Sat2way a annoncé il y a quelques semaines une évolution de son offre par satellite, avec pour la première fois une offre illimitée, avec suppression des fameux quotas.

Ces quotas de données transférées limitaient jusqu’alors grandement l’intérêt des solutions satellites ou les rendaient couteuses.

Avec son offre à 35 euros par mois (6 Mbits/sec. / 1 Mbit/sec.) ou à 49 euros (10 Mbis/sec. / 4 Mbits/sec.), le haut débit semble réellement à portée des déserts numériques les plus reculés.

Bien sur il y des clauses limitatives, mais elles ne s’adressent qu’aux pirates qui tenteraient de profiter de cette absence de limite pour les dépasser… les limites. Si vous téléchargez de manière légale, cela ne vous posera aucun problème, même si vous êtes un gros consommateur.

Le satellite Ka-Sat
Le satellite Ka-Sat

Utilisateur de la solution Sat2way depuis cet été 2011, je voulais attendre quelques mois avant de vous faire part de mon expérience.

Les points positifs

  • Très grande facilité d’installation : j’ai installé et réglé l’antenne moi-même. Mais elle n’est pas sur le toit. Sans doute aurais-je pris un installateur si j’avais du monter sur le toit. L’antenne est lourde et cela ne doit pas être facile à installer seul, à 5 mètres du sol. Le réglage est très simple, le DVD livré est très clair et très explicite. Aucun problème de ce côté. Juste un détail, je n’ai pas trouvé de pince à sertir pour réduire la longueur du fil fourni et payer 100 euros pour une pince que je ne vais utiliser qu’une fois… Mais avec quelques autres outils, on s’en sort bien.
  • Le débit est très correct. Je suis rarement à 10 Mb/s, plutôt autour de 8/9, mais parfois à 14. Le débit en émission est plutôt autour de 2 Mb/s mais c’est amplement suffisant. Le soir entre 17h et 20h le débit baisse clairement et le ping augmente, mais cela reste raisonnable.
  • C’est une excellente solution pour naviguer sur Internet, envoyer des mails, télécharger, regarder des vidéos… mais pas pour les applications qui nécessitent un délai de réaction très court comme les jeux en réseau.

Les points négatifs, il y en a !

  • Le PING, c’est le délai que met une information à franchir les 72 000 km aller-retour qui séparent mon ordinateur du serveur de Sat2way (le satellite est en orbite géostationnaire à 36 000 km). Il est forcément beaucoup plus important qu’en ADSL où vous êtes à quelques dizaines ou centaines de kilomètres de votre serveur.Le problème c’est que le PING ajoute un délai entre chaque information envoyée et la réponse du serveur. Dans un système type Minitel où vous saisissez une page, la validez pour l’envoyer au serveur, cela ne pose aucun problème. Mais Internet est maintenant un média en temps réel. Prenons l’exemple d’une recherche Google. Vous saisissez le début d’un mot, Google interroge en temps réel ses serveurs et vous propose les recherches les plus fréquentes, pendant que vous tapez le reste du mot.Et bien le PING vient s’insérer entre chaque appel au serveur, ce qui rend ces applications temps réel très lentes avec une connexion satellite. Je pense même qu’avec le temps, ce handicap grandira car les applications sont de plus en plus en temps réel. Si elle est adaptée aujourd’hui, une connexion satellite risque de l’être de moins en moins dans les prochaines années.
  • La stabilité de la connexion est moyenne. Je suis un gros consommateur, deux postes allumés toute la journée, qui passent au travers d’un routeur Cisco pour accéder au satellite. Plusieurs applications temps réel ouvertes en permanence (Twitter, Google Analytics…). Une fois par semaine, je dois redémarrer le modem satellite et mon routeur car la connexion est perdue. Environ une fois par jour la connexion saute et se rétablit quelques minutes après. Mais ce n’est pas vraiment dérangeant et seuls les utilisateurs permanents en télétravail s’en rendront compte. Les vents violets de mi-décembre ont légèrement déréglé mon antenne, mais au premier rayon de soleil, le repointage a été très simple.
  • Le GROS point noir, ce sont les connexions SSL, les sites sécurisés en HTTPS. Je n’arrive pas à comprendre pourquoi, mais les sites sécurisés ont du mal à dialoguer avec mon ordinateur. Souvent le temps de réponse est trop lent et la connexion SSL est perdue. J’ai de nombreux messages d’erreur SSL. Je soupçonne le PING d’en être la cause. Il est de 800 ms en moyenne, presque une seconde, quand une connexion ADSL a un ping de 20/30 ms. J’ai du abandonner le navigateur Chrome qui ne permet pas de régler le ping tolérable et se mettait en erreur en permanence. Avec Firefox, je peux régler ce délai d’attente et du coup les connexions sont un peu meilleures, mais je continue à avoir des erreurs. J’ai contacté Sat2way sur le sujet, qui n’a pas été en mesure de m’apporter le moindre élément de réponse, et n’a rien fait pour trouver une solution.
  • Autre problème, votre adresse IP est en Italie, là où se trouve la base de réception du satellite. Cela signifie que vous êtes reconnu comme un internaute italien. Cela peut faire sourire, mais de plus en plus de sites utilisent cette information pour personnaliser les contenus. Sur eBay, vous avez par défaut les offres de vendeurs en Italie, sur Google vous allez sur Google.it, votre banque peut vous refuser de faire un virement par Internet car elle détecte que vous n’êtes pas à votre endroit habituel, etc.C’est très énervant au quotidien, mais il faut accepter ce petit inconvénient. Sat2way annonce qu’une IP française pourrait être disponible « prochainement » sans plus de précisions…
  • Je n’ai pas testé le téléphone par satellite, mais j’ai essayé de connecter mon téléphone IP de Keyyo. Le ping de 1s est un obstacle. Vous avez l’impression d’appeler Bagdad. Du coup, j’ai connecté mon téléphone à ma ligne ADSL à 1Mb/s que je garde bien sur en secours.
  • Concernant le service de Sat2way, je suis très réservé. J’ai l’impression que leur seul objectif est de clôturer les tickets d’incident le plus rapidement possible, même si aucune réponse n’a été apportée. Leur délai de réponse aux questions techniques est parfois de plusieurs jours. Et pour le cas que j’ai soumis (le problème HTTPS décrit ci-dessus), le niveau des interlocuteurs n’était manifestement pas suffisant pour investiger cette question technique…

Globalement, je suis tout à fait satisfait et j’ai enfin l’impression de pouvoir travailler à distance dans les mêmes conditions ou presque que si j’étais dans un bureau « normal ». Le seul vrai problème est celui de la connexion SSL qui plante, et je suis convaincu qu’il y a une réponse logicielle… mais je ne la connais pas.

Le satellite n’est pas la panacée. Mais comme la solution idéale n’existe pas, et que nous avons choisi le confort de la vie à l’écart des centres urbains, le satellite représente aujourd’hui, de par mon expérience, une réelle solution, à un prix très raisonnable et pour une qualité de service très correcte.

Abonnez-vous à la newsletter hebdo de Zevillage et gagnez du temps de veille
Gagnez du temps dans votre veille avec notre newsletter hebdomadaire
Placeholder Placeholder
Mots clés: , ,