Ils étaient faits pour écrire ensemble Le télétravail en France paru fin mai.

Pierre Morel à l’Huissier est sensible au sujet à plusieurs titres. Responsable d’une mission et auteur d’un rapport sur le développement du télétravail en 2006, il est député d’un département rural, la Lozère, attentif aux solutions pour aménager son territoire.

Nicole Turbé-Suetens a participé au projet de création de télécentres de proximité chez IBM puis est devenue une experte reconnue qui a accompagné toutes les avancées récentes du télétravail (Accord national de 2005, texte du Forum des droits de l’Internet, enquête de Syntec informatique…).

Leur petit livre, préfacé par Nathalie Kosciusko-Morizet, fait un point salutaire sur le sujet brouillé depuis longtemps par les idées reçues.

Après avoir défini précisément le télétravail (voir l’article de Nicole sur le sujet) ainsi que le profil type du télétravailleur, ils précisent le cadre juridique et social actuel du télétravail (avec un rappel intéressant de la position des différentes organisations syndicales) sans oublier le fameux sujet du nombre de télétravailleurs.

Les aspects théoriques de l’ouvrage sont animés par des témoignages de télétravailleurs et d’experts : le juriste Jean-Emmanuel Ray, le directeur du Travail, Jean-Denis Combrexelle, François Chérèque, secrétaire général de la CFDT ou des responsables d’entreprises ayant mis en place le télétravail. A noter, l’expérience d’Omya SAS qui casse l’idée reçue que le télétravail n’est pas fait pour les entreprises industrielles.

Les auteurs abordent aussi le sujet du management et des qualités qu’il doit mettre en œuvre pour transformer l’organisation de l’entreprise ou de l’administration.

La confiance et la responsabilité doivent devenir les maîtres mots, le préalable pour pouvoir télétravailler et manager des télétravailleurs à distance. Le livre donne d’ailleurs quelques recettes pour mettre en œuvre ce changement.

Un changement qui peut s’incarner ailleurs que dans l’entreprise comme l’expliquent les auteurs. Au domicile du salarié, bien-sûr, mais aussi dans des « tiers lieux » comme les télécentres ou les espaces de coworking. Des organisations nouvelles appuyées sur des architectures innovantes comme l’explique l’entretien avec Catherine Gall, responsable recherche chez Steelcase International.

Enfin, l’ouvrage aborde les avantages du télétravail, sans cacher les risques. Bénéfices pour le salarié, pour son employeur et pour la société. Créativité, productivité, développement durable, réduction des coûts, diminution de l’absentéisme sont au rendez-vous si on sait éviter les écueils de l’isolement du télétravailleur et de l’éclatement du collectif de travail.

Le parti pris des auteurs était de centrer le livre sur le télétravail salarié, là où réside le plus gros potentiel de développement du télétravail. On peut le regretter tant le mot « télétravail » symbolise aujourd’hui un mouvement sociétal de changement d’organisation du travail qui fait la part belle aux entrepreneurs et aux indépendants. Mais la vertu de ce point de vue est d’apporter de la rigueur autour d’un sujet si souvent mal traité.

Un petit livre indispensable, très complet, rapide à lire, dont se dégage un optimisme contagieux. Tout est en place aujourd’hui pour répondre favorablement à la demande : les salariés sont prêts !

Le télétravail en France par Pierre Morel à l’Huissier et Nicole Turbé-Suetens, 156 p., Pearson, coll. Village mondial, 20€ (voir le livre sur le site de l’éditeur)

Retrouvez les interviews vidéo de Pierre Morel à l’Huissier et de Nicole Turbé-Suetens à propos des thèmes de leur livre.

Abonnez-vous à la newsletter hebdo de Zevillage et gagnez du temps de veille
Gagnez du temps dans votre veille avec notre newsletter hebdomadaire
Placeholder Placeholder