L’hiver approche. Pour pallier la fatigue et la baisse de productivité, sachez que vous pouvez intégrer le réflexe de la pause dans votre journée de travail. Mais attention, pas n’importe quelles genre de pause…

Il est temps d’appuyer sur pause

La transformation numérique des entreprises, qui a connu un coup d’accélérateur après la crise financière des années fin 2000, n’a pas que du bon : surabondance de l’information, compression du temps (sortir des produits ou des services toujours plus vite) et espaces de travail de plus en plus partagés ont mis nos cerveaux à rude épreuve. Autant de facteurs qui nuisent à notre productivité au quotidien.

(Source : start.lesechos.fr)

Oui, c’est étonnant de lire cela mais pourtant c’est la stricte vérité, ni plus, ni moins. Enfin, c’est ce que laissent entendre les conclusions d’une série d’études menées sur le cerveau : “l’activité cérébrale de certains réseaux en lien avec la concentration est visible même lorsqu’un individu ne fait rien”. Cette “errance mentale”, ce “mode par défaut” aurait de nombreux bienfaits encore bien trop sous-exploités par le monde de l’entreprise. Voyez plutôt : il serait question de rebooster ses capacités attentionnelles, de jouir d’un gain d’énergie et même de faire le focus sur sa disponibilité. Conclusion : n’hésitez pas à activer cette errance mentale et à passer dans un état de rêverie. Et c’est très simple : regarder par la fenêtre ou écouter de la musique peuvent convenir !

Bref, vous savez ce qui vous reste à faire : donner sa chance à la pause ! La prochaine fois que vous souhaitez souffler au beau milieu de votre journée de travail, mettez de côté les réseaux sociaux, n’allez pas (re)vérifier vos notifications LinkedIn, Twitter, ne perdez pas de temps à flâner sur Facebook, ne jetez même pas un oeil à votre mobile. Soufflez. Donnez vous du temps, regardez autour de vous. C’est aussi simple que ça !