Télétravail est un mot démodé, peu enthousiasmant et pas très joli. Mais, surtout, il devenu inadapté pour représenter la révolution du travail collaboratif à distance et du coworking. Imaginons ensemble son remplaçant. Des idées ?

Le mot “télétravail” est daté. Il rappelle le bon temps de la télématique et des prémisses de l’aménagement du territoire par la Datar.

De plus, ce mot est un monstre linguistique, un oxymore sémantique formé avec un préfixe grec (tele, à distance) et un mot latin (travail, de tripallium, instrument de torture).

En 2007, j’avais recueilli plusieurs témoignages dans un article qui constatait l’inadaptation du mot à la réalité des nouvelles formes de travail à distance, en mode collaboratif, en réseau.

Le mot coworking est arrivé de Californie plus récemment et il exprime mieux la dimension de co-travail (co-working) que “télétravail” mais il traduit mal la notion de distance.

Travail à domicile est limitatif car on télétravaille aussi dans des tiers-lieux. Travail mobile est aussi incomplet car il n’exprime pas l’aspect de travail ensemble, de travail en réseau.

Bref, on n’a pas encore trouvé le mot idéal pour traduire travail collaboratif à distance ou collaboration à distance. A ma connaissance ni les Québecois, ni les Africains, pourtant gros créateurs de néologismes francophones, n’ont pas non plus trouvé le mot idéal.

Vous avez des idées ? Les commentaires sont à vous.