La Dares, direction des études statistiques du ministère du Travail, vient de publier deux études sur « le nombre de télétravailleurs » et sur « l’impact du télétravail sur les conditions de travail des cadres » centrée sur les « télétravail leurs intensifs » (2 jours ou plus par semaine). Des résultats surprenants alors que le télétravail bénéficie d’une bonne image auprès des salariés : isolement, cadre de travail instable et conditions de travail inchangées par rapport aux non-télétravailleurs.

La Dares publie ces deux études dans le cadre du travail global de l’INSEE sur L’économie et la société à l’ère du numérique. Une première étude porte sur le nombre de télétravailleurs (des cadres à 60% qui sont 11% à télétravailler de manière régulière). Des chiffres qui évoluent mais couvrent mal une réalité mouvante.

La seconde étude porte sur les télétravailleurs intensifs, c’est-à-dire des salariés en télétravail deux jours ou plus par semaine.

Selon cette 2e étude, le télétravail bénéficie d’une bonne image auprès des salariés car il permet de réduire le temps de trajet et la fatigue associés. Mais, les résultats de l’étude sont contrastés on peut en retenir trois principaux.

Le télétravailleur intensif travaille plus et est plus isolé

Tout d’abord, les télétravailleurs travaillent plus que les autres, en moyenne 35 minutes de plus par semaine, travaillent plus en débordement, le soir le samedi. Le risque pour eux est une désynchronisation des horaires par rapport au reste de l’équipe.

Deuxième point, il font état d’un sentiment d’isolement. Ils déclarent plus souvent manquer d’aide de la part de leurs supérieurs hiérarchiques, de leurs collègues, manquer d’informations claires et précises.

Troisième point, il évolue dans un environnement professionnel plus instable ce qui peut accroître le sentiment d’insécurité économique un télétravailleur intensif sur cinq travaille dans un établissement qui a connu un plan de licenciement au cours des 12 derniers mois.

Soutien du télétravailleur et insertion collectif travail

Bonne nouvelle, le télétravail aide à l’insertion des salariés en situation de handicap

C’est une des surprises de l’étude tout d’abord un télétravailleur sur dix est en situation de handicap contre 1 sur 20 parmi les non télétravailleurs. Pour eux le télétravail peut permettre une adaptation de postes.

Autre conclusion de l’étude, les cadres télétravailleurs ont deux fois plus de chances de présenter un risque dépressif sans que l’on puisse savoir s’il s’agit d’un facteur aggravant ou au contraire si le télétravail qu’une réponse à cet état dépressif.

Dernier constat, les télétravailleurs ne semblent pas bénéficier d’une meilleure conciliation vie professionnelle vie privée que les non télétravailleurs. Ils sont tout autant satisfait de leur travail que les non-télétravailleurs, ni plus, ni moins.

Au final il semblerait que les avantages du télétravail soient compensée par une moins bonne santé et des conditions de travail plus défavorables.

Des résultats à prendre avec prudence

Toutefois, faute d’une meilleure visibilité sur les conditions et la méthodologie de l’étude, il convient de rester prudent sur l’interprétation de ces résultats car ils vont à l’encontre de toutes les études publiées ces dernières années.

L’étude ne dit rien des conditions et de la culture de management des entreprises et l’ont sait d’autre part que la population de cadres visée par l’étude a tendance à travailler plus que les horaires légaux et de manière désynchronisée (soir, week-end). Et donc d’être plus exposée que les autres aux risques psycho-sociaux et à leur conséquences, télétravail ou pas.

Selon l’étude, les cadres télétravailleurs travaillent plus, 35 minutes de plus par semaine. Soit, pour 3 jours de télétravail, 11,5 minutes de plus par jour télétravaillé. On conviendra qu’on est loin des cadences infernales…

Le télétravail mal conduit, mal mis en place, mal managé, présente des risques connus d’isolement. La Dares le précise même dans un encadré de l’étude : « Le télétravail peut néanmoins favoriser l’émergence de situations à risques du point de vu psychosocial ». L’étude affirme également que le lien de causalité télétravail-dépression ne peut pas être établit.

Des résultats à prendre avec des pincettes en attendant une étude plus poussée de la Dares ou de l’INSEE.

Téléchager l’étude de la Dares (PDF)
sur le télétravail des cadres

Télécharger l’étude de la Dares (PDF)
sur les salariés concernés par le télétravail

Télécharger l’étude de l’INSEE (PDF)
sur l’Economie et la société à l’ère du numérique

Chaque jeudi, recevez la newsletter de veille de Zevillage