Geoffrey James, journaliste chez Inc., a eu l’idée de rassembler dans un article les tâches inutiles de notre journée qui, mises bout à bout, nous font perdre 50% de notre temps de travail. Impressionnant. Heureusement, il existe des solutions à ces trois fléaux que vous rencontrez probablement tous les jours aussi.

Trajets quotidiens inutiles (13%)

La première tâche inutile qui pourrait drastiquement diminuer est le « pendulisme », l’action des navetteurs qui pratiquent le métro-boulot-dodo tous les jours.

Geoffrey James estime à 27 minutes, en moyenne, le trajet aller simple pour se rendre au travail, soit près de six minutes de plus qu’en 1980, selon le Bureau des statistiques américain. Et ce n’est bien-sûr qu’une moyenne qui laisse imaginer les durées de déplacement dans les grandes agglomérations. Un trajet aller de 27 minutes (soit presque une heure par jour) qui représente l’équivalent de 13% du temps de travail d’un Américain.

En plus de représenter une perte de temps fatigante, la recherche a montré que les trajets plus longs étaient mauvais pour la santé des salariés, pour leurs familles, pour leurs employeurs et pour l’économie dans son ensemble. Les personnes dont les trajets quotidiens sont plus longs ont tendance à être moins actives physiquement, ce qui entraîne des taux plus élevés d’obésité et d’hypertension artérielle. Et elles ont tendance à plus… divorcer que les autres !

Si cette perte de temps en déplacement représente 9 jours de la vie d’un Américain, elle coûte en moyenne 6,6 jours de la vie d’un Français, soit une année dans une vie professionnelle. Et ce n’est qu’une moyenne.

En France, selon une étude d’Euro Car Parts, chaque semaine, les français vont passer en moyenne 3h30 pour se rendre sur leur lieu de travail.

Réunion ennuyeuse
Et vous, elles sont comment vos réunions ?

Réunions inutiles (16 %)

Encore plus fort que les déplacements inutiles, les réunions sont une autre plaie de la vie professionnelle. Aux Etats-Unis, elles occupent 22 ans d’une carrière professionnelles de 45 ans. On estime qu’un tiers de ce temps est consacré à des réunions sans valeur ajoutée. Soit environ 16 % du temps passé au travail, soit l’équivalent de 7 ans.

En France, selon un sondage Opinion Way de 2017, les salariés passent 3 semaines par an en réunion (le double pour les cadres) dont plus de la moitié est jugée inefficace.

Emails inutiles (23%)

Selon une étude citée dans Forbes, le salarié moyen passe 2,5 heures par jour à lire et à répondre à une moyenne de 200 courriels, dont environ 144 (surtout des CC et des BCC) ne sont pas pertinents pour son travail. Soit 10 ans de travail sur des emails inutiles, soit 23 % d’une carrière de 45 ans.

En France, une enquête mettait en évidence en 2016 que pour certains salariés près de la moitié de la journée de travail était consacrée aux emails.

Comment lutter contre ces tâches inutiles ?

Si l’on cumule les trois causes de perte de temps ci-dessus, environ la moitié de notre vie professionnelle (51%) consiste à accomplir des tâches inutiles. Une absurdité bien résumée (pour les transports) par cette vidéo de que nous avons souvent publiée tellement elle est éclairante :

Absurde, non ? Heureusement, il existe des solutions pour ces 3 problèmes et certaines entreprises se sont attaquées au problème.

Temps de transport : passez au télétravail

On ne va pas s’étendre une fois de plus sur ce qu’on explique dans Zevillage depuis 2004. Se rendre obligatoirement tous les jours au bureau est inutile et stupide parce qu’on sait faire autrement.

Le télétravail est simple à mettre en place, même si l’on doit soigneusement s’y préparer. C’est une organisation du travail bénéfique pour les salariés, pour l’entreprise et pour la société.

Si vous n’avez aucune idée de quoi nous parlons vous trouverez dans cet article un résumé de la situation.

Réunions : ne soyez plus complices

C’est connu de tous et bien documenté, les réunions ne servent souvent pas à grand chose. On peut grandement améliorer la situation avec quelques conseils résumés dans cet article :

  • préparer (envoi d’ordre du jour et des documents nécessaires à la réunion pour l’organisateur et lecture des documents pour les participants)
  • penser la manière de participer à distance (technique, implication dans la réunion)
  • fixer une durée et s’y tenir (attention : les participants décrochent au bout de 52’ environ, pas de réunions longues)
  • faire une introduction (rappeler les buts et le déroulé, choisir un « scribe » qui rédige le compte-rendu)
  • terminer par une conclusion (définition de tâches, des délais de réalisation et de responsable pour ces tâches).

Geoffrey James ajoute même un conseil radical : quittez la réunion si vous constatez qu’elle n’est pas faite pour vous.

Emails : soyez impitoyable

La littérature sur les manières de lutter contre l’envahissement des mails est là aussi nombreuse.

Voilà un petit rappel des bonnes méthodes pour gagner cette bataille.

Chaque jeudi, recevez la newsletter de veille de Zevillage