Le ministre de l’économie, Bruno Le Maire, a énoncé les grandes lignes de son ambitieux projet de loi : la loi Pacte (Plan d’Action pour la Croissance et la Transformations des Entreprises). Ce dernier a pour vocation d’améliorer la compétitivité de la France et de réduire le taux de chômage en boostant la performance des TPE et des PME françaises.

Des structures à revoir

Si rien n’est encore décidé dans le cadre du Pacte, le projet de loi semble omettre quelque problématique structurelle. Selon l’ancien candidat à la primaire de droite et du centre, les entreprises françaises sont trop petites pour s’internationaliser, exporter davantage et ne possèdent pas « les reins suffisamment solides pour innover ». Dans ce constat, il semble que le ministre de l’économie oublie les pôles de compétitivité.

Alors que la France approche les 2 % de croissance économique dans l’année, l’emploi reste disséminé de manière inégale dans les différentes régions françaises. Un déséquilibre dans lequel les pôles de compétitivité ont un rôle à jouer pour rétablir une balance économique en France puisque par exemple, 30 % du PIB français pour environ 18 % de la population sont toujours concentrés en Ile-de-France. Cette concentration économique se confirme sur des sites d’offres d’emploi comme Indeed.fr (où 32 % des propositions d’embauche sont répertoriées en Île-de-France).

À l’heure actuelle, les pôles de compétitive sont gages de label de qualité mais ne proposent pas suffisamment d’emplois. Initialement, ces derniers ont été instaurés pour créer de la croissance dans les territoires. Dans la centaine de secteurs sur le territoire français, six pôles internationaux couvrent les secteurs de l’aérospatiale, de la santé, des nanotechnologies et des TIC. La concentration de ces entreprises a permis une augmentation des efforts en matière de recherche et développement et ont favorisé l’émergence de nouveaux secteurs d’excellence. En revanche, ces derniers n’ont pas pu remplir leur objectif d’emploi jusqu’à présent. Et pour cause un manque de vraies perspectives pour les pôles.

Une fusion des PME

Le projet de loi Pacte pourrait s’avérer être l’occasion de réorganiser certains pôles de compétitivité et de favoriser l’accroissement du renforcement des TPE et PME en France. Encourager les PME à se regrouper par le biais de fusions permettrait de développer une industrie exportatrice, soutenue par l’expertise en matière d’échange et de coopération des pôles de compétitivités. Recréer du lien, créer une synergie… les fusions de PME n’auront pas pour vocation de supprimer des emplois mais de développer des services annexes grâce à l’appui des pôles de compétitivité.

Abonnez-vous à la newsletter hebdo de Zevillage et gagnez du temps de veille
Gagnez du temps dans votre veille avec notre newsletter hebdomadaire
Placeholder Placeholder