A l’occasion du « comité interministériel aux ruralités » (voir le rapport final, Nos ruralités, un chance pour la France (PDF) ce vendredi 13 mars à Laon (Aisne), le gouvernement a annoncé le lancement d’un « plan national de déploiement du télétravail ».

campagne

« Les effets positifs du télétravail les plus attendus dans les territoires sont divers : amélioration de la fluidité du trafic routier des agglomérations, réduction de la pollution de l’air et de l’empreinte carbone, tandis que les espaces périurbains et ruraux peuvent bénéficier de l’accroissement du nombre d’actifs et de la participation de ces derniers au développement économique local, par une redistribution territoriale des emplois », indique l’exécutif.

Lequel estime que « la France est en capacité de rattraper son retard sur la plupart des autres pays européens » en matière de télétravail.

« Il faut pour cela, ajoute-t-il, que le cadre partenarial et juridique soit précisé, qu’il permette de sécuriser les engagements des acteurs et que des référentiels de bonnes pratiques favorisent leur développement pour aller au-delà des expériences positives mais limitées et du développement officieux du télétravail »

Plan formalisé en 2016

Dans cet objectif, le gouvernement va dès cette année diffuser « différents outils de développement du télétravail et d’accompagnement des acteurs : diffusion des expériences et études, sensibilisation aux gains du télétravail aux échelons national et régional, appui au développement du réseau des lieux d’accueil (télécentres, centres de co-working et tiers lieux), […] création d’un observatoire national du télétravail ».
Nos ruralités une chance pour la France

Un groupe de travail sur l’encadrement du télétravail dans la Fonction publique réunissant employeurs publics et organisations syndicales sera mis en place « au second semestre 2015 ».

Le plan national, dont le pilotage est confié conjointement au CGET (Commissariat général à l’égalité des territoires), à la DGT et à la DGAFP, doit être formalisé en 2016.

Maisons de services publics

Parmi les autres mesures phares du plan ruralité, Manuel Valls a confirmé la mise en place d’ici à la fin de 2016 de 1 000 maisons de services publics où seront regroupés différents organismes tels qu’EDF, GDF, la Caisse d’assurance familiale et Pôle Emploi, soit un triplement de leur nombre par rapport à aujourd’hui.

L’idée ? Eviter que les citoyens n’aient à s’épuiser dans de multiples déplacements pour leurs démarches administratives.

Le réseau de la Poste sera en majorité utilisé à cet effet, a indiqué Manuel Valls. Sur le même principe, 800 maisons de santé seront installées d’ici la fin de l’année, contre 170 actuellement, selon la ministre de la Santé et des Affaires sociales Marisol Touraine.

[button color= »orange » size= »big » link= »http://www.territoires.gouv.fr/nos-ruralites-une-chance-pour-la-france-un-comite-interministeriel-pour-redonner-confiance-aux-territoires-ruraux » target= »blank » ]Voir les mesures en faveur de la ruralité[/button]

(Photo Pixabay)

Chaque jeudi, recevez la newsletter de veille de Zevillage