La liquidation judiciaire de la société Mayetic, éditrice de la célèbre plateforme de travail collaboratif, vient d’être prononcée.

Mayetic était bien connue pour ses services utilisés quotidiennement par plus de 200 000 personnes (PME, universités, associations) dans 97 pays et pour l’originalité de son organisation puisque ses 25 salariés télétravaillaient. Un mode d’organisation virtuel bien rodé depuis la création de la société, il y a dix ans, scandé par des réunions de travail physique et des déjeuners de motivation des troupes.

On peut cependant se poser des questions à l’annonce de cette chute. Mayetic avait en effet fait l’objet d’une campagne de diffamation politique comme le rappelle sur son blog Miguel Membrado, son fondateur.

Une campagne de déstabilisation qui a eu pour effet de stopper net les négociations commerciales avec France Telecom pour une distribution mondiale des outils de Mayetic ainsi qu’un apport financier de la Caisse des dépôts et consignations, actionnaire financier de Mayetic à hauteur de 35 % du capital.

Je vous laisse découvrir les dessous politiciens de la mise à mort de cette PME innovante sur le blog de Miguel. Un beau gâchis ! :
Donc en l’espace de 3 semaines à partir du 21 octobre, nos deux partenaires stratégiques, CDC et FT, rompaient brutalement et définitivement toute relation avec Mayetic !!!

Pouvez-vous imaginez l’investisseur de Mayetic, la Caisse des Dépôts, ayant déjà investi 4,3 M€ dans la boutique, voyant un accord commercial de distribution mondiale avec France Telecom se mettre en place, lâcher sa participation aussi brutalement ? Je parle bien de la Caisse des Dépôts, le plus important organisme financier français, responsable de l’argent de l’Etat français, gérant tout un tas de services pour les collectivités locales.

Et nous parlons bien de Mayetic, avec un site gratuit utilisé comme un service public par 200.000 personnes, dans 97 pays, plus de 14.000 organisations, des milliers d’associations, de TPE, d’écoles, d’ONG et de petites collectivités locales en France, et 45.000 espaces de travail créés à ce jour ! Et ayant réussi le tour de force de battre IBM, Microsoft et Documentum dans 50 grands comptes français et européens, dont 4 du CAC40, et cela seulement en 3 ans !

Et de nous être associé à une filiale du 5ème conglomérat indien pour distribuer notre solution aux plus grands groupes de ce pays ! Et qui venait d’ouvrir un bureau de représentation en Californie pour ne plus être dépendant que du marché français, trop peu réactif.