Accueil / Télétravail / Faut-il abandonner le télétravail pour booster l’innovation comme IBM ?

Faut-il abandonner le télétravail pour booster l’innovation comme IBM ?

Abandonner le télétravail ? Pendant des années, IBM fut l’une des entreprises les plus visionnaires en matière de travail à distance. Imaginez le choc quand, en février, l’entreprise a mis fin brutalement au télétravail pour ses salariés américans au profit d’un retour au travail en bureau. A-t-elle eu raison ?

PC historique d'IBM

Pour beaucoup, ce brutal abandon du télétravail est une attaque directe à la productivité de l’entreprise. IBM justifie ce choix par le fait qu’aujourd’hui la productivité est relayée au second plan, loin derrière l’innovation.

Cette politique d’abandon du télétravail touche dans un 1er temps les salariés américains qui étaient environ 40% à télétravailler. Elle devrait rapidement aussi concerner l’Europe.

Plus d’innovation, moins de productivité

Regardons certaines des entreprises les plus puissantes au monde comme Facebook, Amazon, Apple ou Google. On se rend compte que même si la productivité tient toujours une place importante, c’est l’innovation qui permet de faire des bénéfices. Et après quatre années consécutives de déficit, le PDG n’a pas eu d’autre choix que de prendre des mesures drastiques, dont celle de demander à ses employés de retourner au bureau.

Toujours plus d’innovation pour toujours plus de bénéfices

Difficile d’accepter que l’innovation représente aujourd’hui la préoccupation principale des entreprises. Car l’on sait que pendant des siècles, ces mêmes entreprises se sont battues pour augmenter leur productivité. Et pourtant, la réalité est bien là, et le monde du travail fait face à une véritable révolution.

Pour calculer la « valeur » de leurs employés, les entreprises utilisent un calcul simple : elles divisent leurs bénéfices par le nombre de leurs employés. Chez IBM, chaque employé produit en moyenne 193 000 $ par an, soit bien en-dessous des 1,8 M$ d’Apple ou des 1,6 M$ de Facebook.

Aujourd’hui, même si les PDG ont conscience que le télétravail permet d’augmenter de manière importante la productivité, ils réalisent aussi que cette dernière n’est plus leur objectif premier. En demandent à leurs employés de retourner au bureau, ils espèrent booster leur créativité et leur talent d’innovation.

Le télétravail nuit-il à l’innovation ?

Des études réalisées par Google ont révélé que plus les équipes avaient l’occasion de collaborer entre elles et plus elles étaient en mesure d’innover. En parallèle, ces mêmes recherches ont aussi démontré que le télétravail avait tendance, de manière non intentionnelle, à diminuer les possibilités d’innovation.

Voici quatre raisons pour lesquelles, selon Google, le télétravail a tendance à nuire à l’innovation :

  1. la communication à distance provoque des retards et nuit à l’enthousiasme. Le télétravail diminue drastiquement l’enthousiasme lié aux communications en face à face.
  2. le télétravailleur se sent plus isolé et a moins de nouvelles idées. Du fait de l’éloignement physique entre les télétravailleurs, leurs problèmes et leurs idées reçoivent moins d’attention.
  3. la participation du télétravailleur aux réunions s’avère problématique. Même avec les meilleures technologies du monde, difficile de s’impliquer dans les réunions collectives aussi bien qu’en réel.
  4. le télétravailleur n’a que peu l’opportunité de prendre du recul et de réfléchir à de nouvelles idées. Du fait de son travail à distance (parfois contrôlé de manière informatique), le télétravailleur se voit assigné de nombreuses tâches pour rester occupé en permanence.

Le face à face permet plus d’innovation ?

Sept raisons peuvent expliquer pourquoi le face à face offre davantage d’opportunités aux employés d’innover dans leur travail :

  1. les interactions perpétuelles permettent de partager des solutions plus facilement
  2. plus il y a d’interactions directes et plus les employés auront tendance à vouloir réfléchir à de nouvelles idées pour améliorer leur activité
  3. les réunions exceptionnelles peuvent être organisées très rapidement en cas de problème
  4. les décisions sont prises plus rapidement, ce qui permet de booster l’enthousiasme de chacun
  5. même durant les pauses, les employés sont amenés, inconsciemment, à interagir et trouver des solutions ensemble
  6. les réunions sont plus inspirantes lorsque l’on y participe de manière physique. L’énergie des orateurs est alors plus palpable et facilement transmissible
  7. l’inspiration vient de tous, tout le temps, et partout.

Abandonner le télétravail, un piège

Les dirigeants de IBM devront faire face ces prochaines années aux effets cachés du retour au bureau de leurs employés. Supprimer le télétravail n’est pas forcément la recette de l’innovation gagnante.

Chez Yahoo, par exemple, la PDG Marissa Mayer qui avait interdit le télétravail afin de favoriser les interactions et les innovations, a été récemment révoquée du conseil d’administration de son entreprise à cause de ses mauvais résultats.

IBM rejoint ainsi Google, Facebook et Apple qui ne sont pas connus pour leur enthousiasme en faveur du télétravail. Préférant concentrer leurs salariés dans de superbes Googleplex avec tous les services destinés à permettre aux salariés de ses concentrer sur leur travail. Et de travailler plus.

Les grands groupes qui décideront d’abandonner le télétravail devront être en mesure d’attirer et de garder les talents dans leurs bureaux, ce qui, pour le moment, n’est pratiquement jamais le cas. Ainsi, à quoi cela sert-il de forcer les gens à retourner au bureau si ces derniers ne sont pas en mesure de profiter des avantages des interactions ?

Chaque innovation et chaque idée devra être récompensée et mise en valeur. Sans quoi les talents innovants seront rapidement tentés de frapper à une autre porte. De plus, ces mêmes entreprises devront être en mesure d’offrir davantage de temps libre à leurs employés, pour maximiser leurs opportunités de réfléchir à de nouvelles idées. Les 20 % de temps libre laissés aux employés par Google ne seraient qu’un mythe selon… Marissa Mayer, ex-Googler elle-même. Il s’agirait en réalité de de 20% de temps en plus des 100% du temps de travail 😉

Face aux décisions de certaines grosses entreprises d’abandonner le télétravail, la voix de plus en plus de télétravailleurs se fait entendre. Et plutôt que de supprimer ce mode de travail qui a déjà longuement fait ses preuves, les entreprises peuvent finalement trouver un équilibre en organisant plus régulièrement des réunions physiques ou des activités de team-building.

Il n’est pas du tout certain que la fin du télétravail sauve IBM de son lent déclin.

(Source – Photo : Wikipedia)

À propos Mélodie Vanesse

Mélodie Vanesse
Rédactrice pour Zevillage, spécialiste de la rédaction SEO mais aussi passionnée de #voyages

3 plusieurs commentaires

  1. Le Travail à distance, C’est avant tout un problème de logiciel (mindset) et il nécessite de repenser les façons de faire!
    Le raisonnement énoncé dans l’article part du principe que l’organisation et la gestion se font de manière traditionnelle donc pas étonnant que le Travail à distance soit vu comme une contrainte ou un frein …

    Regarder dans les restaurants, les magasins comment les gens sont connectés (à distance) avec les autres et c’est encore plus flagrant chez les jeunes qui restent virtuellement connecter avec leurs copains mêmes quand ils sont avec nous 🙂 cela ne les empêchent pas d’aller faire un bowling, prendre un verre ou faire des activités en face à face (ils sont d’ailleurs connectes virtuellement avec nous dans ces moments là ). Cela montre bien que les mentalités évoluent!

    Faire une Réunion de brainstorming d’une Journée et complètement aberrant: si on veut la faire à distance, il vaudra mieux la décomposer en une Réunion d’une heure pour fixer le contexte, créer un espace collaboratif sur le sujet et initier un groupe sur le réseau social de l’entreprise, mettre les idées dans un wiki collaboratif en likant celles des autres et faire une visio pour consolider les idées! Autrement dit le Travail à distance nécessite de penser autrement et c’est d’ailleurs pour cela que nous avons appelé cela Despacialisation chez AGESYS pour bien montrer qu’il doit faire parti d’un ensemble 😉

    • JEAN-MICHEL BOURREAU

      Bonjour,

      Exerçant une fonction support sans équipe à manager, je viens de convaincre mon employeur (allergique au télétravail) de tenter une expérience de délocalisation de ma fonction. Pourriez-vous m’en dire plus sur votre Déspacialisation ? Merci.

Lire les articles précédents :
Le slashing, reconversion professionnelle
Le slashing peut-il être utile à la reconversion professionnelle ?

Le slashing – ou pluriactivité en français dans le texte – est en augmentation et suscite de plus en plus...

Fermer