Dans la foulée de son adresse au président de la République (10 mesures chocs pour les territoires ruraux), l’Association des maires ruraux de France (AMRF) lance un appel en faveur du Très haut débit pour les zones rurales.

10 propositions chocs pour la ruralité

L’accès à internet à très haut débit est une priorité pour sortir les populations rurales du sentiment d’abandon qui s’est notamment exprimé lors des élections régionales de décembre, a estimé jeudi l’Association des maires ruraux. “La priorité des priorités, c’est le développement du très haut débit parce que ça touche à tous les domaines de l’activité humaine“, a affirmé le président de l’AMRF, Vanik Berberian, lors d’une conférence de presse.

Dans une “adresse au président de la République”, l’association demande à François Hollande de prendre en compte d’urgence “les territoires où résident plus de 30% des Français, en développant des actions rapides concernant l’emploi, la fracture numérique, la couverture téléphonique, la mobilité” ou la présence de services publics en milieu rural.

L’accès à Internet n’est plus seulement un facteur d’attractivité pour les territoires ruraux souligne l’AMRF depuis longtemps, il devient une condition essentielle à la vie des communes. Pour l’association d’élus, ouvrir l’ensemble du territoire en matière de téléphonie mobile et de haut et très haut débit est aujourd’hui une priorité. Les usages se développent et les territoires ruraux sont sans doute ceux qui pourraient le plus en bénéficier.

Pourtant, nous nous heurtons encore au problème des infrastructures déplore l’AMRF : “C’est un verrou qu’il faut faire sauter au plus vite tant il y a urgence “:

  • pour le développement économique (activité des entreprises, des exploitations agricoles, des installations qui peuvent se faire dans le tertiaire via le travail à distance
  • pour la santé
  • pour l’école et la formation
  • pour le quotidien des gens qui vivent en milieu rural ou qui souhaitent s’y installer.

En vue de 2017, l’association entend interroger les candidats à l’élection présidentielle “sur la place qu’ils comptent donner à la ruralité” et à l’aménagement du territoire.

Rappelons également que l’AMRF était partenaire de l’appel à projets Zevillage/Simplon pour le développements d’écoles de codeurs rurales.