Le Centre d’analyse stratégique (CAS) et la Direction générale du Travail (DGT) présentaient hier un nouveau rapport consacré à L’impact des TIC sur les conditions de travail. Un “travail de réflexion” comme le qualifiait Vincent Chriqui, directeur du CAS, accompagné de 20 recommandations.

Si les usages de l’Internet se développent, leur impact en milieu professionnel n’avait jusque là jamais fait l’objet d’une étude d’ensemble.

Et si les TIC engendrent des effets globalement positifs, elles sont également porteuses de risques : réduction de l’autonomie des salariés (effet “fil à la patte”), affaiblissement des liens dans le collectif de travail, surinformation qui se traduit par exemple dans le trop plein de mails, brouillage des frontières spatiales et temporelles entre travail et hors travail.

A côté de ces risques potentiels, le rapport aborde largement les disparités d’usages de l’informatique et des TIC sur le lieu de travail. De près de 100% dans les professions intellectuelles et chez les cadres supérieurs, ces usages tombent à 20% chez les ouvriers non qualifiés.Proportion d'utilisateurs d'informatique à usage professionnel

Une disparité qui touche également les équipements. Si 98% des entreprises possèdent un ordinateur, 24% seulement disposent d’un logiciel de gestion intégré et 19% d’une solution de gestion de la relation client (approche à mettre en parallèle avec l’étude du CNRS pilotée par le géographe Bruno Moriset).

Enfin, le rapport déplore un pilotage d’abord technique dans le management des TIC en entreprise. “L’impact des TIC sur les conditions de travail est une question de management”  insistait même Jean-Denis Combrexelle, Directeur général du Travail dans son introduction.

Pour tenter de faire évoluer favorablement les usages et améliorer les impacts des TIC (ou pour se prévenir de leurs risques), le rapport propose 20 recommandations articulées selon 4 axes :

Axe 1 – Développer la maîtrise des usages des TIC par les entreprises et faire du système d’information un outil d’aide au travail des salariés

  • Recommandation N°1 : Considérer le système d’information comme un outil d’aide au travail des salariés.
  • Recommandation N°2 : Promouvoir et développer les méthodes d’analyse des usages du système d’information en entreprise.
  • Recommandation N°3 : Établir un bilan sur les usages des TIC dans l’entreprise chaque année ou à l’occasion d’une évolution importante du système d’information.
  • Recommandation N°4 : Développer des dispositifs ciblés d’évaluation des usages des TIC à l’intention des entreprises
  • Recommandation N°5 : Développer des dispositifs de régulation interne des usages des TIC dans les entreprises.

Axe 2 – Intégrer systématiquement les utilisateurs et les DRH dans la définition des besoins et la mise en œuvre des projets et associer les représentants du personnel à leur conception et pilotage

  • Recommandation N°6 : Intégrer pleinement les utilisateurs de TIC dans la conduite des projets.
  • Recommandation N°7 : Systématiser la participation de la DRH dans la conduite des projets SI à tous les stades de leur développement.
  • Recommandation N°8 : Développer les compétences des DRH en matière d’analyse des usages.
  • Recommandation N°9 : Améliorer l’information des représentants du personnel sur les consé- quences sociales d’une évolution importante du système d’information.
  • Recommandation N°10 : Renforcer les capacités des institutions représentatives du personnel (IRP) pour qu’elles saisissent mieux les enjeux humains des sujets TIC/SI, en particulier pour ce qui concerne les conditions de travail.

Axe 3 – Renforcer l’accompagnement des salariés face aux évolutions du système d’information

  • Recommandation N°11 : Renforcer l’effort des entreprises en matière de formation continue concernant les TIC.
  • Recommandation N°12 : Établir un bilan qualitatif et quantitatif de l’accompagnement du changement dans les entreprises afin d’identifier des axes d’effort pour développer cette activité.
  • Recommandation N°13 : Ne pas stigmatiser les emplois « hypo-technologiques » dans les entreprises.Recommandation

Axe 4 – Renforcer la capacité de l’État à prendre en compte les usages des TIC dans les politiques publiques consacrées au développement de l’économie numérique

  • Recommandation N°14 : Mettre en place un groupe de travail interdisciplinaire et inter- institutionnel de suivi des usages professionnels des TIC.
  • Recommandation N°15 : Garantir la prise en compte des usages des TIC dans le monde du travail par les politiques publiques dans un cadre interministériel cohérent.
  • Recommandation N°16 : Solliciter l’expertise du Conseil national du numérique et de l’Observatoire du numérique sur les usages des TIC dans le monde du travail.
  • Recommandation N°17 : Pérenniser un dispositif d’enquêtes ciblé sur l’analyse des TIC et des organisations du travail et compléter les enquêtes statistiques actuelles pour qu’elles prennent davantage en compte les relations entre TIC et conditions de travail.
  • Recommandation N°18 : Renforcer la place des problématiques TIC dans les programmes d’études et de recherche sur les organisations du travail et les conditions de travail, tant sur données quantitatives que qualitatives.
  • Recommandation N°19 : Améliorer le dispositif statistique de suivi de la formation continue consacrée aux TIC et mettre en place un suivi spécifique concernant le e-learning.
  • Recommandation N°20 : Favoriser les institutions de recherche croisant les problématiques TIC et celles relatives au monde du travail.

Pour en savoir plus

Voir la note de synthèse du rapport et le rapport complet.