La dynamique association Les Nouvelles parisiennes a eu la bonne idée de commander à l’institut Opinion Way une enquête sur la mobilité, les transports et le télétravail (à télécharger en bas de page). Une enquête réalisée en novembre 2010 auprès de 826 salariés d’Ile-de-France (secteur public et privé).

Les 11 questions visaient à comprendre si les salariés actifs franciliens étaient prêts à adopter de nouvelles façons de travailler pour circuler mieux ou circuler moins. Et également de savoir comment les aménagements du Grand Paris pourraient anticiper les changements de comportement à venir.

3 salariés franciliens sur 4 favorables au télétravail

Les résultats de l’enquête confirment l’intérêt des salariés pour le télétravail mais réservent quelques surprises : les salariés sont plus sages et avisés que ne le pensent les entreprises.

  • 2 salariés sur 3 en île de France passent plus d’une heure par jour dans les transports, les plus défavorisés étant les cadres et les habitants de la grande couronne
  • plus le trajet quotidien est long, plus l’adhésion au télétravail est forte (88 % pour ceux dont le temps de transport quotidien est supérieur à 1h)
  • les principaux modes de transport utilisés sont les transports publics (56%) et la voiture (46%); la durée des trajets est plus longue pour ceux qui prennent les transports publics (81%) que pour ceux qui prennent la voiture (37%)
  • 72% des salariés franciliens sont intéressés par le télétravail (84% pour les femmes avec enfants et 81% pour les hommes avec enfants).

Les salariés voudraient télétravailler plus longtemps que ne le pensent les employeurs et les bénéfices qu’ils trouvent au travail à distance sont inattendus :

  • 26% des salariés intéressés veulent télétravailler à temps pleinla moitié des candidats au télétravail souhaite le faire avec une fréquence de un à deux jours par semaine (48%) et un quart tous les jours (26 %)
  • les principaux bénéfices évoqués étant plus de temps libre (59%), moins de fatigue (56%), des économies financières (53%), plus de productivité (29%) et moins de rejet de CO2 (seulement 25%).

Freins au télétravail : des avis surprenants

Si les salariés interrogés estiment sans surprise que le métier exercé peut être un frein au télétravail (54%), les autres freins évoqués ne correspondent pas aux idées reçues :

Ils estiment à 30% que “le management” est un frein au télétravail ; mais seulement 16% pensent que l’isolement ne leur convient pas, 11% que leur logement est trop petit et à peine 2% qu’ils ne sont pas à l’aise avec les outils informatiques. Les obstacles ne sont pas ceux que l’on croit généralement.

Les freins au télétravail : le métier, le management et l'organisation de l'équipeRéalisée en pleine réflexion sur le Grand Paris et sur le développement des transports franciliens, l’enquête des Nouvelles parisiennes met en évidence ce que savent les salariés d’Ile-de-France : les transports saturés engendrent stress et fatigue, ce qui pèse sur la productivité des entreprises et sur l’attractivité de la région.

Des conclusions qui aboutissent à des recommandations concrètes formulées par Les Nouvelles parisiennes :

Le nouveau réseau de transports du Grand Paris et ses 40 gares doit anticiper les besoins croissants d’espaces de travail dans les zones d’habitation denses, qui soient aménagés de façon humaine.

Une conclusion parfaitement en accord avec celle qui a conduit à la création de notre association Actipole 21.

Télécharger l’Enquête Opinion Way/Les Nouvelles parisiennes sur la mobilité et le télétravail (PDF, 2,2 Mo)