La famille « A little » (ALittle Market, A Little Mercerie et A Little Epicerie) a récemment mis en place avec l’Ifop un observatoire de l’économie collaborative dont voici les premiers résultats, recueillis auprès d’un échantillon de 1002 personnes, représentatif de la société française, âgées de 18 ans et plus.

Le premier constat qu’on peut faire est l’inverse de celui qu’on peut faire pour Twitter. Pour Twitter, les Français sont nombreux à en avoir entendu parler, mais peu d’entre eux y ont créé un compte et encore moins y sont actifs. Pour l’économie collaborative, nombreux sont ceux à la pratiquer sans jamais en avoir entendu parler ! La pratique la plus courante est l’achat d’un objet d’occasion (71 %), devant la vente d’un objet d’occasion (68 %) et l’achat d’un objet neuf fabriqué par un particulier ou un artisan (39 %).

Aux yeux des personnes interrogées, l’économie collaborative est un moyen d’acheter malin dans un contexte économique difficile. Le but principal est de réaliser des économies et de compléter ses revenus. Mais les adeptes apprécient le côté humain et le respect associés à cette pratique.

Le 3ème point mis en avant par l’étude concerne les emplois que pourrait générer l’économie collaborative. Pour 44 % des Français, avec le développement de l’entrepreneuriat, elle constitue un véritable vivier !

Malheureusement, il y a encore beaucoup de freins, le principale étant le nombre d’objets ou de services à proposer (49 %) et le manque de temps (38 %), sans parler de la peur des démarches administratives (26 %). Si vous êtes un entrepreneur, vous le comprendrez aisément !

L’étude conclue sur le fait que l’économie collaborative est loin d’être une simple mode liée à la conjoncture actuelle, et qu’elle devrait perdurer et se développer !

Abonnez-vous à la newsletter hebdo de Zevillage et gagnez du temps de veille
Gagnez du temps dans votre veille avec notre newsletter hebdomadaire
Placeholder Placeholder