Zevillage a participé à la création de l’association de portage d’un projet de tiers-lieu très innovant, le Réacteur Novalia, à Argentan, commune de 14 000 habitants dans l’Orne. Le projet enthousiasmant a réuni une communauté très motivée et reçu le soutien de l’Etat et de la Région pour l’investissement financier. C’était sans compter sur l’incompréhension des élus locaux qui ont fait capoter le projet.

Franck Lefèvre, entrepreneur d’Argentan à l’origine du projet et président exécutif de l’association, raconte ci-après la courte histoire du projet et les raisons de son échec.

Argentan est typique de ces petites villes de province identifiées par le projet de rénovation Coeur de ville de l’Etat pour redynamiser la vie locale et “conforter le rôle de moteur de ces villes dans le développement du territoire“. On aurait pu penser que les élus de la ville et de la communauté de communes s’emparent de ce projet de développement.

Or, c’est l’inverse qui s’est produit. Argentan va donc retourner à sa tranquillité comme l’explique Franck Lefèvre. Triste pour la ville mais pas pour le collectif de l’association. Une fois la déception passée, ils s’investiront certainement dans d’autres projets.

Nous publions ce témoignage car il est emblématique de la non-compréhension par beaucoup d’élus des enjeux de développement, des leviers d’innovation et d’attractivité territoriale. Et de leur responsabilités dans la non-action des territoires. Et, également, symptomatique de l’archaïsme des modes d’action publique : on fait comme on a toujours fait.

Réunion constitutive du projet Novalia
Assemblée générale constitutive du projet Novalia, le 19 janvier 2019.

” Si vous êtes argentanais depuis plus de 30 ans, il est certain que vous connaissez Novalia. Ce fût jusqu’à l’aube des années 1990 un magasin situé à Argentan, à l’endroit où se trouvent aujourd’hui G20 et Weemood. Il occupait également le premier étage de ce bâtiment, un plateau d’environ 1000 m2 actuellement inutilisé.

Au cours du printemps 2018, une poignée d’argentanais a eu l’idée de créer dans cet espace un lieu au service du dynamisme de la ville. Ils ont pour cela créé une association nommée le Réacteur Novalia.

Le Réacteur Novalia, c’est un lieu destiné à recevoir toute personne, association, collectif ou entreprise désirant faire naître un projet, qu’il soit à vocation économique, culturelle ou sociale.

De nombreux lieux de ce type existent autre part, comme par exemple, à Caen, le WIP et le MOHO qui ont un rôle similaire. Ils connaissent un gros succès et bénéficient d’un support massif des collectivités (ville, agglomération, région, état) car ils constituent un facteur important du développement de ces agglomérations, en particulier dans les domaines innovants, avenir de notre économie et de notre société.

Un projet de tiers-lieu innovant

L’association du Réacteur Novalia est partie du principe qu’une telle aventure devait être aussi possible dans une ville comme Argentan. Elle est certes plus petite mais sa taille est aussi un avantage important : les habitants peuvent être plus proches et plus impliqués. L’initiative a été immédiatement saluée par la presse, de nos journaux locaux à France Inter.

Lors de son assemblée constitutive, au début 2019, plus de 40 personnes sont venues la soutenir : chefs d’entreprises du pays d’Argentan, acteurs régionaux de la culture, de l’économie et du social, plusieurs organismes de développement économique régionaux, ainsi que des investisseurs désireux d’utiliser le lieu pour y créer de nouvelles entreprises. L’étude économique du fonctionnement du projet par des chefs d’entreprise a également démontré qu’il devait pouvoir, en fonctionnement, vivre sans subventions publiques.

Concernant le budget d’investissement immobilier initial, la première estimation a été d’environ 1,4 millions d’euros. C’est une somme importante mais proportionnellement moindre que des projets similaires. A titre de comparaison, c’est aussi un budget inférieur à celui de la réfection du terrain des gens du voyage prévue à Argentan en 2020.

Et afin de ne pas faire porter tout ce coût directement par notre collectivité, le Réacteur s’est rapproché de la sous-préfecture. La sous-préfète de l’époque puis l’actuelle ont réussi à communiquer à l’Etat leur enthousiasme pour ce projet afin qu’il puisse bénéficier d’une subvention de près de 900 000 euros dont une grande partie est exceptionnelle. Elle est motivée par une volonté de l’Etat d’accompagner l’originalité du projet et elle ne bénéficierait pas à la région d’Argentan si ce projet ne se faisait pas. Pour que l’Etat puisse accompagner ce projet, Laurent Beauvais, président de la communauté de communes, en a aussi été un ardent défenseur. Au printemps 2019, une subvention de près de 100 000 euros a été votée par la communauté de communes d’Argentan pour étudier l’aménagement du lieu.

Reunion constitutive Novalia
Echange entre les participants lors de l’assemblée générale constitutive de Novalia.

Une première étude effectuée par le cabinet Koya (qui a réalisé le Musée Fernand Léger et André Mare) avec l’aide des services de la communauté de communes a confirmé les niveaux d’investissements prévus et des principes d’aménagement innovants y ont été envisagés : le lieu contiendrait des espaces de travail, des salles de réunion, un auditorium d’une centaine de places ouvert à tous. Il serait aussi économe en énergie grâce à des techniques originales de séparation des espaces.

Laurent Beauvais a également effectué avec les membres de l’association des démarches auprès de la Région qui a confirmé son souhait de participer financièrement au projet.

Ne blâmons pas le manque de courage des élus : en politique l’inaction est moins risquée que l’innovation.

Cela fait maintenant plus de 18 mois que l’Etat a déclaré son souhait de soutenir le projet du Réacteur Novalia et, bien logiquement, il n’est pas possible de réserver indéfiniment cette subvention. La communauté de communes doit donc maintenant prendre une position définitive sur sa volonté – ou pas – de voir naître ce projet. Or, le bouleversement du calendrier électoral fait que Laurent Beauvais est toujours président de la communauté de communes alors qu’il ne se représente pas. Il n’a donc pas souhaité engager la CdC dans un projet sans avoir la garantie que tout successeur partagerait ce souhait. L’association a donc proposé aux trois têtes des listes présentes au premier tour de prendre position sur ce sujet.

Mais lors d’une réunion des vice-présidents de la communauté de communes cette semaine, Laurent Beauvais n’a trouvé chez aucun des présents la volonté ni le dynamisme nécessaires à cette phase du projet. Contre toute attente, ce sont donc nos élus qui font avorter un projet qui avait convaincu l’Etat, la Région et le tissu économique local.

Ne blâmons pas leur manque de courage : en politique l’inaction est moins risquée que l’innovation.

Mais le projet du Réacteur Novalia ne se fera donc pas. L’association va être dissoute dans les semaines qui viennent.

En cette période où nous savons tous que de nombreux entreprises locales ne vont pas pouvoir survivre, la communauté de communes d’Argentan aura privé ses habitants, ses entrepreneurs et sa jeunesse de cet outil original, ambitieux et tourné vers l’avenir.

Les subventions obtenues auprès de l’Etat vont être réaffectées vers des territoires aux élus plus volontaires. Le budget d’étude du projet immobilier n’aura servi à rien. L’énergie des membres de l’association va aller vers d’autres projets. Aucun lieu ne portera dignement la redynamisation en centre-ville. Les associations qui avaient prévu de s’y développer ne s’y développeront pas. Les investisseurs qui s’y intéressaient ne s’y impliqueront pas.

La mobilisation, à divers niveaux, de plus de près de 100 personnes de tous horizons pour cette initiative collective aura été vaine.

Notre ville va rester, toute à sa « tranquillité ». “

Mots clés: , ,