Nicolas Sarkozy devrait conclure mardi 9 février les travaux des Assises des territoires ruraux lancées par Michel Mercier en octobre 2009.

Les contributions recueillies pendant les réunions et sur le site web des Assises devraient aboutir à un plan d’actions en faveur de l’aménagement du territoire.

Tous les habitués de Zevillage savent comment aider les territoires ruraux dans leur développement durable (dans toutes les acceptions du terme et pas seulement environnementales) : développer les infrastructures et les usages pour favoriser le basculement dans la société numérique.

Dans ces conditions, les handicaps des campagnes deviennent des atouts. On peut y travailler, y vivre, y développer des activités culturelles, s’y faire soigner… avec la même qualité de service qu’en ville. Mais, avec la qualité de vie en plus.

Les participants aux Assises ne s’y sont pas trompés. L’AFP relevait il y a quelques jours que le Très haut débit était leur préoccupation centrale :

” La première demande exprimée lors des Assises des territoires ruraux a été “le très haut débit (THD) fixe et mobile”, devenu “une condition pour vivre normalement en ville comme en milieu rural”, a déclaré M. Mercier dans cette interview au quotidien internet des collectivités locales de la Caisse des dépôts et consignations.”

“Personne n’accepte plus qu’il persiste une différence entre urbains et ruraux sur ce point”, a-t-il poursuivi.

Si, selon lui, “les collectivités vont être des acteurs importants du déploiement numérique sur leurs territoires”, “personne ne va se passer des opérateurs”.

“Il y a des endroits où ils iront tout seul. Et d’autres endroits où il faudra que la puissance publique apporte son aide”, a-t-il expliqué.”

Par puissance publique il faut entendre “collectivités locales”. Car l’Etat n’a promis 2 Md€ qu’il faudra se partager entre tous les territoires ruraux alors que les estimations pour fibrer tous les foyers français oscillent entre 20 et 30 Md€. Et il n’a échappé à personne que l’Etat était endetté jusqu’aux oreilles et ne pourrait pas aller plus loin.

Alors, des voeux pieux ces Assises ?