L’Ugict-CGT (cadres) a dénoncé jeudi dans un communiqué l’explosion de ce qu’elle appelle le “travail au noir des cadres et techniciens“, en raison de l’utilisation des outils numériques à la maison et dans les transports, et a exigé un “droit à la déconnexion” dans le cadre d’une campagne où elle réclame aussi la réduction du temps de travail.

Selon la l’union de la CGT, “75% des cadres déclarent utiliser les nouvelles technologies pour leur usage professionnel sur leur temps personnel. Ce travail réalisé à la maison ou dans les transports n’est en général ni reconnu, ni comptabilisé, et dépasse très souvent les limites horaires imposées par la loi”, affirme le syndicat dans un communiqué.

droit a la deconnexion

“Nous assistons donc à un mouvement d’explosion du travail dissimulé chez les cadres et techniciens”, selon la CGT qui “exige qu’un décompte du temps de travail effectué par les salariés dans et en dehors du lieu de travail soit effectué dans l’ensemble des entreprises et administrations”.

Le syndicat demande aussi “la mise en place d’un droit à la déconnexion“. “L’usage intensif des technologies de l’information et de la communication (TIC) induit une disponibilité permanente et sans limite et brouille la frontière entre vie professionnelle et vie privée”, écrit-il.
Pour la CGT, “il s’agit d’une remise en cause du fondement du droit du travail qui garantit que le lien de subordination entre le salarié et l’employeur doit être temporaire et délimité dans le temps”.

[contextly_sidebar id=”2i77IW2gCPSIXm6SNDi7gbgj17opXhAD”]Ainsi, il demande “la mise en place d’une négociation obligatoire dans chaque entreprise sur l’utilisation des outils numériques, prévoyant notamment des plages de trêve de mails” et “le renforcement de la réglementation du télétravail“.

Par ailleurs, la CGT réclame l’encadrement du forfait-jour, qui rémunère les cadres sans se baser sur leurs horaires hebdomadaires, “pour mettre la France en conformité avec le droit européen et international”.

Le syndicat demande également l’obligation “de justifier, majorer ou compenser le travail de nuit ou le dimanche”, et “le décompte du temps de transport effectué durant les déplacements professionnels comme du temps de travail”.

Enfin, l’Ugict-CGT lance une consultation pour permettre aux cadres et techniciens “d’évaluer leur temps de travail TTC (Toutes Tâches Comprises)” et une pétition pour interpeller gouvernement et patronat.

Les thématiques de droit à la déconnexion et de gestion de l’équilibre vie professionnelle-vie privée sont aujourd’hui bien encadrées et largement débattues par les partenaires sociaux. On peut donc se demander pourquoi  la CGT lance une telle campagne si agressive en ce moment.

Une action militante peut être à replacer dans le contexte des élections professionnelles de cet automne. Ou alors, dans le cadre des enjeux de représentativité nationale : une volonté de regagner du terrain dans la population technicien et cadres par rapport à la CFE-CGC et la CFDT. Car on peut difficilement dire que la France est sous-réglementée…

(avec Fil AFP-Liaisons sociales)