entrepreneuriat indépendant. Sa présence dans le tour de table de la nouvelle fédération est un signe clair de la prise de conscience de tous de la nécessité d’agir.

On va faire, nous ne sommes plus au pays des idées mais dans le pays du faire ” a ajouté Gilles Lafon. Des projets et actions donc.

Les premiers projets seront annoncés dans les six mois à venir mais, sans trahir de secret, les fédérations afficheront la nécessité de simplifier l’ensemble du parcours professionnel des actifs  : 

  • l’accès à l’information (formation, statuts, …) en un point unique
  • la souplesse de passage d’un statut à un autre en parallèle ou dans une carrière, ce que les acteurs de la nouvelle fédération appellent : la synchronisation des statuts. 

La nouvelle Fédération des partenaires de l’emploi sera donc force de proposition pour l’Etat et entend peser sur les décisions à venir. Elle sera aussi force d’action en agissant avec des entreprises membres, très demandeuses.

La Fédération sera présidée par Patrick Levy-Waitz et dirigée, à compter d’avril 2018, par François Roux DG de Prism’Emploi.

Zevillage fera un focus sur ce thème lors de son événement dédié au Futur du travail prévu en mai prochain à Paris.

Rendez-vous est donné dans six mois, par les partenaires sur Zevillage pour un retour sur cette initiative.

Abonnez-vous à la newsletter hebdo de Zevillage et gagnez du temps de veille
Gagnez du temps dans votre veille avec notre newsletter hebdomadaire
Placeholder Placeholder