Accueil / Télétravail / Un rapport OIT-Eurofound encourage le télétravail

Un rapport OIT-Eurofound encourage le télétravail

Une étude de OIT-Eurofound, menée dans 15 pays, met en évidence que l’usage croissant des technologies numériques pour travailler à domicile et en mobilité favorise un meilleur équilibre global entre vie professionnelle et vie personnelle. Mais, dans le même temps, il estompe la limite entre travail et vie personnelle. Et donne des recettes pour éviter les risques du télétravail.

Rapport télétravail-OIT-Eurofound

Ce rapport,  » Travailler en tout temps, en tout lieu: les effets sur le monde du travail  » a été rédigé conjointement par l’OIT (Organisation internationale du travail) et Eurofound, une agence de l’Union Européenne. Il marque par l’ampleur du champ de l’étude dans 15 pays : 10 Etats membres de l’UE (Allemagne, Belgique, Espagne, France, Finlande, Hongrie, Italie, Pays-Bas, Royaume-Uni et Suède), et l’Argentine, le Brésil, l’Inde, le Japon et les Etats-Unis.

Il fait une distinction entre télétravailleurs réguliers, les travailleurs recourant occasionnellement au télétravail et au travail nomade numérique (T/TNN).

Les bénéfices du télétravail en évidence

Le poids du travail flexible varie de manière substantielle, de 2 % à 40 % des salariés, en fonction du pays, de la profession, du secteur et de la fréquence à laquelle les salariés effectuent ce type de travail. Dans l’ensemble de l’UE-28, environ 17 % des salariés en moyenne sont engagés dans le T/TNN. Une bonne nouvelle qui placerait la France au-dessus de la moyenne.

Le rapport identifie parfaitement les bénéfice du télétravail : plus d’autonomie relative au temps de travail qui conduit à plus de flexibilité en termes d’organisation du travail ; réduction du temps de déplacement qui se traduit par un meilleur équilibre travail/famille et une productivité accrue.

Il identifie aussi plusieurs inconvénients tels que la tendance à effectuer plus d’heures de travail, un chevauchement entre travail rémunéré et vie personnelle – qui peut engendrer un haut niveau de stress.

Eviter les risques du télétravail

Le rapport établit une distinction claire entre les télétravailleurs à domicile qui semblent jouir d’un meilleur équilibre travail/famille et les travailleurs «très mobiles» qui sont plus exposés à des répercussions négatives sur leur santé et leur bien-être.

« 41% des employés très mobiles font état de niveaux élevés de stress, comparés à 25% chez ceux qui travaillent tout le temps au bureau« , indique l’étude. En outre, 42% des personnes travaillant en permanence à domicile et 42% des télétravailleurs très mobiles déclarent se réveiller plusieurs fois par nuit, alors qu’ils ne sont que 29% chez les personnes employées sur leur lieu de travail.

« L’équilibre idéal semble être 2 à 3 jours de travail à domicile« , précise Jon Messenger, co-auteur du rapport lors d’une conférence de presse à Genève. « Peut-être que les sociétés devraient y recourir plus souvent, car cela a des effets positifs, non seulement pour les employés mais également pour l’employeur« , a-t-il souligné.

Télécharger la synthèse du rapport (PDF, 200ko) ou le rapport complet (PDF, 1,5 Mo)

À propos Xavier de Mazenod

Fondateur de la société Adverbe spécialisée dans la transition numérique des entreprises et éditeur de Zevillage.
Lire les articles précédents :
Gauthier Toulemonde part télétravailler dans le désert d'Oman
Gauthier Toulemonde part télétravailler dans le désert d’Oman

Gauthier Toulemonde, PDG globe-trotter d'une petite entreprise de presse, repart vivre - et télétravailler-, seul dans des conditions extrêmes. Après...

Fermer