Les groupements d’employeurs créent des emplois durables en CDI à temps partagé en mutualisant des besoins à temps partiels de plusieurs entreprises. Ces start-up de l’emploi sont en phase avec l’évolution de l’emploi, liée aux mutations économiques, et aux crises qui bouleversent le cadre de l’emploi à temps plein dans une seule entreprise. Une activité qui s’est regroupée début 2015 dans un syndicat professionnel, le Syndicat National des Groupements d’Employeurs (SNGE).

Pôle Emploi Lyon
Les groupements d’employeurs permettent de valoriser des gisements d’emploi en CDI.

Pour s’adapter aux changements de leur environnement, les entreprises modifient leurs pratiques de la gestion des ressources humaines. Ces transformations structurelles ont engendré l’apparition de nouvelles formes juridiques pour exercer un emploi.

Les années 70 sont marquées par le début de l’emploi intérimaire, le développement du temps partiel, et donc du multi-salariat. Les groupements d’employeurs sont créés en 1985 d’abord dans le secteur agricole, et dans les autres secteurs d’activités dans les années 90.

Nouvelles formes d’emplois

Le portage salarial, la pratique du télétravail, l’auto entreprise, le freelance complètent les nouvelles formes d’emploi, révélatrices d’un nouveau modèle social et économique en France.

Cette évolution des formes d’emplois correspond aussi aux souhaits de vie au travail d’une partie de la population active. L’ensemble des salariés est à la recherche d’une plus grande qualité de vie, et d’un meilleur équilibre entre vie privée et vie professionnelle.

De plus en plus d’actifs choisissent donc les nouvelles formes d’emploi qui permettent un meilleur accès au marché de l’emploi, une diminution du risque en multipliant les employeurs ou les clients. Les actifs y trouvent aussi une vraie souplesse dans l’organisation de leur temps, un plus grand intérêt dans le travail varié, une réelle acquisition de nouvelles compétences. Tous ces avantages facilitent le maintien de l’employabilité, favorisent une reconversion ou un changement de vie.

Les personnes les plus concernées sont très qualifiées, adaptables, et compétentes dans les métiers techniques et d’expertise.

Précarisation de l’emploi

Les nouvelles formes d’emploi sont trop souvent liées à la précarisation pour les actifs les moins qualifiés et les femmes. Ces personnes enchaînent ainsi des contrats de courte de durée, qui les maintiennent dans un marché secondaire du travail précaire. Cela ne favorise pas une intégration sociale et professionnelle durable.

La précarité engendre un stress dans la gestion de son parcours d’emploi, ne permet pas l’accès à la formation qualifiante, et protège mal d’une couverture sociale.

Alors que plus 80 % des salariés sont en CDI en France, près de 90 % des embauches en 2014 et 2015 sont réalisés en contrat CDD de courte durée, ou en intérim. Le temps partiel concerne plus de 4,2 millions de personnes, soit 18,7 % des salariés. Un tiers des salariés travaillent en horaires décalés ou variables.

L’externalisation forcenée de la gestion du contrat de travail influence le temps et la qualité du travail des actifs. Le CDI à temps plein avec des horaires stables chez un seul employeur, tend à disparaître.

Mal logés - précarité de l'emploi

Individualisation de l’activité

La véritable mutation de l’emploi est marquée par l’individualisation de l’activité pour chacun. Cette révolution ne met pas en cause le statut de salarié et du contrat en CDI.

Plus de 2,3 millions d’actifs cumulent ainsi plusieurs emplois, ou missions ponctuelles ou récurrentes. Plus de 600 000 personnes exercent au moins deux emplois à temps partiels distincts.

Cette évolution des formes d’emplois est le fruit de facteurs technico-économiques : révolution technologique, mondialisation de l’économie, tertiarisation, équilibre vie et travail…

Le Groupement d’Employeurs solution d’emploi durable

Les Groupements d’Employeurs sont un dispositif qui permet de composer un emploi en CDI à temps de travail choisi à partir de plusieurs temps partiels, ou périodes récurrentes d’activité.

La spécialisation à outrance des compétences au sein des entreprises, rend délicat le recours au temps plein dans une seule entreprise. La notion de taille critique touche de nombreux postes fonctionnels dans les PME, qui n’ont pas besoin d’un responsable financier ou ressources humaines à temps plein.

Les salariés du groupement d’employeurs ont tous les avantages du contrat en CDI : gestion de carrière, couverture sociale, gestion d’activité. Les actifs en multi-salariat, en intérim, en portage salarial ne bénéficient pas de ces protections, et de l’opportunité d’être employés par un réseau local d’entreprises.

Le groupement d’employeurs assure un revenu garanti et une couverture sociale à ses salariés, et minimise le risque de perte complète d’emploi.

Propositions pour développer l’emploi à temps partagé

Les groupements d’employeurs (GE) ont 30 ans et représentent environ 45 000 emplois, mais n’ont pas encore dépassé le stade de l’expérimentation locale, sectorielle et territoriale réussie. Début 2015, 22 GE se sont regroupés au sein du Syndicat National des Groupement d’Employeurs (SNGE) pour émettre des propositions au ministère du Travail, de l’Emploi, de la Formation, et au ministère de l’Economie, de l’Industrie, du Numérique.

A noter que ces 22 GE emploient 2340 salariés équivalents temps pleins, regroupent 5 800 entreprises adhérentes, réparties dans 12 régions. Ils représentent l’ensemble des secteurs d’intervention des GE en France : multisectoriel, sectoriel, agricole et insertion.

Les propositions du SNGE aux pouvoirs publics ont l’objectif de sécuriser les GE existants et de simplifier la gestion et le développement des groupement d’employeurs. La mise en application de l’ensemble de ces propositions engendrerait la création de plus de 25 000 emplois à temps partagé, en 3 années, au sein des groupements d’employeurs.

Pour débuter l’année 2016, le SNGE organise le premier Tour de France des groupements d’employeurs afin de sensibiliser à cette nouvelle orgabnsiation créatrice d’emplois.

(Photos : Wikipedia ; Flickr)

Chaque jeudi, recevez la newsletter de veille de Zevillage