De nouvelles applications et plusieurs expérimentations risquent de banaliser et de ringardiser le télétravail et le coworking. Le monde du travail devenait pourtant simple : on travaillait au bureau, ou éventuellement à distance, à la maison ou dans un tiers-lieu. Et si on était non salarié, on travaillait chez soi ou dans un espace de coworking. Mais ça, c’était avant.

Entreprise de cigares - années 30 Floride

On l’a toujours dit chez Zevillage : « Le travail c’est où on veut, comme on veut et quand on veut« . C’est aujourd’hui possible. On observe une rapide évolution des usages professionnels vers plus d’autonomisation du travailleur par rapport au lieu de travail. Un mouvement qui touche certes aujourd’hui plus les indépendants que les salariés mais qui devrait concerner très vite aussi les entreprises.

Tout d’abord, vous oubliez votre bureau fermé (et sa place de parking réservé) avec la salle de réunion jamais libre. Demain vous serez probablement passé à la moulinette du Worklife de Steelcase :  » du cocooning pour que productivité rime avec bien-être « . Car, comme nous l’expliquait Ghislain Grimm, l’opposition entre bureau fermé et open space n’a plus de sens. Ce qu’il faut, c’est donner de l’autonomie aux salariés qui s’organisent selon leur besoins de la journée : travail isolé, travail en équipe, travail en mobilité… De grandes entreprises ont d’ailleurs réorganisé leur bureaux traditionnels selon ces recettes.

On coworke chez moi ou au resto U ?

L’habitué du coworking va voir sa vie changer aussi. Grâce à Cohome il va pouvoir profiter des avantages du coworking sans se déplacer. C’est son domicile qui servira d’espace de coworking avec juste une petite participation aux frais.

Principe voisin de celui d’Office Riders. Avec une orientation plus marchande, ce site se propose d’être le AirBnB du coworking et de valoriser votre logement aux heures où il est « sous-utilisé ». Un peu comme cette expérimentation dans le Resto U Mabillon, dans le 6e arrondissement de Paris, qui propose de transformer en coworking  les 350 m2 du restaurant univesitaire une fois le service du repas terminé.

Le coworking et le télétravail se pratiquent aussi, de manière informelle, dans des bistrots, des restaurants McDonald’s ou, plus calmes, dans des bars d’hôtels. Mais, si vous souhaitez un cadre de travail plus professionnel vous pouvez profiter de la tendance de ces hôtels qui transforment leur lobbys en espace de vie et de travail. Là encore il s’agit de tirer avantage des lieux auparavant inoccupés et peu accueillants, à l’image de ces espaces Easywork aménagés par les hôtels Mercure.

Vers l’entreprise hub ?

 

Question lieu de travail, la règle semble donc être… qu’il n’y a plus de règle. On travaille depuis n’importe quel lieu plus ou moins équipé (au moins de WiFi) et pas forcément destiné à accueillir des télétravailleurs et des coworkers, comme des bibliothèques par exemple. La tendance ce serait bien le « sans bureau fixe« .

Et l’entreprise idéale deviendrait donc une sorte de hub tout confort dans laquelle on vient à des réunions (pour celles qui n’ont pas lieu en visioconférence), on rencontre ses collègues pour maintenir le lien et la qualité du collectif de travail, on reçoit des partenaires ou on pratique le corpoworking. Une sorte d’entreprise ouverte dont les moyens de production ont de moins en moins besoin d’être centralisés en un lieu.

Le travail ordinaire pourra se pratiquer partout ailleurs, selon les besoins ou nos envies. Pourquoi pas chez un de nos fournisseurs comme Beev’Up de Bureau vallée.

(Photo : Wikipedia)

Abonnez-vous à la newsletter hebdo de Zevillage et gagnez du temps de veille
Gagnez du temps dans votre veille avec notre newsletter hebdomadaire
Placeholder Placeholder