Management-RH

Etre en retard quand on est en télétravail

Quand on est en télétravail, on n’a pas de problème d’embouteillage, de transports en commun… a priori, on ne risque pas d’arriver en retard au bureau, puisqu’on y est. Quoique… comme le montre avec humour cette illustration assez sympathique. La faute au verglas dans les escaliers ou à l’ordinateur. Ben voyons ! 🙂

Ce que je note aussi dans cette image, c’est que finalement, c’est qu’on peut avoir selon les cas de figure un contrôle de l’employeur. Le problème des horaires à respecter !

Vous avez des anecdotes ???

Crédit image

Emilie Marquois

Community manager et rédactrice de Zevillage. Consultante Médias Sociaux, Community Manager mais aussi geek, fan de rugby et de pâtisserie.

Articles similaires

9 commentaires

  1. Ce n’est pas juste une question de contrôle mais c’est qu’on n’est pas seul à travailler. Je pense aux réunions de travail (via Skype par exemple), aux travaux à rendre.

    Quant à travailler chez soi, on peut très bien être en télétravail et être ailleurs, non ? Le retard peut être alors pour se connecter, simplement, pour récupérer une connexion Wifi.

  2. J’ai eu une petite équipe qui faisait du télétravail avec moi. On avait un chat commun, et on s’était donné des horaires de bureau à respecter le matin (et le soir, ils étaient prestataires) : à une minute près tout le monde se connectait à 9:00. C’est très bien car ça donne un rythme et ça rappelle qu’on est en environnement pro, même en pantoufles.
    Lorsqu’en en fin de projet la motivation n’était plus là, certains commençaient à arriver un peu plus tard, exactement comme dans une entreprise normale où les managers peuvent commencer à « sentir » la démotivation avec un peu plus d’absentéisme ou de retards.

    Bref, faut il encore le rappeler : le télétravail, c’est un mode alternatif, ce qui ne veut pas dire que les codes habituels de l’entreprise ne sont pas respectés !

  3. En même temps si on est malin on laisse carrément le PC avec skype toute la nuit 😉 … mais on court le risque d’être contacté en dehors des horaires de travail.
    Moi ce matin j’ai dû prendre la voiture et aller chercher une connexion internet hors de chez moi, du coup un peu en retard. Merci à mon fournisseur d’accès internet 🙁

  4. Pour moi l’énorme avantage du télétravail est la flexibilité dans le temps de travail. L’employeur qui aurait une pointeuse à la place du coeur est pour moi perdant. Car à reprocher de se connecter 5 minutes plus tard que l’heure c’est aussi risquer d’avoir un employé qui fait ses heures à la minute près hors le grand avantage (inconvénient parfois) du télétravail c’est de pouvoir moduler et être flexible.
    Et voir les choses avec légèreté en télétravail c’est aussi une grande qualité …

  5. Même si le télétravail en France est minime, je trouve plus d’avantage que d’inconvénient : Vous ne payez pas l’essence et à faire des allés retours, c’est fatiguant. L’hiver, on est bien au chaud et le verglas, finit les tracats sur les routes ! On échappe au grève des trains et bus, et au niveau social, on évite le mauvais climat entre les salariés desfois. Quand on tombe dans une boite où il y a une mauvaise ambiance et que vous vous faites insulter, je serai mal à l’aise pour travailler. cela évite la dépression en vue de la dégradation sociale. Moi je trouve que le télétravail est utile. C’est le bien être de tous et pas de soucis de stress !

  6. La confiance est importante et elle est un préalable au management à distance.

    Aucun système de contrôle ne créera l’adhésion du salarié à ce type d’organisation ni ne se efficace pour gérer le travail à distance.

    Mais cette confiance doit être entretenue et des RV réguliers sont utilses, auxquels en effet on doit arriver à l’heure comme IRL 😉

    En plus ces RV aident le salarié à organiser ses journées, à conserver le même rythme que ses collègues distants et à se sentir exister dans le collectif de travail.

  7. Bonjour,
    Je ne suis pas télétravailleur, mais dessinateur humoristique et graphiste indépendant. Donc lorsque je n’intervient pas en dessinant en direct durant une conférence-débat ou un colloque, je travaille de chez moi. J’utilise le téléphone, le mail et de plus en plus Skype, qui permet d’avoir des échanges visuels.
    Je me sers d’un iPad pour dessiner et échanger.
    Parfois, à domicile (dans mon hameau rural du Loir-et-Cher) ou en déplacement, il m’arrive de causer avec un client via Skype sur mon iPod Touch et de dessiner des esquisses simultanément sur l’iPad. Esquisses que j’envoie par mail dans la foulée.
    La notion d’horaires et de temps passé n’a donc pas d’importance pour moi, car ce qui importe, c’est que le résultat convienne à mon client.
    Les entretiens sur Skype se font soit dans l’immédiateté –comme on passe un coup de fil– soit à un horaire précis (souvent dans le cas où cela concerne plusieurs personnes).
    Comme j’ai plusieurs clients parisiens, je profite d’un passage à la capitale pour grouper des rendez-vous, qui sont souvent des moments conviviaux (déjeuner, pause café, goûter…) afin d’avoir un « vrai » rapport humain.
    L’expérience prouve d’ailleurs que, chez un éditeur parisien, j’étais davantage connu et reconnu grâce à de « vrais » contacts que les graphistes parisiens que l’éditeur ne voyait jamais !
    Le risque du télétravail, c’est de travailler « quand on veut », de ne pas se donner à soit même des horaires, de ne pas avoir de jours de congés, de coupures, de travailler quelques heures par jour –mais tous les jours !–, de regarder tous les matchs de Roland-Garros, bref, de ne pas avoir sa propre discipline.

    L’avantage, c’est que ce que l’on faisait en 5 heures en étant dérangé, on le fait en deux heures !

    Une nécessité : quel que soit son espace de travail, il doit être clairement délimité, si possible légèrement à l’écart du lieu de vie des autres habitants de sa maison.
    Sinon, comment faire comprendre aux enfants, aux amis, que l’on travaille ?
    Surtout lorsque l’on fait des dessins humoristiques…

    Article rédigé de mon iPad et… de mon lit !
    Cela fait plus d’une heure que j’ai commencé à consulter mes mails, regardé Twitter, et commencé ce commentaire !
    Il est temps de se lever pour le p’tit déj !
    Télétravailleur, Télétravailleuse, bonne journée à tous !

  8. Eric, tu illustres bien la théorie de Zevillage : tout le monde télétravaille déjà.

    Travailler à distance ce n’est pas forcément en mode synchrone, en temps réel. C’est du travail à distance. Donc tu télétravailles 😉

    Sinon on a parlé de toi hier avec Yoann Duriaux à Saint-Etienne et des usages de l’iPad et de ses différents logiciels de dessin.

    A bientôt

  9. Et ont peut bosser de n’importe où et voyager…Argument qui apparaît peu sur ce site d’ailleurs. Ou je me trompe?

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page