CampagnesManagement-RH

The Future of Work : le futur du travail est déjà là [vidéo]

Une vidéo très éclairante, The future of Work, sur les évolutions du monde du travail en illustration des débat du prochain Barcamp Activity pour « imaginer ensemble le futur du travail » .

(Merci à Alain Bachellier) pour la photographie)

Xavier de Mazenod

Fondateur de la société Adverbe spécialisée dans la transition numérique des entreprises et éditeur de Zevillage.

Articles similaires

18 commentaires

  1. Pitié non, arrêtez de croire à des choses aussi absurdes.
    mesurer la performance des employés, le outsourcing, …, c’est du passé.
    On sait très bien que ça ne marche pas car les gens ont besoin de discussions en face à face, de reconnaissance, de confiance,… puis il n’y a pas d’indicateurs qui permettent de mesurer la valeur réelle des liens sociaux…
    enfin, essayer de quantifier le travail en le limitant uniquement aux taches productives c’est comme se nourrir de pilules; on en meurt pas, mais alors qu’est-ce que la vie va devenir chiante.

    quelqu’un qui travaille de chez lui depuis plusieurs années.

  2. La vidéo est assez catégorique sur la suppression des lieux de travail.
    C’est une hypocrisie de croire qu’on peut travailler avec des personnes à l’autre bout de la planète sans les rencontrer, et que l’on va s’épanouir dans son job ou produire de la qualité.
    Dans l’autre cas, si on les rencontre régulièrement, ça signifie qu’on habite suffisamment près d’un aéroport (donc dans un ville) et qu’on a les moyens de se déplacer à l’autre bout de la planète. C’est totalement absurde.

  3. C’est évident qu’on ne peut pas exercer une relation de qualité pour un travail à valeur ajoutée sans voir en présentiel ses interlocuteurs.

    C’est possible pour des tâches simples, pas pour des tâches complexes.

    La vertu de la vidéo c’est qu’elle ouvre sur des « possibles ».

    Cela précisé, je vous laisse à vos illusions sur le paradis qu’est la vie d’entreprise aujourd’hui 😉

  4. justement l’illusion c’est de croire que l’avenir (ou le présent) du travail est là.
    Ça fait 12 ans que je travaille en ligne, il y a dix ans j’aurai certainement gobé une vidéo comme celle là, mais aujourd’hui, les questions sur l’avenir du travail n’en sont plus là.

    Pour moi, les questions à se poser, sont plutôt comment re-intégrer l’humain dans la logique d’entreprise surtout lorsque celle ci est fortement dématérialisée, et comment responsabiliser les individus, ou les impliquer dans leur travail avec des relations saines.

    Je vous invite à recracher la pilule bleue : http://www.usievents.com/fr/conferences/6-usi-2010/sessions/883-avaler-la-pilule-rouge-recracher-la-pilule-bleue#webcast_autoplay

    voire faire le premier pas en intégrant des fondamentaux ( cf. core protocols http://www.mccarthyshow.com/download-the-core/ ) qu’il convient de dépasser assez rapidement (cf. http://jfhelie.blogspot.com/2008/09/core-protocols-bilan.html ).

  5. Merci des liens.

    Justement, passer en mode collaboratif à distance impose de responsabiliser les salariés en leur fixant des objectifs, en les impliquant dans les décisions.

    Travailler par objectifs est plus valorisant que vendre son temps de présence. Modèle qui n’est quand même pas un idéal de valorisation des salariés.

    Je ne vois pas pourquoi vous opposez travail à distance et qualité de management et des liens sociaux. Le collectif d’entreprise évolue et le salariat du XIXe n’est pas un modèle indépassable. Certains y ont même vu le modèle de l’exploitation 😉

    L’entreprise durable est celle qui sait concilier la qualité de son management, le bien-être de ses salariés, des finances saines, des produits de qualité et le souci écologique. Mais, aussi, qui sait innover et s’adapter.

    Quand à l’évaluation du travail elle ne passe pas obligatoirement par un « entretien annuel ».

  6. Je n’oppose pas le travail à distance et la qualité de management et des liens sociaux, c’est cette vidéo qui le sous-entend : « in the future, location will not matter »

    C’est le contraire, aujourd’hui plus que jamais, l’endroit où l’on se trouve est essentiel, il faut être mobile et aller là où se trouve le travail.
    Ce n’est pas le travail à distance qui va changer cette tendance car pour travailler à distance il faut des technos récentes (donc la plupart du temps dans les villes) et il faut surtout des liens sociaux réels réguliers avec les membres de son équipe, donc être à proximité d’eux.

    Je m’oppose aussi à l’argument qui consiste à dire on fait notre petit larsen sur ce projet puis on se dit aurevoir à jamais: « At the end, they all go their separate ways. They might work together again, in the future. They might not »

    On ne construit pas une équipe en un jour, le turn over est antiproductif…
    C’est tout simplement faux de croire ou faire croire, qu’aujourd’hui ou demain, parce que les gens pourront collaborer plus facilement grâce à des technologies, on va se passer d’équipes localisées avec des relations humaines construites sur la durée.
    Idem pour l’éducation, cette vidéo limite l’apprentissage aux théories behavioristes en annihilant la notion de contexte ou d’environnement. Le socio-constructivisme et plus récemment le connectivisme expliquent clairement qu’avoir accès aux savoirs (ou aux informations) n’est pas suffisant pour les maitriser, il faut entretenir et maintenir des connexions pour un apprentissage continu et donc des liens avec d’autres personnes inscrit dans la durée…

    Enfin, je partage entièrement votre avis sur le travail par objectifs face au travail par temps de présence, mais je vais beaucoup plus loin en considérant qu’on ne mesure pas la productivité et que c’est inutile.

    Je pense qu’il faut privilégier la confiance en acceptant et valorisant le fait que chaque individu va faire de son mieux si les objectifs d’un projet sont clairs, sains et que le projet en lui même est constructif.
    Évaluer la performance de quelqu’un, de quelque façon que ce soit, c’est le considérer comme une simple ressource alors que la valeur ajoutée d’une personne c’est ce qu’elle est, bien plus que ce qu’elle fait.

    Si vous avez apprécié les liens, en voici 2 autres :
    sur la motivation : http://youtu.be/u6XAPnuFjJc
    sur l’éducation : http://youtu.be/zDZFcDGpL4U

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page