Le slashing, reconversion professionnelle

Le slashing – ou pluriactivité en français dans le texte – est en augmentation et suscite de plus en plus d’intérêt, d’autant plus qu’il est présenté comme la dernière tendance. Comme toutes les options professionnelles, la multiactivité a un certain nombre de caractéristiques qui peuvent être autant bénéfices que limites et qui demandent à être évalués en fonction de soi-même avant de se lancer pour ajuster son projet de reconversion.

Source : Ithaque coaching

Un article qui fait très bien le point sur le statut des slashers, ces travailleurs aux plusieurs métiers. Avec l’angle cher à Ithaque : la reconversion professionnelle.

Les bénéfices du slashing sont nombreux :

  • la sécurité – la pluriactivité facilite le report d’activité sur son autre métier en cas de difficulté ; mais attention, elle n’est pas automatique
  • la variété – slasher c’est la garantie de ne pas s’ennuyer dans un travail routinier
  • expérimenter des possibilités et hybrider – tester une nouvelle activité ou enrichir mutuellement ses activités
  • la réinvention de soi – la révolution permanente, à son rythme
  • la réinvention des métiers – casser la routine et l’habitude et se libérer des contraintes
  • le nomadisme – introduire de la flexibilité dans le lieu de travail. Et pourquoi pas coworker ?
  • la conjugaison des appétences – avoir le beurre et l’argent du beurre : un métier passionnant et un métier rémunérateur
  • l’épanouissement pour des multipotentiels – mêler activité manuelle et intellectuelle, c’est possible
  • vivre de sa passion – le rêve de tout le monde, non ?

N’idéalisez pas le slashing

Mais l’auteur ne minimise pas les risques de la pluriactivité. Elle mentionne tout d’abord le “syndrome de la chambre d’hôte” version moderne de l’élevage de chèvres dans le Larzac : on idéalise la situation.

Elle pointe aussi des dangers qui guettent les apprentis-slashers en cours de réflexion :

  • l’éparpillement, le surinvestissement et l’épuisement
  • la difficulté à se vendre
  • l’organisation et le stress
  • travailler plus et gagner moins
  • l’identité professionnelle.

L’article évoque quatre conclusions et un conseil qu’on vous laisse découvrir 😉