Alors, comment les jeunes envisagent-­ils aujourd’hui le monde du travail ? Plutôt avec ambition apparemment, puisqu’une enquête réalisée auprès des 15­-20 ans, la génération Z, vient de révéler que près de 47% d’entre eux rêvent de devenir entrepreneurs.

businessman lego

Réalisée par le cabinet Boson Project en partenariat avec BNP Paribas, l’étude s’est intéressée à 3200 jeunes âgés de 15 à 20 ans, la génération Z née après, 1995. On pourrait croire que cette génération hyper connectée au monde virtuel se désintéresse totalement de la vie professionnelle, et pourtant, l’étude, dont les résultats ont été baptisés « La Grande Invazion », démontre que ces jeunes ne rejettent absolument pas le monde de l’entreprise, à condition toutefois d’y apporter leur contribution et d’y imposer leurs propres exigences.

Au total, ce sont près de 47 % des jeunes interrogés qui déclarent vouloir devenir leur propre patron.

Une génération motivée et pleine d’idées

Si d’un côté, les résultats de l’étude raisonnent avec l’échec des négociations entre les syndicats et les patrons, ils se révèlent extrêmement positifs puisqu’ils mettent en lumière ces jeunes qui, à moins de 20 ans, possèdent déjà la fibre entrepreneuriale.

Contrairement aux générations précédentes qui ne rechignaient pas à suivre les ordres pré­-établis, la génération Z compte bien instaurer ses propres modèles d’entreprises. Dans une autre étude réalisée par le Club des Entrepreneurs en décembre dernier auprès des jeunes de 18 à 27 ans, ces derniers faisaient déjà rimer la création d’entreprise avec l’épanouissement professionnel, quitte à toucher une rémunération peu élevée au début de leur activité.

Renouveau et débrouillardise

De nombreux jeunes interrogés dans le cadre de l’étude affirment ne pas voir peur de changer régulièrement de travail pour éviter la lassitude. Pour cette génération, la vocation, le rythme soutenu et la pluralité des objectifs sont une véritable philosophie. Contrairement aux générations passées, les études ne sont plus vues comme la clé du succès pour plus des trois quarts des jeunes interrogés.

Ces derniers préfèrent apprendre sur le terrain, travailler en réseau et se débrouiller par eux­-mêmes pour trouver l’idée qui fera la différence.

L’étude menée par BNP Paribas met en exergue un contraste saisissant entre des parents prudents qui se représentent l’entrepreneuriat comme un risque et leurs enfants qui n’adhèrent plus aux modèles établis de l’entreprise. La génération Z a la niaque et représente un véritable espoir, principalement dans le contexte anxiogène que nous avons à affronter aujourd’hui.

[button color=”orange” size=”big” link=”http://zevillage.net/wp-content/uploads/2015/01/lagrandeinvazionbnpptbp.pdf” target=”blank” ]Téléchargez le rapport La Grande InvaZion[/button]

(Photo : Dex)